Maison forte dite Prieuré de Saint-Privat

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison forte

Appelation d'usage

Prieuré de Saint-Privat

Titre courant

Maison forte dite Prieuré de Saint-Privat

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Dordogne (24) ; Saint-Privat-des-Prés

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Val de Dronne

Canton

Saint-Aulaye

Références cadastrales

1833 C1 78 ; 2000 C 276

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

14e siècle (?)

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Cet édifice est habituellement dénommé comme étant le "prieuré de Saint-Privat", mais rien n'indique que cette maison forte ait abrité un quelconque prieur. Cette tradition est d'autant plus douteuse que d'importants bâtiments conventuels aujourd'hui disparus, mais pour lesquels on lit clairement les traces, jouxtaient au nord l'actuelle église paroissiale de Saint-Privat. La maison forte présente les caractéristiques d'une aula médiévale construite au 13e siècle et remaniée au cours des siècles suivants. La construction primitive présentait trois niveaux. Le premier, presque aveugle (de nombreuses ouvertures ont été créées depuis) abritait vraisemblablement les cuisines et les locaux des domestiques. L'étage noble, pour lequel on distingue encore au milieu du mur nord-est la porte d'accès, était réservé à l'apparat. Enfin, le deuxième étage faisait office de "camera". Ses baies trilobées, équipées de coussièges, ont été agrandies. L'ouverture du pignon oriental a été muré lors de la construction de la tour, peut-être lors d'une phase de renforcement des fortifications. L'archère à croisillon patté de la façade nord-est inciterait à situer cette phase au début du 14e siècle. Cette tour, de faible dimension est percée de fentes de tir. Elle a certainement abrité un temps un escalier de distribution pour les trois niveaux. Une randière et un pigeonnier ont été installés à son sommet à une époque tardive. Au début du 20e siècle, l'édifice abritait une forge de maréchal ferrant. La cheminée construite à cette occasion est encore en place.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; pierre de taille ; moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse ; tuile plate

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; toit en pavillon ; pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur ; escalier droit ; en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice se compose d'un logis rectangulaire complété d'une tour-pigeonnier carrée jouxtant son pignon oriental. L'accès extérieur à l'étage noble a disparu (escalier ou édifice en retour d'équerre?). L'escalier intérieur est une création récente comme l'est l'organisation actuelle des pièces. De nombreuses ouvertures ont été condamnées, agrandies ou percées. Des traces d'arrachements visibles sur la façade nord-est montrent que l'édifice était plus volumineux autrefois. Au sud, seul un puits complète l'ensemble.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2002

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Marabout Vincent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Bordeaux - 5, place Jean-Jaurès 33000 Bordeaux - 05 57 57 72 37