Présentation de la commune de Baubigny

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Baubigny

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Baubigny

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 15,5 km au sud-ouest de Beaune et à 60,2 km au sud-ouest de Dijon, la commune de Baubigny compte 252 habitants (recensement INSEE 2008) pour une superficie de 10,3 km². Elle est limitrophe de Saint-Romain et Ivry-en-Montagne au nord et au nord-est, de Santosse au nord-ouest, de La Rochepot à l'ouest et au sud et d'Auxey-Duresses à l'est. La commune se compose de deux hameaux, Orches et Evelle ainsi que du centre-bourg de Baubigny. Le territoire est traversé du nord au sud par la RD 17 qui relie entre eux les trois hameaux, et qui, à la hauteur de Baubigny, devient la RD 111, permettant à l'est de rejoindre la RD 973. La RD 906 délimite le territoire communal à l'ouest. Le GR 7 sillonne l'ensemble du site. L'accessibilité des hameaux n'est cependant pas aisée, notamment par le relief fortement escarpé sur lequel la RD 17 est implantée. Orches est implanté aux pieds de la falaise à une altitude de 500 mètres environ, tandis que les deux autres noyaux villageois sont situés à flanc de coteau, à une altitude moyenne de 400-420 mètres. Le ruisseau de la Fausse Rivière coule entre le hameau d'Evelle et celui de Baubigny. La partie située à l'est de la falaise est presque entièrement couverte par les vignes et quelques espaces boisés. La partie à l'ouest se compose d'un plateau agricole. Les hameaux d'Orches et d'Evelle sont uniquement visibles depuis le pied du coteau sans qu'aucun élément ne se démarque du paysage. A l'inverse, Baubigny est particulièrement visible depuis le haut du coteau et l'église se distingue dans le paysage. Le tissu urbain du hameau d'Orches s'étire le long de la RD 17, et se regroupe au nord de la route départementale. Quelques nouveaux pavillons viennent s'implanter au sud du noyau historique, bénéficiant ainsi de la vue sur le coteau viticole. A cause du relief abrupt du site, la trame s'est développée de manière perpendiculaire à la pente, créant ainsi une implantation du tissu sous forme de « terrasse ». Les rues parallèles sont étroites, sinueuses et escarpées. Le bâti s'appuie sur de larges parcelles dont la forme est souvent variable. Les aménagements urbains sont résiduels. Les accotements restent en gravillon. Seuls des candélabres et quelques signalétiques sont installés. Le hameau ne bénéficie d'aucun espace public aménagé. Le bâti est toujours implanté en alignement sur la rue, soit de manière parallèle soit perpendiculaire. S'il est quelques fois en retrait, l'alignement est assuré par des murets. Parmi les formes architecturales récurrentes, la maison de vigneron est la plus répandue, couvrant l'ensemble du cadre bâti du hameau. Celle-ci se décline sous plusieurs formes : la maison comprenant le logis d'habitation et les bâtiments d'exploitation accolés, sans escalier en façade ; la maison comprenant le logis d'habitation sur cellier, avec un escalier parallèle à la façade menant au rez-de-chaussée surélevé et la cuverie accolée (parfois sous un même toit) ; la maison de vigneron et les bâtiments d'exploitation implantés sur une cour carrée. Enfin, une forme peu répandue sur les Hautes-Côtes et conséquente de la topographie escarpée du site d'implantation apparaît également : le bâtiment est alors implanté perpendiculairement aux rues, sur une parcelle transversale ; il est accessible au rez-de-chaussée depuis la rue en contre-bas (ruelle de Lavoir) et dans les combles depuis la Rue Haute (RD 17). Par ailleurs, quatre ensembles sur cour comprenant maison d'habitation et bâtiments d'exploitation dont un avec un pigeonnier, sont présents sur le hameau. De manière générale, les toits prennent des formes variées : à longs-pans ou à croupes, ils sont couverts de tuiles mécaniques ou de tuiles plates. La mise en oeuvre est également variée, comprenant du moellon de pierre calcaire apparent, avec parfois des joints beurrés, et de la maçonnerie enduite ou crépie. L'ambiance chromatique n'est pas toujours homogène notamment par