POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Hôtel de Grammont, puis archevêché, actuellement rectorat

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôtel

Appellation d'usage

Hôtel de Grammont ; archevêché ; rectorat

Destination actuelle de l'édifice

Palais épiscopal ; établissement administratif

Titre courant

Hôtel de Grammont, puis archevêché, actuellement rectorat

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Besançon ; 10 rue de la Convention

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Besançon centre

Canton

Besançon centre ville

Lieu-dit

Saint Jean (îlot)

Adresse de l'édifice

Convention (rue de la) 10

Références cadastrales

1833 K2 778, 779 ; 1974 AM 47

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Remise ; jardin d'agrément ; orangerie ; terrasse en terre-plein ; cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 18e siècle ; 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1ère moitié 19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques ; daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques ; attribution par source

Description historique

En 1698, le chanoine François-Joseph de Grammont devient archevêque de Besançon. Déjà possesseur d'une maison dans l'actuelle rue de la Convention où il fait alors construire, à l'angle gauche sur rue, une salle synodale, il rachète en 1698 et 1701 deux autres jouxtant la sienne et entreprend de les unifier, sous la direction probable de l'architecte Jean Cuene. Le gros-oeuvre est achevé en 1705. En 1713, un salon d'été, dû à l'architecte Claude-Antoine Aillet, est créé à l'extrémité de l'aile gauche donnant sur une terrasse implantée d'arbres. Les lambris sont réalisés par les menuisiers de la famille Galezot. Après le décès de François-Joseph de Grammont en 1717, son légataire universel, le séminaire de Besançon, loue l'hôtel aux archevêques suivants. Honoré de Grimaldi (1724-1731) , qui habite à la fois le vieux palais épiscopal et l'hôtel de Grammont, fait creuser un passage souterrain entre les deux édifices pour y faciliter le service. En 1735, Antoine-Pierre II de Grammont, neveu de François-Joseph, est nommé archevêque par le roi Louis XV qui rachète l'hôtel de Grammont -appelé désormais le nouveau palais- pour étendre les locaux de l'archevêché. Une nouvelle tranche de travaux est alors engagée par l'architecte Jean-Pierre Galezot qui aménage un escalier d'honneur sur la façade postérieure de l'hôtel. Durant la Révolution, le vieux palais épiscopal est abandonné et l'évêque constitutionnel logé dans le "nouveau palais" après des réaménagements dûs à l'architecte Claude-Antoine Colombot. En 1799, l'hôtel de Grammont est finalement vendu à un particulier, puis racheté en 1822 par l'Etat. Redevenu archevêché, une campagne de restauration est menée en 1825 par l'architecte Maximin Painchaux qui remplace le salon d'été ruiné par une orangerie et redistribue les pièces du corps de logis sur rue. Nommé archevêque en 1828, Louis-Auguste de Rohan Chabot fait sculpter ses armoiries au-dessus du portail d'entrée. Il meuble l'édifice de précieux meubles et de tableaux italiens et flamands qu'il lègue à l'archevêché. En 1842, le cardinal Césaire Mathieu achète la maison voisine, 8 rue de la Convention, pour y aménager un cabinet de travail, une bibliothèque et un vaste secrétariat. Le 13 mars 1883, un incendie ravage l'hôtel détruisant la toiture qui est refaite par Edouard Bérard en ajoutant deux croupes de part et d'autre du bâtiment sur rue et trois lucarnes à encadrements sculptés. Après séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905, l'édifice devient le rectorat de l'académie de Besançon.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moellon ; enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; étage de soubassement ; entresol ; 1 étage carré ; étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte en berceau

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier de type complexe, cage ouverte, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'hôtel construit sur rue, avec deux ailes sur cour, est bâti sur un sous-sol voûté en berceau. Il est distribué par un passage cocher, un escalier d'honneur à cage ouverte en pierre de taille et rampe en ferronnerie, situé à gauche du passage cocher, avec un escalier secondaire, aussi en pierre de taille, situé à droite. Tous deux donnent également accès à un jardin en terrasse, placé en fond de cour, par deux passages découverts situés sur deux galeries sur cour. A gauche du jardin se trouve l'orangerie. Dans le terre-plein de la terrasse donnant sur la cour, deux remises ont été aménagées.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture ; menuiserie

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; monogramme, mufle : lion

Description de l'iconographie

Les armoiries de l'archevêque Louis-Auguste de Rohan Chabot sont situées au-dessus du portail d'entrée ; un monogramme non identifié et deux mufles de lion ornent les vantaux du portail.

Commentaires d'usage régional

Hôtel sur rue

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1979/10/18 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Les façades et les toitures, la rampe en fer forgé de l'escalier, le vestibule, le salon rouge, la salle de billard, la salle à manger : inscription par arrêté du 18 octobre 1979.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Orangerie ; escalier ; lambris

Observations concernant la protection de l'édifice

Composé grâce à la réunion de trois maisons, l'hôtel se caractérise par une grande largeur sur rue, l'ampleur de son escalier d'honneur orné de bustes des archevêques de Besançon, un jardin en terrasse avec une orangerie et par la conservation, dans certaines pièces, d'un décor du 18e siècle

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2007

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Roussel Christiane

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.81.65.72.10

1/14