Collégiale Saint-Martin-de-Brive

Désignation

Dénomination de l'édifice

Collégiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Martin-de-Brive

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Collégiale Saint-Martin-de-Brive

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Corrèze (19) ; Brive-la-Gaillarde ; place Charles-de-Gaulle

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Brive-la-Gaillarde centre

Canton

Brive-la-Gaillarde 1

Adresse de l'édifice

Charles-de-Gaulle (place)

Références cadastrales

1823 K 478, 1973 BL 89

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Prieuré

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Haut Moyen Age, limite 11e siècle 12e siècle, 12e siècle, 1ère moitié 13e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

Limite 15e siècle 16e siècle, 2e quart 18e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Ferréol, évêque (donateur), Dubois famille (donateur)

Description historique

Un premier édifice paléochrétien, signalé par Grégoire de Tours, fut construit sans doute à la fin du 5e siècle à l'emplacement du tombeau de Martin l'Espagnol. Il est incendié au 6e siècle et reconstruit à l'initiative de Ferréol, évêque de Limoges, puis complété et agrandi à la période carolingienne. Dès la fin du 11e siècle, l'édifice est géré par un collège de chanoines qui adoptent la règle de saint Augustin. Vraisemblablement dès cette époque et tout au long du 12e siècle sont construits les premiers bâtiments du prieuré, au nord, et la collégiale qui englobe les maçonneries des édifices du haut moyen âge. Une nouvelle nef est reconstruite dans la 1ère moitié du 13e siècle sur les fondations de la nef romane, détruite pour une raison inconnue. Vers 1500 est ajoutée une chapelle au côté nord de la nef et une autre au bras nord du transept. Une partie du prieuré comprenant le logis du prieur est reconstruite entre 1479 et 1517. La surélévation du choeur de l'église et son aménagement intérieur sont financés par la famille Dubois entre 1726 et 1730. Le cloître est détruit en 1764. Le reste des bâtiments conventuels, acquis par la ville à la Révolution, sont détruits en 1835. Entre 1860 et 1874, divers projets de restauration proposés par les architectes Chabrol, Chevalt et Rogemond n'aboutissent pas. Entre 1876 et 1906 d'importants et urgents travaux de restauration sont réalisés par l'architecte communal Louis Bonnay sous la direction d'Anatole de Baudot : réfection des combles avec stabilisation des piles de la nef qui menaçaient de déverser, reconstruction du porche occidental, du clocher et de la chapelle axiale du chevet, construction d'une sacristie. Création de 12 verrières par Oudinot en 1880. Complément de décor sculpté néo-roman (chapiteaux et modillons) réalisé en 1906 par Max Braemer, sculpteur parisien. Le dégagement de l'édifice par la démolition des maisons adjacentes, entrepris sous A. de Baudot, se poursuit jusqu'en 1940. En 1953 le voûtement de la nef qui avait été consolidé en 1878 par un système d'arcs transversaux en briques est à nouveau stabilisé par une structure en béton. Les travaux sont dirigés par Georges Duval, architecte des Monuments historiques. Restauration générale des maçonneries extérieures en 1997.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte en berceau brisé, voûte d'ogives, voûte en berceau (à lunettes), coupole en pendentifs, cul-de-four

Typologie de couverture

Toit à longs pans, flèche en maçonnerie, flèche polygonale, croupe polygonale, pignon découvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice est construit en grès fin de Grammont. La nef et les collatéraux sont voûtés d'ogives. Le choeur est voûté d'un berceau fractionné à lunettes. Les bras du transept sont voûtés en berceau brisé. Les chapelles du choeur et les chapelles orientées du transept sont voûtées en cul-de-four. Une coupole sur pendentifs est placée à la croisée du transept. Un escalier en vis logé dans une tourelle, partant du bas-côté sud du choeur, permet l'accès au clocher. Un autre escalier en vis, logé dans le contrefort est du bras nord du transept, est condamné.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, sculpture (étudiée dans la base Palissy), peinture, peinture (étudiée dans la base Palissy), vitrail, vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme géométrique ; ornement à forme végétale ; ornement à forme animale ; tête ; armoiries

Description de l'iconographie

L'oculus du transept porte un décor à frise de billettes. Les chapiteaux du 13e siècle, dans la nef et les collatéraux, sont sculptés de crochets, boules, palmettes et cervidés. Les modillons du chevet et du premier étage du clocher ont un décor de têtes humaines, de diables ou d'animaux. Les portails ont un décor de frise-chapiteau à feuillages. De part et d'autre du portail nord sont insérés deux bas-reliefs représentant chacun un lion (?) sous une arcature polylobée. La clef de voûte de la chapelle nord de la nef porte les armoiries de la ville (d'azur à neuf épis d'or disposés par trois en forme de fleur de lis, posés 2 et 1).

Commentaires d'usage régional

Église-halle,clocher-tour,portail limousin,décor sculpté

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1862 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise Saint-Martin : classement par liste de 1862.

Référence aux objets conservés

IM19001142, IM19001139, IM19001149, IM19001157, IM19001147, IM19001140, IM19001143, IM19001169, IM19001177, IM19001178, IM19001180, IM19001192, IM19001200, IM19001216, IM19001202, IM19001203, IM19001204, IM19001209, IM19001213, IM19001205, IM19001207, IM19001161, IM19001163, IM19001164, IM19001168, IM19001181, IM19001182, IM19001186, IM19001194, IM19001211, IM19001165, IM19001171, IM19001173, IM19001174, IM19001179, IM19001191, IM19001193, IM19001176, IM19001233, IM19001195, IM19001201, IM19001156, IM19001166, IM19001199, IM19001154, IM19001167, IM19001183, IM19001215, IM19001218, IM19001141, IM19001148, IM19001152, IM19001159, IM19001160, IM19001170, IM19001196, IM19001208, IM19001151, IM19001158, IM19001175, IM19001185, IM19001187, IM19001188, IM19001190, IM19001145, IM19001150, IM19001153, IM19001172, IM19001198, IM19001210, IM19001217, IM19001144, IM19001155, IM19001189, IM19001146, IM19001162, IM19001184, IM19001197, IM19001206, IM19001212, IM19001214, PM19000072, PM19000075, PM19000076, PM19000491, PM19000071, PM19000722, PM19000073, PM19000074, PM19000904, PM19000842, PM19000844, PM19000843, PM19001126, PM19001124, PM19001125, PM19001127, PM19001368

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Chevet ; portail

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1997

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Chavent Martine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine, Maison de la Région - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Limoges - 27, boulevard de la Corderie – CS 3116 - 87031 Limoges Cedex 1 – 05 55 45 19 00

1/33
Vue intérieure de la nef vers le choeur
Vue intérieure de la nef vers le choeur
Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
Voir la notice image