l'utilisation de certaines couleurs de matériaux ou de v olets. La chapelle Saint-Marc, située le long de la RD 17, constitue un élément qui se distingue par son architecture (fiche de l'Inventaire général de 1978). Néanmoins, son imbrication entre les autres bâtiments n'en permet pas sa mise en valeur. Les hameaux d'Evelle et le centre-bourg de Baubigny ont tous deux une organisation bien différente. Le tissu urbain d'Evelle s'organise autour d'un îlot central abritant un vaste parc, accueillant un ensemble sur cour, et délimité par cinq rues : rue du Lait et rue de l'Echailley au nord, rue des Morts à l'ouest, rue du Dessous au sud et rue Grande à l'est. Les extensions urbaines se font sous forme de densification à la hauteur de l'îlot central ainsi que sous forme de pavillonnaire diffus à l'ouest du noyau historique. Des équipements sportifs sont installés à l'est (terrain de tennis et bâtiment). Les rues sont étroites et relativement droites. Le tissu, très lâche, se compose d'un parcellaire hétérogène, alliant de grandes parcelles avec des parcelles plus étroites en lanière. Les aménagements urbains ainsi que les places publiques sont inexistants. L'implantation du bâti est variée, alliant des constructions en alignement sur la rue (assuré par un muret si la construction est en léger retrait) ou en retrait autour d'une cour. De manière générale, les toits sont à longs-pans et couverts de tuiles plates ou mécaniques. Le moellon de pierre calcaire apparent est dominant. L'ambiance chromatique est homogène sur un nuancier de teintes claires. Parmi les formes architecturales récurrentes, les maisons de vigneron (au nombre de cinq) et les ensembles viticoles sur cour comprenant la maison de vigneron et les bâtiments d'exploitation (au nombre de six) sont dominantes. Deux maisons de maître, faisant partie d'ensembles sur cour se distinguent par leur volume et leur architecture (rue du Dessous et rue de l'Echailley). Comprenant un rez-de-chaussée et deux étages dont un de comble, les toits à croupes sont couverts d'ardoises et percés de tabatières. Bâtiments à travées édifiés en maçonnerie enduite. Baies rectangulaires et bandeau venant délimiter le rez-de-chaussée du premier étage. Par ailleurs, l'îlot central abrite un vaste domaine entouré d'un parc arboré. L'ensemble se compose d'une maison d'habitation du 18e siècle, des communs, d'une chapelle ainsi que d'un pigeonnier. Enfin, un château, actuellement à usage de centre de loisirs, est situé au nord de l'îlot central. Le bâtiment, de plan rectangulaire avec un léger avant-corps en façade est, comprend un rez-de-chaussée surélevé et deux étages dont un de comble. Le toit à croupes est couvert d'ardoises et percé par des lucarnes et des oeil-de-boeuf. Le bâtiment comprenant sept travées est édifié en maçonnerie enduite avec chaînes d'angle en pierre de taille. Les baies sont rectangulaires et en arc segmentaire. Le tissu du centre-bourg que constitue Baubigny est groupé autour d'un îlot central abritant l'église paroissiale Saint-Léger. Quelques pavillons récents sont venus s'implanter autour du noyau historique. La trame viaire est étroite et droite. Le bâti est implanté sur un parcellaire de grande taille, le plus souvent en retrait par rapport à la rue. Les aménagements urbains sont inexistants. Un espace dédié au stationnement et situé devant l'église constitue le seul espace public du village. La typologie du bâti se définit par des maisons de vigneron (au nombre de quatre) et les ensembles viti-vinicoles sur cour (au nombre de quatre). Comme pour le hameau d'Evelle, les toits essentiellement à longs-pans sont couverts de tuiles mécaniques et de tuiles plates. En termes de mise en oeuvre, le moellon de pierre calcaire apparent est également dominant. L'ambiance chromatique est homogène. L'église (qui fait l'objet d'une fiche de l'Inventaire général de 1978) est un élément qui se distingue par son architecture du 12e et 15e siècle ainsi que par sa flèche en maçonnerie particulièrement visible dans le paysage.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/7
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image