Église paroissiale Saint-Michel

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Michel

Titre courant

Église paroissiale Saint-Michel

Localisation

Localisation

Occitanie ; Ariège (09) ; Saint-Michel

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Pays de Pamiers

Canton

Pamiers-ouest

Références cadastrales

1986 A 8

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1851, 1866, 1874

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par travaux historiques

Description historique

L'église est mentionnée lors de la constitution du diocèse de Rieux en 1318. Elle est dite "de Tribus Sorribus", appartenant avec Esplas, Lescousse à un même corps de Consulat autour de Saint-Martin-d'Oydes. Le lieu dépendait également de la seigneurie de Saint-Martin-d'Oydes. L'église a été édifiée sur une butte ovale qui pourrait être le castrum mentionné en 1263. L'église paroissiale actuelle occuperait le site de l'ancienne église primitive. Lors de la visite pastorale de l'évêque en 1633, l'église primitive est décrite comme "fort petite et basse et en mauvais état". Le même constat est renouvelé en 1725, il est alors dit que les "murailles menacent ruine". Devant l'état de délabrement, et en particulier des élévations du choeur qui menaçaient de s'effondrer, la commune sollicite l'avis et un devis de l'architecte diocésain Ferdinand de Coma pour reconstruire un nouvel édifice. Les travaux commencent en 1851-1853 (la date portée sur la plaque au-dessus du portail occidental est 1851). Une première campagne s'achève en 1864. L'entrepreneur est alors François Allière, de Bonnac. Les travaux ne sont cependant réellement achevés qu'en 1876. L'édifice a été reconstruit dans un discret style néo-roman. En 1874, des travaux de réparation et de peinture ont lieu. Le plafond est mis en place par le menuisier Anouilh sur les plans de l'architecte diocésain Ferdinand de Coma. Ces travaux sont achevés en 1876. L'horloge est acquise en 1888. En 1910, il est fait mention de réparations menées par l'architecte Goizé et en 1920-21 de nouveaux travaux de restauration et de réaménagement du mobilier par l'architecte Tourte à Pamiers et l'entrepreneur Escur. L'église est restaurée en 2000-2001.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, brique, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Fausse voûte en cul-de-four, fausse voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe ronde, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : échelle, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église est construite sur une butte de plan ovale partiellement arasée sur le côté ouest, de près de 3 mètres de haut, pour 44 mètres de long et 25 mètres de large. Les élévations de l'église sont en moellon de pierre calcaire et de grès. L'enduit masque partiellement cet appareil de moellon calcaire et de grès, ainsi que de briques concassées. La façade occidentale, l'élévation nord et le choeur comportent des contreforts en brique. Une génoise en tuile canal, à 2 rangs superposés court sur les élévations nord et sud de la nef et de l'abside. Les ouvertures de l'édifice comportent un encadrement en brique. L'élévation ouest, ordonnancée, comporte deux contreforts en brique encadrant une travée d'ouverture. Le portail occidental est surmonté d'une plaque commémorative en pierre de taille calcaire. Une rosace murée abrite une horloge d'édifice. L'ensemble de l'élévation est couronné par un clocher-mur à deux niveaux, abritant chacun une cloche. Celui-ci est couronné par une croix. Les baies de la nef sont en plein cintre, les deux baies du choeur sont en demi-lune. L'église présente un plan allongé, à vaisseau unique, avec une abside en cul-de-four et une petite sacristie attenante sur l'élévation nord, à hauteur du choeur. Outre le portail occidental, l'édifice présente une entrée au niveau de la première travée de la nef au nord. La nef comporte trois travées. Elle est couverte d'un toit à longs pans, l'abside d'une croupe ronde, la sacristie d'un appentis. Le matériau de couverture en est la tuile creuse. Un discret décor de stuc anime les élévations intérieures de la nef. Le choeur comporte un carrelage de céramique polychrome. Le plafond à caissons de la nef est en bois. Il s'agit d'un plafond à charpente apparente comportant un décor architecturé et ornemental. Le plafond porte des traces de peinture bleue. Le choeur est couvert par une fausse voûte d'ogives et une fausse voûte en cul-de-four en plâtre sur lattis de bois. On accède au clocher par une échelle et à une cage en bois abritant le mécanisme d'horloge.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, menuiserie (étudié dans la base Palissy), céramique, vitrail (étudié dans la base Palissy)

Indexation iconographique normalisée

Croix ; ornement architectural

Commentaires d'usage régional

Clocher-mur

Protection

Référence aux objets conservés

IM09000393, IM09000401, IM09000404, IM09000390, IM09000397, IM09000395, IM09000405, IM09000400, IM09000392, IM09000389, IM09000396, IM09000398, IM09000399, IM09000402, IM09000394, IM09000403, IM09000406, IM09000391, IM09000943, IM09000493

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Eglise caractéristique de ces petites églises rurales reconstruites par l'architecte diocésain Ferdinand de Coma sur des plans sériels.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Guiochon Xavier-Philippe, Pradier Sandrine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

église paroissiale Saint-Michel
église paroissiale Saint-Michel
(c) Inventaire général Région Occitanie ; (c) Communauté de communes du Pays de Pamiers
Voir la notice image