Filature Courlet et Renaud, puis usine de papeterie Outhenin-Chalandre et Fils, puis Société Anonyme des Papeteries de France, actuellement centrale hydroélectrique, atelier et entrepôt municipal

Désignation

Dénomination de l'édifice

Filature, usine de papeterie

Appelation d'usage

Filature Courlet et Renaud, puis Oswald Frères, puis Usine de papeterie Outhenin-Chalandre et Fils, puis Société Anonyme Outhenin-Chalandre, puis Société Anonyme des Papeteries de France, actuellement centrale hydroélectrique, atelier et entrepôt municipal

Destination actuelle de l'édifice

Centrale hydroélectrique ; atelier ; entrepôt municipal

Titre courant

Filature Courlet et Renaud, puis usine de papeterie Outhenin-Chalandre et Fils, puis Société Anonyme des Papeteries de France, actuellement centrale hydroélectrique, atelier et entrepôt municipal

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Deluz ; rue des Papeteries

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Doubs

Canton

Roulans

Adresse de l'édifice

Des Papeteries (rue)

Références cadastrales

2009 AC 76, 88, 90, 99 à 107, 110, 123

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Doubs (le)

Partie constituante non étudiée

Entrepôt industriel, magasin industriel, bureau d'entreprise, atelier de fabrication, bâtiment d'eau, chaufferie, atelier de réparation, pièce de séchage, cheminée d'usine, aire des déchets, logement d'ouvriers, logement patronal

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1858, 1873, 1880, 1889

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Construite en 1858 par messieurs Courlet et Renaud, la filature est implantée sur une langue de terre, entre le Doubs et le canal du Rhône au Rhin. Elle succède à un bâtiment appartenant en 1843 à Simon, propriétaire d'un moulin établi en face, sur la rive gauche du Doubs. La filature est reprise en 1862 par les frères Oswald, jusqu'à sa fermeture en 1872. La même année, l'imprimeur bisontin Joseph Outhenin-Chalandre, propriétaire de papeteries dans le Doubs et en Haute-Saône, la rachète pour la transformer en usine à papier. Elle ouvre ses portes en 1873 sous la dénomination Outhenin-Chalandre et Fils, équipée d'une machine à papier. En 1879, de nombreuses constructions sont enregistrées sur la matrice cadastrale : ateliers de lessivage, de blanchissage au chlore, de tri des chiffons, de fabrication de gélatine et de façonnage (raffinage, satinage et séchage) , magasins, gazomètre avec sa cheminée et diverses habitations pour le personnel. Un logement ouvrier collectif, comprenant 30 appartements de 2 et 3 pièces, est construit en face de l'usine. Chaque appartement est pourvu d'un potager, d'une cave et d'un bûcher, avec four et buanderie dans les parties communes. En 1880, une seconde "cité ouvrière", de 24 appartements de 2 pièces, est construite rue des Ecoles. L'usine est agrandie dans la décennie 1880 : divers ateliers, une chaufferie, une conciergerie, un magasin d'usine et des bureaux sont achevés en 1889. Au début du 20e siècle, la capacité de production journalière avoisine les 30 t. La papeterie produit du papier vélin anglais filigrané, du papier couché et bicolore, et du papier alfa surglacé. L'atelier de façonnage réalise également les opérations de collage des cartes et le papier à réglures. Une partie du papier produit est destinée à l'imprimerie Outhenin-Chalandre de Besançon, jusqu'à sa fermeture en 1900, et l'autre partie est vendue par le biais du dépôt de Paris, fondé en 1837. En 1910, un incendie détruit le bâtiment de la machine à papier. Il est reconstruit, amputé d'un étage. Une grue de déchargement est installée en 1921. En 1922, l'entreprise, dirigée par Léon Regad, prend pour nom Société Anonyme Outhenin-Chalandre et Fils. En 1930, elle est absorbée par la société grenobloise des Papeteries de France. L'usine ferme ses portes en 1977, et la quasi totalité des machines est vendue. Dans les années 1980, la cheminée du gazomètre et le récupérateur de matières solides de la pâte à papier ont été rasés. La cheminée a été écrêtée, les bureaux et la conciergerie détruits par un incendie. La société Enitherm (fabricant de fours céramique) est propriétaire du magasin de fournitures. L'atelier de préparation de la pâte a été racheté par la municipalité qui l'utilise comme entrepôt. Exploitée par la société Hydelec, la centrale hydroélectrique produit environ 3 mW par an. Les ateliers de fabrication du papier sont désaffectés. Deux turbines, de type Fontaine, sont attestées en 1873. En 1876, l'usine possède une puissance maximale de 496 ch. Quatre turbines sont attestées en 1907. Trois machines à papier ont fonctionné simultanément, l'une jusqu'en 1938 et les deux autres jusqu'à la fermeture de l'usine. Les piles raffineuses étaient de type Brecker (?) et les calandres de type Ritter-Jouffroy (?). La centrale hydroélectrique exploite quatre turbines. Une machine à produire de la gélatine est conservée dans le bâtiment de préparation de la pâte. Le Syndicat ouvrier des Papeteries de Deluz est créé à la fin du 19e siècle. Une école ménagère et une garderie, dite la Gado, ainsi qu'une société coopérative ouvrière La Fraternelle sont attestées en 1914. L'usine compte environ 400 ouvriers jusqu'en 1914. L'effectif n'est plus que de 145 ouvriers en 1932 et de 90 à la fermeture.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, brique creuse, brique, béton armé, béton

