POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Établissement portuaire (magasin du port de Rivotte), actuellement restaurant le Manège

Désignation

Dénomination de l'édifice

Établissement portuaire

Destination actuelle de l'édifice

Remise ; manège ; école maternelle ; restaurant

Titre courant

Établissement portuaire (magasin du port de Rivotte), actuellement restaurant le Manège

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Besançon ; 2 Faubourg Rivotte

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Le canal du Rhône au Rhin

Canton

Besançon sud

Lieu-dit

Porte Rivotte (îlot) ; Faubourg Rivotte (îlot)

Adresse de l'édifice

Faubourg Rivotte 2

Références cadastrales

1834 I 917 ; 2006 DK 27

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Logement

Nom de l'édifice

Port de Rivotte dit port au bois, puis gare de Rivotte

Références de l'édifice de conservation

IA25000403

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1782

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

Chargée par les lettres-patentes du 17 octobre 1735 d'organiser la réception des bois de chauffage, leur stockage et leur vente, la municipalité avait, dès 1729, acheté aux négociants qui s'en chargeaient précédemment " arrêts, cordages, engins, machines, barques et barquots et généralement tout ce qui sert à arrêter les bois qui flottent sur la rivière du Doubs jusqu'au port de Rivotte ". Les arrêts sont un système de cordes et de troncs flottant, placés en travers du cours de la rivière pour le barrer, maintenus tendus à l'aide de treuils et supportés, le cas échéant, par des pilots. Un commis les entretient et perçoit les taxes sur les bois. En 1781, le Conseil municipal envisage la construction d'un magasin destiné à la fois au stockage des cordages et autres outils et au logement du commis. Deux projets sont donnés par l'architecte communal Longin (qui en avait déjà élaboré un en 1766) mais c'est celui du contrôleur adjoint Claude-Joseph-Alexandre Bertrand qui est adopté le 25 mai 1782. Consistant en un corps de bâtiment principal, parallèle à la route, et un corps secondaire perpendiculaire, à l'arrière, il est réalisé en 1782 et 1783 par l'entrepreneur Nicolas Strabat. En 1869, le logement est occupé par le commis chargé d'administrer la vente du bois de chauffage et le magasin, après avoir servi de dépôt de matériel de flottage, est devenu manège (?) , écurie du service des voitures de place puis entrepôt loué à un négociant. Le corps à l'arrière est supprimé entre 1876 et 1880 lors de la construction de la voie de chemin de fer Besançon-Morteau. Le bâtiment subsistant est concédé en 1896 au receveur du chantier du bois de la ville puis connaît diverses affectations au 20e siècle : il est transformé en 1932-1933 en école maternelle avec adjonction, en 1956, vraisemblablement dans le logement à l'étage, d'un centre social qui deviendra par la suite la salle municipale J.-C. Pourcelot. Un escalier de distribution extérieur en béton, à cage ouverte, lui est adjoint sur le côté droit lors de ces transformations. Vendu par la ville en 2003, il est converti en restaurant l'année suivante suivant des plans de l'architecte bisontin Claude Koenig : l'escalier extérieur est reconstruit et un petit corps de bâtiment ajouté, toujours sur le côté droit. Les façades et la toiture du corps principal sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 15 avril 2004.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moellon ; enduit ; pierre de taille ; bossage

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré ; étage de comble

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur

Commentaire descriptif de l'édifice

Le bâtiment, d'environ 12, 50 m sur 6, 50 m, présente une façade néo-classique affirmée, en pierre de taille, avec corps central en saillie orné de bossages continus en table, baie centrale montant de fond sommée d'un arc plein cintre et encadrée par deux travées de baies rectangulaires, étage-attique. Les autres murs sont en moellon calcaire enduit et l'étage de comble est coiffé par un toit à croupes couvert de tuiles plates.

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2004/04/15 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures (2006 DK 27) : inscription par arrêté du 15 avril 2004

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Dernier témoin à Besançon des installations liées au flottage du bois de chauffage, ce bâtiment se signale par la qualité architecturale de sa façade.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Typologie du dossier

Sous-dossier

Accès Mémoire

VISMER-IVR43-CANAL-BESANCON-PORT

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.81.65.72.10

1/4