Église abbatiale de bénédictins, actuellement église paroissiale de la Purification et Saint-Seine

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Genre du destinataire

De bénédictins

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Seine

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Église abbatiale de bénédictins, actuellement église paroissiale de la Purification et Saint-Seine

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Saint-Seine-l'Abbaye ; place de l'Eglise

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Saint-Seine-l'Abbaye

Adresse de l'édifice

Eglise (place de l')

Références cadastrales

2006 AC 51

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Nom de l'édifice

Abbaye

Références de l'édifice de conservation

IA21000934

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 13e siècle, milieu 13e siècle, 3e quart 14e siècle, 15e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par travaux historiques

Description historique

L'édification de l'église actuelle s'est effectuée en quatre campagnes principales : le choeur, une partie des murs du transept et des bas-côtés furent construits sous l'abbatiat d'Olivier entre 1205 et 1226 ; après une interruption due sans doute à des problèmes financiers, les travaux reprirent de 1240 à 1255 avec le niveau supérieur des bras du transept, les voûtes des bas-côtés, les grandes arcades et les murs de la nef jusqu'à la coursière, mais en 1255, un incendie endommagea le monastère et l'église en construction. La remise en état et l'achèvement de l'édifice se poursuivirent grâce à l'abbé Guillaume de Vienne (1375 à 1388) , dont les armes bûchées se devinent encore sur des écus portés par des anges sur la clôture latérale de la chapelle du bras sud du transept, puis Jean de Chaudenay-Blaisy (1398 à 1439) dont les armoiries sont sculptées sur les clefs de voûte de la sacristie, du bras sud du transept, de la nef et du porche, ainsi que sur le tympan du portail et l'accolade du porche. Le programme initial fut réduit puisque le mur du porche interrompt le départ d'arcades amorçant le prolongement prévu de la nef. Pierre de Fontette, abbé de 1439 à 1484, fit élever la tour gauche de la façade dont la corniche porte un écu à ses armes, la seconde tour ne fut jamais terminée. Ces différentes campagnes ont laissé des traces de reprise dans la maçonnerie des parties hautes des bras du transept et du vaisseau central de la nef, et les murs des pièces encadrant le porche. Les restaurations du 19e siècle ont également laissé des marques très visibles : en 1840-1841, mur du bas-côté donnant sur l'abbaye réparé, ses fenêtres démurées et ses contreforts reconstruits ; entre 1843 et 1846, arcs-boutants et contreforts sud de la nef refaits sous la direction de l'architecte Petit ; en 1865, réfection des toitures par l'architecte A. Sirodot. L'édifice continuant à se dégrader, une restauration de fond fut envisagée. On fit appel à l'architecte Laisné, et en 1881, d'importants travaux furent entrepris, notamment l'assainissement et le redressement de plusieurs murs, puis interrompus en 1883 faute de crédits. En 1890, un devis de l'architecte dijonnais Mairet, refusé par les Monuments Historiques, fut remplacé par celui de l'architecte Louzier : de 1890 à 1893, le chevet et les voûtes furent réparés, les arcs formerets, les remplages de la coursière du choeur, l'arcade de la chapelle du sépulcre et une partie du muret de la coursière furent refaits, ainsi que la 1ère clef de voûte du choeur. En 1896, Louzier établit un devis supplémentaire pour le rejointoiement des deux premières travées du mur du bas-côté sud, la réfection des supports des chapelles du choeur et des arcs de la travée les précédant, les piliers du transept et ses fenêtres nord. Ces campagnes furent réalisées par Martenot, entrepreneur à Saint-Seine. Les travaux, achevés en 1899, comprenaient aussi la restauration d'une partie du décor d'architecture par l'entreprise de sculpture F. Kansky de Clamart : réfection partielle des motifs décoratifs de chapiteaux et bases de supports ; ces éléments, que l'on peut distinguer, étaient "incrustés" pour remplacer les parties sculptées abîmées [A.D. Côte-d'Or : 2 O 573/10 et études de J. Vallery-Radot, H. Chabeuf et P. Kurmann].

