Phare des îles Sanguinaires aussi appelé Phare du golfe d'Ajaccio (Etablissement de signalisation maritime n°1552/000)

Désignation

Dénomination

phare

Titre courant

Phare des îles Sanguinaires aussi appelé Phare du golfe d'Ajaccio (Etablissement de signalisation maritime n°1552/000)

Localisation

Localisation

Corse 2A Ajaccio

Aire d'étude

Subdivision d'Ajaccio

Lieu-dit

Sanguinaire (sur la grande île)

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 19e siècle

Datation en années

1844

Auteurs de l'oeuvre

Reynaud Léonce (ingénieur)

Commentaire historique

Décision de la Commission des Phares du 24 novembre 1839. Le programme général d'illumination de l'île n'avait pas été étudié en 1825 par Augustin Fresnel et le capitaine de Rossel. Il faut attendre une loi du 14 mai 1837 pour que le ministère des Travaux publics s'intéresse d'un plus près aux demandes corses. Au printemps 1838, une commission débarque chargée de déterminer l'emplacement approprié des cinq phares de premier ordre destiné à ceinturer l'île. Présidée par le Capitaine de vaisseau Decoffre, elle arrive en Corse le 3 avril 1883. Elle se rend immédiatement à l'Ile des Sanguinaires où elle décide de suite d'installer le premier phare. Puis, elle embarque sur le vapeur "La Chimère" qui fera le tour de l'île. Au sud, les bouches de Bonifacio retiennent l'attention. Des contacts sont pris avec le roi de Sardaigne pour entrevoir une signalisation commune. Pertusato, la Chiappa seront les phares suivants. En remontant vers le Nord, toute la bande orientale de l'île sera délaissée. A la fois, parce que cette partie restait la moins exposée mais aussi par pur souci d'économie. La Giraglia à la pointe extrême du cap Corse s'imposait comme un passage remarquable et obligé de tous les navires en provenance du continent. L'enquête s'achève en juin avec le choix du seul phare du Nord Ouest de l'île : La Révellata. La construction du phare des Sanguinaires posa de nombreux problèmes liés au transport des pierres vers l'île sur une barge puis à dos d'âne. Les travaux durèrent six ans. L'architecture reprend des formes crénelées qui rappellent l'influence de Léonce Reynaud dans les constructions.

Description

Vaisseau et étage

étage de soubassement

Commentaire description

- Description architecturale : Hauteur au dessus de la mer : 98 m. Taille générale : 18, 46 m. Hauteur de la focale : 15, 70 m. Description : Tour carrée en maçonnerie lisse de pierres apparentes centrée sur un soubassement rectangulaire d'allure médiévale avec créneaux et décoration. Terrain. Mur de clôture. - Description technique : 1ère optique : 15 novembre 1844 : feu fixe blanc varié par des éclats longs blancs toutes les 4 minutes de focale 0, 92 m. Autres optiques : 01 juin 1904 : feu à 3 éclats blancs toutes les 20 secondes, focale 0, 70 m. Lentille de 3 panneaux au 1/5. de focale 0, 70 m. - Etat Actuel : 3 éclats blancs toutes les 15 secondes de focale 0, 50 m. Cuve à mercure : 1904. Combustibles : Huile végétale : 1844. Huile minérale : vers 1875. Vapeur pétrole : 1904. Automatisation : 1984. Suppression gardiennage : 1985. - Etat actuel : optique tournante 6 panneaux au 1/6 de focale 0, 50 m. Lampe halo de 180w. Feu blanc à 3 éclats groupés 15 secondes. Portée 24 milles.

Technique du décor des immeubles par nature

sculpture

Représentation

homme : en buste

Précision sur la représentation

bustes de Fresnel A et Beautemps-Beaupré

Etat de conservation

mauvais état

Protection

Intérêt de l'oeuvre

à signaler

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de l'Etat

Références documentaires

Date d'enquête

2001

Crédits

© Ministère de l'équipement, Bureau des phares et balises, © Ministère de la culture, Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dreyer Francis, Fichou Jean-Christophe

Cadre de l'étude

inventaire des phares

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

VISMER-PHARES-REYNAUD ; VISMER-PHARES-AUTR ; VISMER-PHARES-FORME-ROND ; VISMER-PHARES-LOCA-ILE ; VISMER-PHARES-PROT-REMA