Église du couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Genre du destinataire

D'ermites de saint Augustin

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Augustin

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Église du couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aveyron (12) ; Villefranche-de-Rouergue ; rue Valadier

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Villefranche-de-Rouergue (commune)

Adresse de l'édifice

Valadier (rue)

Références cadastrales

1823 D 557, 1971 AT 315

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Couvent d'ermites de saint Augustin

Références de l'édifice de conservation

IA12000041

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 15e siècle, 1er quart 16e siècle, 4e quart 16e siècle, milieu 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1488, 1520, 1591

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Pomairols Jean Nicolas de (donateur)

Description historique

L'actuelle église Saint-Augustin fait suite à une première chapelle édifiée dans l'enceinte du couvent en 1488. Dans son testament militaire de 1507, Jean Nicolas de Pomairols exprime le souhait que ses descendants construisent une chapelle funéraire dans l'église du couvent des Augustins. Cependant, ce n'est que le 20 avril 1520 que les consuls Guillaume de Roqua, Etienne Garrigarum, Jean Patras et Guillaume Caussé posent la première pierre de l'église conventuelle des Augustins, à la demande des révérends pères Bedou et Jouffredy. L'acte est pris par Pierre Coudercy, notaire et greffier des consuls. Le 16 avril 1522, le Pape accorde un pardon général au couvent des Augustins de Villefranche-de-Rouergue. En 1563, le couvent des pères Augustins, abandonné de tous ses religieux qui s'étaient enfuis en 1561 suite à l'accueil de protestants, est déserté et converti en collège, par ordonnance de Mgr Jacques de Corneillan, évêque de Rodez jusqu'en 1585. La construction du clocher et du choeur de l'église débute en 1588 et s'achève en 1591. En 1626, l'église est équipée d'un orgue. De 1803 à 1822, le culte de la paroisse de saint Augustin est célébré dans la chapelle des Pénitents Bleus. En 1809, la commune envisage de vendre l'église qui menace ruine pour racheter l'église des Pénitents Bleus. A partir de 1818, des travaux de remise en état de l'église sont amorcés. L'église est rouverte au culte en 1822 à usage paroissial. En 1837, les voûtes de l'église sont recouvertes de zinc. En 1840, la flèche du clocher est démolie. En 1843, un portail d'entrée, de style néo-gothique, et trois baies en partie haute sont percés dans la façade occidentale. A cette occasion, la tribune est reconstruite et rehaussée. De 1845 à 1846, le curé Vidal (enterré dans l'église) s'attache à embellir l'église en créant 4 fenêtres hautes à l'occasion de la rénovation de la toiture. A partir de 1862, la grande sacristie est édifiée. En 1853, les maisons accolées au mur nord de l'église sont achetées par la commune et rasées pour pallier l'obscurité de l'église assombrie par la pose de vitraux colorés. En 1858, on installe un orgue et un tambour de porte. De 1861 à 1862, le clocher est reconstruit dans le style néo-gothique sur les plans de l'architecte diocésain de l'époque, Etienne-Joseph Boissonnade, puis Jean-Baptiste Vanginot. Les maçonneries sont rebâties et les fonts baptismaux sont embellis. La réalisation du nouveau clocher est confiée dans un premier temps à la maison Virebent de Toulouse puis à l'entrepreneur de maçonnerie villefranchois Entraygues. Les ornements en céramique sont toutefois achetés au toulousain Virebent. En 1863, les murs de l'église sont blanchis. Jean Roux, maçon villefranchois, installe une balustrade en béton au clocher, suite à la demande du curé V. Durand. En 1925, l'ancienne sacristie accolée à l'église sur le côté nord du chevet est démolie. En 1936, la couverture du bas-côté nord est refaite. En 1963, la paroisse de Saint Augustin est désaffectée. L'église sert aujourd'hui de lieu de manifestations culturelles.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Flèche polygonale, toit à longs pans, pignon découvert, croupe polygonale, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie, escalier en équerre, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

De plan allongé, la nef à vaisseau unique est voûtée en croisées d'ogives, tout comme les deux bas-côtés. La nef est éclairée par 6 fenêtres hautes et une rosace, le choeur par 5 baies et chacun des 2 bas-côtés par 2 baies. Les chapiteaux et les clefs de voûte présentent des décors en relief et des décors dans la masse. L'église est couverte par un toit à longs pans en ardoise. L'édifice est orienté, sa façade occidentale est ornée d'un portail monumental. On accède au choeur par deux marches. Le revers de la façade occidentale comporte une tribune d'orgue formant dans sa partie inférieure un tambour de porte.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique, ferronnerie, sculpture, sculpture (étudiée dans la base Palissy), vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Pinacle ; rosace ; crochet ; croix

Description de l'iconographie

Le portail, cantonné de 2 pinacles, comporte un tympan en arc brisé orné d'un remplage aveugle néo-gothique surmonté de crochets. Les décors en terre cuite des baies du clocher imitent la forme d'arcs trilobés néo-gothiques. Le clocher est surmonté d'une croix ajourée.

Commentaires d'usage régional

Église à nef unique

Protection

Référence aux objets conservés

IM12000421, IM12000452, IM12000391, IM12000407, IM12000408, IM12000417, IM12000453, IM12000455, IM12000457, IM12000402, IM12000406, IM12000400, IM12000418, IM12000399, IM12000416, IM12000458, IM12000384, IM12000386, IM12000387, IM12000390, IM12000404, IM12000430, IM12000389, IM12000412, IM12000413, IM12000415, IM12000401, IM12000432, IM12000398, IM12000409, IM12000454, IM12000388, IM12000410, IM12000411, IM12000422, IM12000456, IM12000414, IM12000431, IM12000462, IM12000385, IM12000425, IM12000405, IM12000464, IM12000469, IM12000461, IM12000463, IM12000465, IM12000472, IM12000403, IM12000473, IM12000471, IM12000478, IM12000480, IM12000481, IM12000470

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Tournemire Luc, Guiochon Xavier-Philippe, Lajeunie Aurélie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Midi-Pyrénées - Direction de la Culture et de l'Audiovisuel - Service Connaissance du Patrimoine 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - 05.34.45.97.33

église du couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin
église du couvent d'ermites de saint Augustin puis église paroissiale Saint-Augustin
(c) Ville de Villefranche-de-Rouergue ; (c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image