église paroissiale Saint-Paul

Désignation

Dénomination

église paroissiale

Vocable

Saint-Paul

Titre courant

église paroissiale Saint-Paul

Localisation

Localisation

Languedoc-Roussillon 34 Frontignan

Aire d'étude

Aude Hérault

Canton

Frontignan

Référence cadastrale

1819 E1 20, 1996 CH 316

Milieu d'implantation

en village

Historique

Datation des campagnes principales de construction

12e siècle, 1ère moitié 14e siècle, 2e moitié 14e siècle

Justification de la datation

daté par travaux historiques, daté par source

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Une première église mentionnée sous le vocable de Saint-Pierre, puis sous le vocable de Saint-Pierre-Saint-Paul, est attestée en 1109. L'édifice actuel a été édifié à partir de la base du mur sud de l'église romane. Reconstruite probablement au 14e siècle, l'église fut en grande partie détruite lors du raid de Seguin de Badefol en 1361. En 1363, le roi autorise la reconstruction de la muraille de la ville. L'église sera reconstruite et englobée dans l'enceinte. Elle subit encore les attaques des Huguenots et les textes des visites pastorales du 16e et du 17e siècle nous renseignent sur des réparations à effectuer à la couverture. En 1841, une fausse voûte est construite sur la nef et deux fenêtres sont ouvertes dans le mur sud en face de celles qui existent dans le mur nord. En 1964, la fausse voûte fut démolie et des pannes peintes furent mises à jour. Dix d'entre elles furent réemployées dans la charpente apparente qui couvre la nef.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

calcaire, moyen appareil

Matériau de la couverture

tuile creuse

Parti de plan

plan allongé

Vaisseau et étage

1 vaisseau

Type et nature du couvrement

charpente en bois apparente, voûte d'ogives

Type de la couverture

toit à longs pans, croupe polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

escalier hors-oeuvre, escalier en vis sans jour

Commentaire description

L'église est composée d'une large nef unique de cinq travées couverte par une charpente apparente et d'un chevet tripartite composé d'une abside à cinq pans bordée de deux absidioles carrées, ouvertes sur le choeur et la nef, voûtées d'ogives. La dernière travée de la nef est bordée de deux chapelles latérales. Une tribune a été élevée contre le revers de la façade occidentale. La reconstruction de l'église gothique s'est établie sur la base du mur méridional roman. Le clocher, édifié sur plan carré s'élève contre la façade occidentale. Ce dernier a été exhaussé de deux étages lors de l'édification de la muraille et de la reconstruction de l'église. Des poutres peintes provenant d'un édifice civil ont été réemployées dans la reconstruction de la charpente dans la 2e moitié du 14e siècle et le chevet fut réédifié.

Technique du décor des immeubles par nature

peinture

Représentation

ornement : représentation humaine ; ornement à forme géométrique ; ornement à forme végétale

Précision sur la représentation

Pannes peintes utilisées en réemploi provenant certainement de la cour de justice créée en 1274 par le roi d'Aragon, Jacques Ier, dont la plus célèbre représente des cavaliers répartis en cinq groupes de deux.

Typologie

nef unique charpentée,choeur tripartite voûté d'ogives plus étroit et plus bas

Protection

Date protection

1919/06/07 : classé MH

Intérêt de l'oeuvre

à signaler

Observations

Le style flamboyant apparaît dans le chevet ; poutres peintes de la charpente

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

1999

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

enquête thématique régionale (églises gothiques méridionales du bas Languedoc)

Dossier

dossier individuel

Dossier adresse

Région Languedoc-Roussillon - Service chargé de l'inventaire Espace Capdeville - 417 rue Samuel Morse - 34 000 Montpellier - 04.67.22.86.86