Église paroissiale Saint-Joseph

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Joseph

Titre courant

Église paroissiale Saint-Joseph

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Dijon ; 21 bis rue de Jouvence

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté d'agglomération du Grand Dijon

Adresse de l'édifice

Jouvence (rue de) 21 bis

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1909

Commentaires concernant la datation

Datation par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Description historique

Cette église fut construite avec le soutien de la bourgeoisie commerçante et industrielle, d'après les plans des architectes dijonnais Emile Robert et Ludovic Allaire. La première pierre fut posée en 1909, bien que le projet soit plus ancien (fin du XIXe siècle). Elle fut inaugurée en 1910 par Monseigneur Dadolle puis complétée en 1923 (flèche) et 1927 (transept). Son vocable (saint Joseph, patron des travailleurs) rappelait la vocation industrieuse du quartier Jouvence. Un nouveau décor installé en 1959 fit disparaître l'ancienne ornementation intérieure néo-gothique. Il reste néanmoins du décor d'origine l'ornementation de la façade sur rue, par le mosaïste U. Drupt et le sculpteur Henri Schanoski. Ravagée par un incendie le 12 septembre 1983, l'église a été réouverte en 1984, après les travaux menés par l'architecte dijonnais Robert Chapuis. Elle accueille un nouveau mobilier depuis 1987. Les vitraux ont été réalisées d'après des cartons de Vera Pagava, également conceptrice de l'aménagement du choeur.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Edifice religieux, à nef unique, muni d'un transept, situé à l'angle des rues de Jouvence et du Havre. De plain-pied, l'édifice est surmonté d'une toiture à pans multiples recouverte de tuiles plates. Les murs, édifiés en maçonnerie enduite, présentent un parement de pierres traitées en bossage. La façade occidentale, surmontée d'un clocher orné d'une horloge, présente une travée centrale inscrite dans une arcade reposant sur deux colonnes engagées et percée d'un portail à un fronton cintré. Le dessus-de-porte est orné d'une mosaïque représentant Jésus enfant travaillant au côté de Joseph. Au niveau supérieur, la travée est percée d'une baie en plein cintre ornée d'un tympan sculpté. Deux baies en plein cintre encadrent la baie de la travée centrale. La façade orientale, avec le chevet de plan rectangulaire qui ceint le choeur est percée de baies en plein cintre et de baies cintrées avec encadrement en pierre. La façade sud est ornée d'une plaque gravée d'un texte en latin : "DEO/Sub invocatione sancti Joseph/Hoc erexit templum/Laeta plebis devotio/MDCCCCX - MDCCCCXXVII". Le style hésite entre le néo-roman et le néo-gothique.

Technique du décor des immeubles par nature

Mosaïque ; sculpture ; vitrail

Indexation iconographique normalisée

Christ, saint Joseph, Vierge ; tête : ange

Description de l'iconographie

Hormis les vitraux de Vera Pagava à l'intérieur, c'est la façade sur rue qui concentre l'essentiel du décor : le tympan est orné d'une mosaïque de U. Drupt représentant Jésus et la Vierge dans l'atelier de Joseph, et le dessus de la baie de l'étage a été sculpté de quatre têtes d'anges en haut relief par Henri Schanosky.

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

L'intérêt de cet édifice religieux réside dans ses qualités architecturales développant un vocabulaire s'inspirant à la fois du néo-roman et du néo-gothique (volumes géométriques simples, ordonnancement régulier, emploi d'arcs en plein cintre, ornementation discrète). Lieu de sociabilité important, cet édifice constitue un exemple représentatif de l'architecture religieuse, en pleine recherche stylistique, mise en place dans le contexte de la séparation de l'Eglise et de l'Etat au début du 20e siècle.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une association diocésaine

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2006 ; 2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dubois Anne-Laure ; Inguenaud Virginie ; GRAHAL ; Potier Nicolas

Cadre de l'étude

Inventaire topographique ; pré-inventaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55