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile plate, calcaire en couverture, métal en couverture

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis, flèche carrée, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église se compose d'une nef à trois vaisseaux, précédée d'un massif antérieur avec porche, d'un transept à une travée de plan ouvrant sur des chapelles orientées, et d'un choeur à deux travées et chevet plat. La première travée du choeur est flanquée de deux chapelles, la seconde travée, de la sacristie au sud. A l'origine, cette dernière comprenait deux travées (AD 21, 10 H 27, plan de 1656) , la première étant l'actuelle chapelle Saint-Seine qui ouvrait sur le choeur par une porte maintenant transformée en placard. La chapelle symétrique était la chapelle Saint-Jean-Baptiste (aujourd'hui dédiée à la Vierge) fondée par Guillaume de Vienne qui avait fait édifier son tombeau entre celle-ci et le choeur ; dans le remplage de sa fenêtre sont conservés des vestiges de vitraux d'origine avec ses armes (restaurées). La chapelle du bras nord du transept, était dite du Sépulcre car Hugues de Ternay y avait fait placer une Mise au Tombeau comme l'indique l'inscription gravée sur la clôture en pierre : Lan mil Vc et XII frere Hugue de Ternay chambrier a fet faire ce Sepulcre et le residu. L'édifice est voûté d'ogives, la voûte de la croisée du transept, autrefois surmontée d'un petit clocher, est percée d'un oculus. Une coursière située à la base des fenêtres hautes, règne tout autour de l'édifice, de fines arcades la bordent de chaque côté du choeur ; elle est desservie par une tourelle d'escalier dans l'angle nord-ouest du transept, et ouvre, dans les angles sud-est et nord-est, sur deux tourelles en encorbellement conduisant aux combles des bas-côtés. Le chevet est percé d'une rose à réseau de quadrilobes, les murs latéraux du choeur de fenêtres hautes trilobées surmontées d'oculi ; les autres baies de l'édifice sont en arc brisé, plus larges et pourvues de remplages au niveau supérieur. Dans le bas-côté nord se trouve une porte rectangulaire bordée d'une moulure torique ; trois portes murées sont visibles dans le bras sud du transept, une identique à celle de la nef sous la fenêtre centrale, une en arc segmentaire dans l'angle sud-ouest et une en plein-cintre qui ouvrait sur un couloir desservant le bâtiment du chapitre ; une autre porte du bas-côté sud donnait sur le cloître. L'édifice est épaulé par des contreforts excepté le vaisseau central qui est contrebuté par des arcs-boutants. Les toitures sont en tuile plate sauf les bas côtés couverts en pierre plate et la base de la tour sud en métal.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Agneau mystique ; armoiries ; ornement à forme végétale ; crochet ; feuille ; chou ; escargot ; fleuron ; animal fabuleux ; porc ; dragon ; vigne ; homme : en buste

Description de l'iconographie

Agneau mystique sur la clef de voûte du bras nord du transept et sur la clôture latérale de sa chapelle. Armes de Guillaume de Vienne "de gueules à l'aigle d'or" sur la clôture latérale de la chapelle du bras sud du transept, celles de Jean de Chaudenay-Blaisy "d'or à la fasce de sable, aux six coquilles du même, trois en chef et trois en pointe" sur les clefs de voûte de la sacristie, du bras sud du transept, de la nef et sur le porche, armoiries de Pierre de Fontette "fascé d'or et d'azur de 6 pièces, écartelé d'or à l'aigle de gueules" sur la corniche de la tour. Feuilles et crochets sculptés sur les chapiteaux. Porche orné de feuilles de choux frisés, d'escargots, de vigne, d'un cochon et d'un dragon, de gargouilles en forme d'animaux fantastiques. Buste d'homme à l'extrémité sud du pignon du chevet et à l'extrémité ouest du pignon du bras nord du transept.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1862 : classé MH

Référence aux objets conservés

IM21011409, IM21011410, IM21011411, IM21011423, IM21011434, IM21011418, IM21011419, IM21011436, IM21011444, IM21011401, IM21011406, IM21011412, IM21011432, IM21011435, IM21011438, IM21011402, IM21011425, IM21011428, IM21011433, IM21011437, IM21011421, IM21011400, IM21011405, IM21011427, IM21011430, IM21011408, IM21011413, IM21011420, IM21011446, IM21011415, IM21011443, IM21011404, IM21011424, IM21011431, IM21011416, IM21011429, IM21011440, IM21011417, IM21011426, IM21011442, IM21011403, IM21011414, IM21011422, IM21011439, IM21011447, IM21011441, IM21011445, IM21011407, IM21011448, IM21011257, IM21011266, IM21011275, IM21011247, IM21011259, IM21011265, IM21011272, IM21011249, IM21011261, IM21011268, IM21011250, IM21011263, IM21011248, IM21011254, IM21011262, IM21011278, IM21011260, IM21011281, IM21011255, IM21011267, IM21011269, IM21011256, IM21011258, IM21011273, IM21011246, IM21011252, IM21011253, IM21011264, IM21011270, IM21011274, IM21011271, IM21011277, IM21011276, IM21011279, IM21011280

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fromaget Brigitte

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55