Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Gironde (33) ; Cadillac ; place de la Libération

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Cadillac

Adresse de l'édifice

Libération (place de la)

Références cadastrales

1805 A2 483 A 489, 1853 A1 21 A 28, 1978 A1 521 A 523

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Fossé, jardin, cour, pont

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 16e siècle, 17e siècle, 2e moitié 18e siècle, 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

20e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques, attribution par source

Description historique

Construit à l'emplacement d'un édifice médiéval à partir de 1598 probablement sur les dessins de Pierre Biard pour le duc d'Epernon ; chantier dirigé jusqu'en 1603 par Pierre Souffron qui édifie le pavillon central et la partie septentrionale du corps de logis ; Gilles de La Touche Aguesse lui succède jusqu'en 1616, il bâtit la partie méridionale du corps de logis et l'aile en retour vers l'est destinées à abriter des galeries ; l'aile opposée et la clôture de la cour percée d'un portail monumental sont réalisées entre 1626 et 1634 ; en 1661 le château reste à peu près abandonné ; dans la seconde moitié du 18e siècle son propriétaire remplace les toitures en pavillon d'ardoises par des toitures à croupes de tuiles creuses, il modernise les baies rectangulaires les faisant couvrir en arc segmentaire ; de nouveau abandonné pendant la Révolution, le château est restitué sous l'Empire à son propriétaire qui le vend à l'Etat ; l'édifice devient prison de femmes ; de 1819 à 1822 Alexandre Poitevin, architecte du département, entreprend de l'adapter à sa nouvelle affectation, il ne conserve des galeries que deux travées qu'il transforme en pavillons et les prolonge d'ailes basses, il substitue au portail monumental une conciergerie ; bien que protégé au titre des monuments historiques depuis 1875 le château et son décor n'en subissent pas moins d'importantes dégradations, un incendie survient en 1928 ; la prison ferme en 1952, depuis la restauration du château a été entreprise, la plupart des baies et une partie du peu de décor d'origine encore conservé ont été remis en état

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile creuse

Typologie de plan

Plan régulier en U

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble, en rez-de-chaussée

Typologie du couvrement

Voûte en berceau, voûte en berceau brisé, voûte en berceau en anse-de-panier

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, toit en pavillon, toit à l'impériale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, escalier en vis avec jour

Commentaire descriptif de l'édifice

Sur un terrassement, entouré de fossés et cantonné de bastillons à casemate couverte d'un toit d'ardoise à l'impériale, que deux ponts relient au jardin et à la ville se trouve le château de plan régulier en U formé d'un corps de logis, à étage carré et étage de comble, et de deux ailes chacune formée d'un pavillon à étage carré et étage de comble et prolongé d'une partie en rez-de-chaussée, tous construits à l'exception de l'une des ailes basses sur un sous-sol voûté ; les trois corps de bâtiment sont simples en profondeur ; une toiture à croupes couvre le corps de logis dont un pavillon à quatre niveaux contenant l'escalier principal rampe sur rampe occupe la partie centrale ; deux petits corps de bâtiment adossés à l'élévation postérieure abritent des escaliers secondaires dont l'un est en vis, comme les pavillons de la cour ils sont couverts d'ardoise ; des toits à croupes de tuile creuse couvrent les ailes basses et la conciergerie

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture (étudiée dans la base Palissy), sculpture (étudiée dans la base Palissy)

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1875 : classé MH ; 1965/05/06 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Château, douves et jardin classés en 1875 ; porte du potager inscrite en 1965

Référence aux objets conservés

IM33000232, IM33000290, IM33000285, IM33000295, IM33000283, IM33000284, IM33000287, IM33000298, IM33000286, IM33000297, IM33000282, IM33000288, IM33000289, IM33000299, IM33000296, IM33000294

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1975

Date de rédaction de la notice

1996

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Perrin Joël, Gabory, Maffre

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

AOI ; architecture domestique

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37

Stylobates en bois peint
Stylobates en bois peint
Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
Voir la notice image