Hôtel Mareschal

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appelation d'usage

Hôtel Mareschal

Titre courant

Hôtel Mareschal

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Besançon ; 19 rue Rivotte

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Besançon centre

Canton

Besançon centre ville

Lieu-dit

Porte Rivotte (îlot)

Adresse de l'édifice

Rivotte (rue) 19

Références cadastrales

1833 I2 878, 882, 1974 AR 16, 17, 18

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Écurie, remise, boutique, cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

18e siècle, 19e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

L'hôtel a été bâti au début du 16e siècle par le notaire Guillaume Mareschal, après l'incendie de sa maison en 1516. Au 18e siècle, la demeure n'appartenait plus aux Mareschal, mais vers 1730 à un certain monsieur de Trépot. En 1775, elle était partagée entre deux propriétaires : Claude-Bonaventure Laudet, vigneron, et le maître-maçon Michel-Antoine Tournier. Cette année là, ils demandèrent la permission à la ville de transformer la façade située rue Rivotte qui leur appartenait par moitié. Pour la partie gauche, Tournier voulait percer une arcade boutiquière à la place d'une fenêtre du rez-de-chaussée, abaisser la porte de la cave située à gauche et percer une lucarne à gauche d'une grande lucarne centrale qu'il possédait par moitié et qu'il voulait détruire. Sur la moitié droite, Laudet ne demandait que l'élargissement d'une autre lucarne située à droite de celle située au centre dont il possédait, pour sa part, la partie gauche. Les transformations furent réalisées par Michel-Antoine Tournier. Les dessins conservés signés de sa main montrent les deux états de la façade. Mais les travaux réalisés ne correspondirent pas totalement au projet qui prévoyait la destruction (non réalisée) de la grande lucarne centrale et d'une fenêtre à double accolade au rez-de-chaussée qui devait être remplacée par une arcade boutiquière, du même dessin que celle de droite. On se contenta de transformer cette fenêtre en porte tout en gardant les doubles accolades du linteau. Au 19e siècle, les deux arcades boutiquières situées sur cette façade furent masquées par des devantures en bois. Le logis et le bâtiment des remises et écuries furent reliés par un bâtiment intermédiaire entre 1833 (date du cadastre ancien) et 1870 (d'après une photographie ancienne). Celui abritant les écuries et remises très transformé, notamment par des percements du 19e siècle, fut aussi en parti démoli lors de la création, en 1884, de la ligne de chemin de fer Besançon - Le Locle. Le corps de logis, qui conserve encore au rez-de-chaussée et à l'étage ses plafonds à la française, a subi beaucoup de transformations intérieures depuis le début du 16e siècle, notamment la suppression de son escalier en vis. Les restaurations Monuments Historiques de la 2e moitié du 20e siècle ont fait disparaître sur la façade principale les deux lucarnes situées de part et d'autre de celle située au centre et les devantures en bois du 19e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte en berceau

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

L'hôtel, à un étage carré et un de comble, est bâti sur un sous-sol voûté en berceau. Il possède une façade principale en pierre de taille et le reste en moellon ou enduit. Les dépendances (anciennes écuries et remises) , en moellon, possèdent sur la façade principale deux grandes baies en plein cintre superposées murées, correspondant vraisemblablement aux anciens greniers à foin.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Tête : ange, fleur, lion, tête : homme ; animal fabuleux

Description de l'iconographie

La lucarne donnant sur la rue Rivotte est décorée d'une gargouille en forme de tête de lion, d'une fleur dans le pignon, d'une tête d'ange et d'une tête d'homme dans les deux accolades, la petite fenêtre du premier étage est coiffée d'un bandeau recourbé aux extrémités où se trouvent deux têtes d'animaux fantastiques.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1938/10/08 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures : classement par arrêté du 22 avril 1938

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Élévation

Observations concernant la protection de l'édifice

Malgré des transformations, l'hôtel conserve encore une façade principale du début du 16e siècle et un ensemble de plafonds à la française couvrant le rez-de-chaussée et l'étage.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Roussel Christiane

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (demeures bisontines)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00