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, tuile plate, ciment amiante en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés, étage de comble

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente, charpente métallique apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis, toit à longs pans brisés

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Monte-charge

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, produite sur place, turbine hydraulique, énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

L'usine est construite en lit de rivière. L'ensemble des bâtiments est en moellon de calcaire enduit. La pierre calcaire dite de Chailluz (25) a été également utilisée pour les encadrements de portes et de fenêtres. L'ensemble des toits est couvert de tuile plate et de tuile mécanique, à l'exception d'un atelier couvert en ciment amiante. L'atelier de préparation de la pâte comprend deux parties. La partie nord possède un étage carré, pourvue d'une charpente en bois couverte d'un toit à longs pans brisés. La partie sud est à deux étages carrés, couverte d'un toit à longs pans. Les planchers supérieurs de cet atelier sont à entrevous en berceau segmentaire : le premier niveau est en brique creuse et le second en béton armé. Un réseau de rails à wagonnets et de plaques tournantes dessert le rez-de-chaussée de cet atelier. A l'extrémité sud se trouve un bâtiment en brique, à trois étages carrés, dont le niveau supérieur abrite des cuves de stockage d'eau. Construit en moellon de calcaire, l'atelier de façonnage comprend un étage carré et un étage en surcroît. Ces deux niveaux sont ajourés de baies à arc segmentaire en brique. L'atelier de menuiserie possède une charpente de type Polonceau. Bien que tronquée, la cheminée en brique jouxte le massif de la chaudière, encore en place. Le logement ouvrier situé du 10 au 16 rue des Ecoles possède un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés. Quatre entrées desservent 30 appartements de deux ou trois pièces. Le second logement, sis rue des Ecoles, est à deux étages carrés ; quatre entrées desservent 24 logements de deux pièces. Le logement ouvrier situé Grande Rue possède deux étages carrés. Il abrite huit appartements de deux pièces et un de trois pièces. Le logement ouvrier, sis rue du Tâtre, en rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés, renferme 30 appartements de deux pièces. Le logement patronal, à l'angle de la rue du Dispensaire et de la rue des Longeaux, est à un étage carré et un étage de comble.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune,propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Favereaux Raphaël, Huguenin-Vuillemin Léa

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00

1/109
filature Courlet et Renaud, puis usine de papeterie Outhenin-Chalandre et Fils, puis Société Anonyme des Papeteries de France, actuellement centrale hydroélectrique, atelier et entrepôt municipal
filature Courlet et Renaud, puis usine de papeterie Outhenin-Chalandre et Fils, puis Société Anonyme des Papeteries de France, actuellement centrale hydroélectrique, atelier et entrepôt municipal
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image