église paroissiale Notre-Dame-de-Pitié

Désignation

Dénomination

Église paroissiale

Vocable

Notre-Dame-de-Pitié

Titre courant

Église paroissiale Notre-Dame-de-Pitié

Localisation

Localisation

Languedoc-Roussillon 34 Puissalicon

Aire d'étude

Aude Hérault

Canton

Servian

Référence cadastrale

1831 B1 149, 1970 B1 313

Milieu d'implantation

En village

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 14e siècle

Datation en années

1337

Justification de la datation

Daté par source

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

La première église de Puissalicon, Saint-Etienne de Pesan, est attestée dès 1114 et était un prieuré dépendant de l'abbaye de Villemagne. Un acte notarié de 1232 transféra la paroisse dans l'église Notre-Dame-de-Pitié, située dans le village, près du château. Elle fut reconstruite en 1337. Le seigneur de Puissalicon avait un accès direct à l'église par un escalier extérieur qui donnait sur une tribune. Cet édifice ne connut pas de restaurations majeures altérant son aspect d'origine, si ce n'est l'installation de vitraux modernes.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, moyen appareil

Matériau de la couverture

Tuile creuse

Parti de plan

Plan allongé

Vaisseau et étage

1 vaisseau

Type et nature du couvrement

Voûte d'ogives

Type de la couverture

Toit à longs pans, croupe polygonale

Commentaire description

Cette église, située non loin du château, est établie sur un plan à nef unique de deux travées, voûtée d'ogives, et d'une abside à sept pans, voûtée d'ogives, plus étroite et plus basse. Une chapelle, voûtée d'ogives, est située au sud du chevet et ouvre sur le choeur. Le clocher s'élève sur l'angle sud-ouest de la première travée de la nef. L'édifice est épaulé par des contreforts et par les constructions de l'ancien château au nord et est ajouré de fenêtres dans les trois pans axiaux du chevet et dans le premier pan nord de l'abside. Le contrefort sud de la nef présente la particularité d'être si épais et saillant qu'un passage a été ouvert dans son épaisseur. Le portail occidental est ébrasé de trois voussures qui retombent sur des chapiteaux sculptés de motifs végétaux au naturel et l'archivolte est supportée par une tête, un homme et une femme. Le portail occidental est l'oeuvre d'un atelier de qualité, inspiré de sculpteurs "français" alors que les culots recevant les retombées des voûtes d'ogives à l'intérieur de l'église doivent être l'oeuvre d'un atelier local. Les voûtes d'ogives retombent sur des culots frustes, de dimensions importantes, sculptés de têtes, de personnages en buste, de personnages fantastiques. La clef de voûte de l'abside est sculptée de l'" Agnus Dei " et la face latérale, d'une tête de diable.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Représentation

Ornement à forme végétale ; ornement à forme animale ; ornement : représentation humaine

Précision sur la représentation

Portail occidental et culots intérieurs

Typologie

Église à nef unique voûtée d'ogives et choeur polygonal plus étroit et plus bas

Protection

Intérêt de l'oeuvre

À signaler

Observations

Deux ateliers de sculpture de formations différentes ont travaillé dans cet édifice. Cet édifice de petites dimensions surprend par sa monumentalité et mériterait d'être protégé au titre des MH. ; sculpture monumentale

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

1999

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Béa Adeline

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (églises gothiques méridionales du bas Languedoc)

Dossier

Dossier individuel

Dossier adresse

Région Languedoc-Roussillon - Service chargé de l'inventaire Espace Capdeville - 417 rue Samuel Morse - 34 000 Montpellier - 04.67.22.86.86