Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Destination actuelle de l'édifice

Hôtel de voyageurs ; restaurant

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Sainte-Sabine ; rue Saint-Martin

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pouilly-en-Auxois

Adresse de l'édifice

Saint-Martin (rue)

Références cadastrales

1954 AB 179

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cour, parc

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 17e siècle, 2e quart 18e siècle, 3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1727, 1863

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Une modeste maison seigneuriale appelée la Maison de Fussey existait au 16e siècle. Vers 1630, Gaspard de Messey entreprend la construction d'un château de plan quadrangulaire, avec pavillons d'angle, fossés, pont-levis et colombier. De cet édifice, seuls les pavillons nord-ouest et sud-ouest encadrant le portail d'entrée semblent avoir été conservés. En 1693, la seigneurie est acquise par la famille Parisot, qui la conserve jusqu'en 1760 et fait réaliser l'aile nord, dont le dessin de la façade sur cour est conservé, ainsi qu'un projet de construction (non daté) d'une antichambre et d'un escalier sur les fondations ruinées de l'aile est. Une lucarne du pavillon nord-ouest portant la date 1727 témoigne sans doute de cette campagne de travaux. Mis sous séquestre en 1792, le château est ensuite vendu à Nicolas-Guillaume Bazire, frère du conventionnel dijonnais Claude Bazire. Celui-ci le revend en 1798 à Pierre Rocault, négociant à Chalon-sur-Saône, qui vers 1810 fait combler les fossés. En 1831, son fils Jean-Baptiste démolit le colombier et vers 1850, son petit-fils reconstruit le château "à la moderne" et aménage les alentours. Des écus sculptés portent les monogrammes de la famille Rocault : C. R. sur le corps de logis principal, S. R. sur les deux faces du portail d'entrée et la tourelle de l'aile sud, ainsi que sur la rampe d'escalier du pavillon nord-est ; la cheminée de la "salle des gardes" porte la date 1863. Aménagés en hôtel en 1960, les bâtiments ont fait l'objet en 1990 d'une importante rénovation pour être convertis en hôtellerie de luxe et une vaste salle à manger a été construite devant l'étage de soubassement du corps principal.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, moyen appareil

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, 1 étage carré, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, toit en pavillon, toit polygonal, flèche polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie, escalier intérieur : escalier tournant, en charpente, escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Situé dans la partie nord du village, à proximité de l'église, le château est bâti sur une terrasse dominant le ruisseau de la Miotte. Les bâtiments occupent trois côtés d'une cour intérieure rectangulaire, à laquelle on accède à l'ouest par un passage couvert. Le passage traverse une galerie en rez-de-chaussée couverte d'une terrasse, reliant deux pavillons d'angle de plan trapézoïdal ; ceux-ci comprennent un étage de soubassement taluté sur lequel règne un cordon d'escarpe, un étage carré avec bandeau régnant au niveau de l'appui des fenêtres et un étage de comble. Au nord, le logis principal, entre deux pavillons, présente le même nombre d'étages ; il comporte un vestibule central demi-hors-oeuvre de plan polygonal, couvert d'un toit de même plan surmonté d'un lanternon. Au sud, une aile néo-gothique à un étage carré jouxte le pavillon sud-ouest, avec dans l'angle une tourelle d'escalier octogonale demi-hors-oeuvre ; à l'étage, une vaste pièce dite "salle des gardes" possède une cheminée néo-gothique, ainsi que des boiseries et un ensemble de mobilier de même style. Le corps central du logis principal, la tourelle d'escalier et la façade sur cour de la galerie sont en pierre de taille. Un escalier monumental en pierre à rampe sculptée occupe le premier niveau du pavillon nord-est, un escalier en chêne à balustres tournés lui succède pour desservir l'étage de comble ; un escalier de pierre situé dans la galerie ouest donne accès aux sous-sols voûtés.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Ange ; tête ; lion ; griffon myth. ; fleuron ; guirlande ; raisin ; écu ; rinceau

Description de l'iconographie

Des lions encadrent un écu entouré de rinceaux de pampres au-dessus du portail d'entrée à l'extérieur, une frise de rinceaux avec griffons surmonte une tête de femme et un écu côté cour. Une guirlande de fleurs et de fruits sous un écu orne l'avant-corps du logis principal. Des anges porte-écu sont sculptés au-dessus de la porte de la tourelle, des têtes humaines, une tête de lion et des fleurons sur les fenêtres de celle-ci. Des rinceaux de pampre ajourés forment la rampe d'escalier du pavillon nord-est.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1969

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Réveillon Elisabeth

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/32
château
château
(c) Région Bourgogne - Inventaire général
Voir la notice image