Église paroissiale Saint-Martin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Martin

Titre courant

Église paroissiale Saint-Martin

Localisation

Localisation

Occitanie ; 31 ; Castelnau-d'Estrétefonds ; Eglise (rue de l')

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Garonne

Canton

Fronton

Adresse de l'édifice

Eglise (rue de l')

Références cadastrales

1981 A1 103

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Milieu 16e siècle ; 3e quart 18e siècle ; 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 17e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1550 ; 1772 ; 1851 ; 1882

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques ; daté par source ; porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source ; attribution par travaux historiques

Description historique

A la fin du 19e siècle, un premier édifice de culte, datant au moins du 10e siècle, conserve encore en élévation une nef romane, une abside du 15e siècle et un clocher-mur du 16e siècle, visible dans l'enclos du cimetière. La nouvelle église paroissiale Saint-Martin, conçue pour remplacer l'église primitive devenue trop exiguë, est construite en 1551. En 1595, le cardinal de Joyeuse, alors archevêque de Toulouse, mentionne l'effondrement de la voûte d' une chapelle, début d' une série d'avaries pour l'édifice. En 1646, une partie des voûtes de la nef, des chapelles et de la sacristie, au nord, est emportée par l'écroulement d'un pilier, puis reconstruite. En 1771, la chute de la façade occidentale donne lieu à une nouvelle reconstruction l'année suivante (date gravée sur le claveau central du portail). En 1812, c' est la quasi totalité du chevet qui s'effondre, avant d'être partiellement rebâti dans les premières années du 19e siècle. Cependant, cette succession d'accidents n'affecte pas le plan général de l'église, qui conserve une nef unique, quatre chapelles latérales et un choeur pentagonal. Au cours du 19e siècle, de nombreuses campagnes de restauration sont entreprises. Entre 1837 et 1843, de nouvelles sacristies remplacent l'ancienne (à l'entrée de l'église) devenue insalubre et une chapelle haute, à l'usage du marquis de Palarin et de son épouse, est édifiée sur le bas-côté nord. Les travaux portent ensuite sur la réfection du carrelage du choeur et de la nef, dont le voûtement est achevé en 1853. Puis sur les élévations intérieures, avec l'allongement et à la régularisation de toutes les fenêtres par l'architecte Raynaud entre 1868 et 1870. La campagne d'embellissement de l'église débute avec la réalisation du décor peint par Arsène Robert, et la mise en place de quatre verrières commandées à l'atelier toulousain Gesta. Elle s'achève en 1885 avec les peintures monumentales exécutées par Pierre Fortunat. En marge de cette série de travaux, le ville et la municipalité font appel à l'architecte Villeneuve pour construire un clocher en accord avec les modifications sans cesse apportées à l'église, mais le projet, jugé trop ambitieux, est refusé. On lui préfère, dans un premier temps, les plans de l'architecte toulousain Léopold Petit. Les travaux débutent en 1868 avant d'être rapidement interrompus pour des raisons de sécurité. Ils sont alors confiés à Gabriel Bréfeil, en 1879. Malgré les précautions prises, l'édification du clocher entraîne l'écroulement de la voûte de la 1ère travée de la nef et de la tribune occidentale. Le clocher actuel, qui conserve le mur de façade du 18e siècle, est finalement achevé en 1883.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau ; 1 étage carré

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives ; voûte de type complexe

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe polygonale ; flèche en maçonnerie

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église est de plan allongé avec un choeur pentagonal. La nef unique est couronnée par des voûtes minces de briques plates sur croisées d' ogives, arcs doubleaux et arcs formerets cintrés. L'édifice comporte 4 chapelles couvertes par des voûtes sur croisées d'ogives à liernes et tiercerons. La 5e travée de la nef, formant avant-choeur, est flanquée de sacristies plafonnées. Dans le bas-côté nord, une chapelle haute est ménagée en étage carré au-dessus de l'ancienne sacristie (baie ouvrant sur la nef). Un clocher à flèche de maçonnerie est adossé sur l'élévation sud de la 1ère travée de la nef, dont le rez-de-chaussée est occupé par la chapelle des fonts baptismaux. L'escalier d'accès est situé dans une tourelle polygonale indépendante.

Technique du décor des immeubles par nature

Décor stuqué ; peinture ; peinture (étudiée dans la base Palissy) ; menuiserie (étudiée dans la base Palissy) ; vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ornement géométrique (enroulement) ; ornement végétal ; médaillon ; couronne végétale

Description de l'iconographie

La peinture des élévations intérieures de l'église est de style néo-gothique. Les vestiges d'un décor stuqué subsistent dans les combles. Il est composé de 2 médaillons circulaires par pan de mur du choeur et de cadres de feuillage noués d'un ruban à pans flottants.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2001/30/04 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

L'église est inscrite à l' inventaire supplémentaire des MH.

Référence aux objets conservés

IM31000272 ; IM31000271 ; IM31000273 ; IM31000088 ; IM31000112 ; IM31000125 ; IM31000081 ; IM31000107 ; IM31000118 ; IM31000126 ; IM31000105 ; IM31000115 ; IM31000069 ; IM31000093 ; IM31000095 ; IM31000097 ; IM31000096 ; IM31000100 ; IM31000113 ; IM31000102 ; IM31000103 ; IM31000104 ; IM31000085 ; IM31000090 ; IM31000068 ; IM31000075 ; IM31000087 ; IM31000092 ; IM31000106 ; IM31000074 ; IM31000078 ; IM31000086 ; IM31000098 ; IM31000109 ; IM31000110 ; IM31000116 ; IM31000120 ; IM31000077 ; IM31000094 ; IM31000083 ; IM31000101 ; IM31000265 ; IM31000119 ; IM31000122 ; IM31000124 ; IM31000127 ; IM31000073 ; IM31000080 ; IM31000084 ; IM31000111 ; IM31000117 ; IM31000071 ; IM31000082 ; IM31000091 ; IM31000266 ; IM31000072 ; IM31000076 ; IM31000089 ; IM31000108 ; IM31000114 ; IM31000121 ; IM31000123 ; IM31000070 ; IM31000079 ; IM31000099

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Homogénéité du décor du 19e siècle, dans cette église à la structure gothique.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Affectataire de l'édifice

Eglise (rue de l')

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Uffler Anne-Marie ; Giraud Marie-Odile ; Lajeunie Aurélie

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Occitanie - Direction de la Culture et du Patrimoine - Service Connaissance et Inventaire des Patrimoines 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - Espace Capdeville, 417 Rue Samuel Morse, 34000 Montpellier - 05.61.39.62.47