Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Charente (16) ; Champagne-Mouton

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Confolentais

Canton

Champagne-Mouton

Lieu-dit

Juyers

Références cadastrales

1991 B4 899-900, 904, 930-931, 972-974

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

15e siècle, 2e moitié 17e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le fief de Juyers dépendait de la baronnie de Champagne-Mouton. En 1408, Guy Vilain, chevalier, rend aveu pour ses terres de Juyers, il s'agit du premier seigneur connu de Juyers. En 1465, Pierre de Nouzières, écuyer, est seigneur de Juyers. Le fief passe entre les mains de la famille Chrestien au 16e siècle, par le mariage de Marie de Nouzières avec Charles Chrestien, écuyer. A partir de 1649, Juyers est tenu par la famille de Goret, une famille de magistrats poitevins qui ont conservé le château jusqu'à la Révolution. Des vestiges du château antérieur sont encore visibles. Deux tours arasées situées près de la rivière datent probablement du 15e siècle. Le château de Juyers a été construit par la famille de Goret dans la deuxième moitié du 17e siècle. Le logis, le pavillon et les dépendances ont été construits à cette époque. La deuxième moitié du logis et le deuxième pavillon n'ont jamais été construits, probablement du fait de problèmes financiers. Le pigeonnier, situé au nord-ouest du logis, a été détruit vers 1930. Il figure sur les cartes postales du début du siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 2 étages carrés

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château de Juyers est situé au sud-est de la commune de Champagne-Mouton, dans la vallée de l'Argent. Il est composé d'un logis, d'un pavillon au sud-est et de dépendances organisées sur trois côtés autour d'une cour. Le logis possède un rez-de-chaussée, un étage et un étage de comble. L'étage de comble est percé de quatre lucarnes. La toiture pentue du logis est en tuiles plates, à l'exception de l'extrémité nord-ouest, couverte en tuiles mécaniques, autrefois couverte en châtaignier. L'entrée est sur la quatrième travée, qui était probablement prévue pour être la travée centrale. La porte d'entrée est en anse de panier, avec une clé et des sommiers saillants. La lucarne située au-dessus de la porte est différente des autres. Le plein de travée est appareillé et porte des armoiries. La lucarne est encadrée de pilastres et surmontée d'un fronton couronné par des boules. L'entrée donne sur un escalier rampe sur rampe, éclairé par des verrières décorées de blasons. L'un de ces blasons porte trois porcs sauvages, emblème de la famille de Goret. L'ensemble du logis est construit sur une cave qui communique avec l'étage de soubassement du pavillon. La cave est voûtée en plein cintre. Une ouverture murée, située sous l'escalier du logis, était probablement l'ancien accès à la cave. L'entrée actuelle est située sur le mur pignon nord-ouest. Le rez-de-chaussée du logis est constitué d'un salon et d'un salon fumoir, et l'étage de trois pièces. Les pièces des deux niveaux sont desservies par un couloir qui longe la façade. Sur le mur pignon nord-ouest du logis, on distingue des pierres d'attente, des ouvertures murées et des piédroits de cheminées, qui étaient prévus pour la poursuite de la construction qui n'a jamais eu lieu. Le pavillon est dans le même alignement que la façade du logis au nord-est, mais il est construit en avant-corps sur l'élévation sud-ouest. Il est composé d'un étage de soubassement, d'un rez-de-chaussée, de deux étages et d'un étage de comble. La haute toiture en pavillon est en tuiles plates, elle est couronnée par deux girouettes. Le pavillon est percé de deux travées. Deux échauguettes en encorbellement sont situées au deuxième étage du pavillon. La porte en anse de panier est surmontée d'un oculus. L'escalier tournant contre la façade est éclairé par trois oculi ovales. La cuisine est située dans l'étage de soubassement du pavillon, elle contient une cheminée à hotte partiellement engagée et piédroits obliques, un monte-charge, et un évier de grande taille éclairé par une immense baie d'éclairage de forme ovale protégée par des grilles. La pièce du rez-de-chaussée contient une cheminée adossée à hotte et piédroits moulurés. La plaque de cheminée porte un blason décoré de deux étoiles et d'un coeur en feu, couronné d'une fleur de lys, dans un motif à six lobes. Les dépendances sont disposées sur trois côtés de la cour du château. L'aile nord-ouest comprend un logement et une écurie, dont les portes sont en plein cintre. Le porche du château, face à la porte d'entrée du logis, est situé sur l'aile nord-est. Le passage couvert en anse de panier permet d'accéder à une porte charretière et à une porte piétonne sur l'élévation extérieure. L'aile nord-est comprend également plusieurs étables. L'aile sud-est est composée d'un logement et d'étables. Les ouvertures des dépendances sont de tailles différentes, en anse de panier ou en plein cintre, les oculi sont ovales ou ronds. Un pigeonnier se trouvait autrefois au nord-ouest du château. Il était de plan circulaire, couvert en châtaignier. Il a été détruit dans les années 1930. Au sud-ouest du logis, un portail à piles est situé dans le même alignement que le porche et la porte d'entrée du logis. Près de la rivière, au sud-ouest, deux tours arasées circulaires reliées par un mur forment avec les trois ailes des dépendances au nord-est un rectangle régulier. Un bassin d'eau s'étendait entre les deux tours, au pie d du mur, à l'intérieur de l'enceinte. Il était alimenté par l'Argent. Chaque tour possède une porte à traverse et des meurtrières. La tour sud-ouest a servi également de pigeonnier. Nous ne sommes pas entrés à l'intérieur de la tour sud-est. Des vestiges de murs sont visibles entre les deux tours, mais aussi à partir des deux tours en direction des dépendances.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ourry Yann, Debelle Jacqueline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Nouvelle-Aquitaine - Service du Patrimoine et de l’Inventaire, site de Poitiers - 102, Grand'Rue - 86020 Poitiers - 05.49.36.30.07

1/38
Château
Château
© Inventaire général, ADAGP ; © Communauté de communes du Confolentais
Voir la notice image