Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption dite Notre-Dame-d'Aquilon

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Notre-Dame-de-l'Assomption

Appelation d'usage

Notre-Dame-d'Aquilon

Titre courant

Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption dite Notre-Dame-d'Aquilon

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur 05 Guillestre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Guillestre

Références cadastrales

1830 E4 850, 2001 AA 134

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

15e siècle, 1er quart 16e siècle, 2e quart 16e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

18e siècle, 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1542, 1728, 1852

Commentaires concernant la datation

Daté par source, porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Les travaux de l'église de Guillestre commencent en 1507 d'après un prix-fait établi le 20 juin. Ils sont confiés à Jean Gerbon et Pierre Brun, entrepreneurs embrunais qui travaillent d'après les plans de maître Galéas, artiste d'origine italienne. L'édifice qui devait être achevé en 1513 a été consacré en 1532 sous le vocable de l'Assomption. Le nouveau bâtiment est construit perpendiculairement à l'ancienne église. Le chevet neuf quant à lui s'élève à l'extérieur du rempart et l'ancien choeur, probablement du 15e siècle, devient une chapelle, la première à l'est de la nef. La deuxième chapelle latérale nord date de 1542 (porte la date). Le porche appelé aussi réal, contemporain de la reconstruction de l'église, remplace l'ancien portique dont il réutilise les deux lions stylophores. La sacristie d'abord située dans la vicairie, au sud de l'ancienne nef, est aménagée à l'emplacement actuel en 1728 (daté par source) , alors que l'adjudication des travaux à François Mercier et le devis de l'ingénieur Eyglun datent de décembre 1719. Le pavage de la nef, postérieur à 1633, est refait en marbre de Guillestre en 1719 et celui du choeur en 1727. Crépis à l'intérieur comme à l'extérieur dès l'origine, les murs de la nef sont blanchis en 1759 par des maîtres-maçons italiens. Le toit du porche est refait en 1802. Entre 1829 et 1831 l'église subit des travaux d'urgence : la voûte de l'une des chapelles est en partie refaite, une corniche d'ordre toscan est prévue sur le pourtour du choeur, l'ensemble de l'édifice est blanchi, le plancher est refait à neuf, les châssis des fenêtres sont remplacés. La toiture quant à elle est réparée en 1859, tandis que le remplacement du dallage de l'allée centrale et celui du porche sont respectivement prévus en 1862 et 1863. La chapelle de la Vierge financée par la famille Curnier de Lavalette est construite au nord de la sacristie en 1852 (porte la date).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Galet, enduit, marbre, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Bardeau, tufeau en couverture

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

2 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives, voûte d'arêtes

Typologie de couverture

Toit à longs pans, flèche polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église de plan approximativement rectangulaire se compose d'un vaisseau central à trois travées voûtées d'ogives, d'un bas-côté comptant trois chapelles, d'un choeur à chevet plat couvert d'une voûte d'ogives à liernes et tiercerons et d'une sacristie. Les deux premières chapelles sont couvertes d'une voûte d'ogives, la troisième d'une voûte d'arêtes. Le portail principal percé en façade nord est précédé d'un porche appelé localement réal. Les voûtes d'ogives retombent sur quatre colonnes par l'intermédiaire de chapiteaux sculptés. Les deux colonnes du centre reposent sur un lion couché. Le porche est surmonté d'une rose à huit branches. A l'angle nord-ouest se dresse la tour du clocher dont la partie haute à trois niveaux d'ouvertures est couronnée par une flèche polygonale en tuf cantonnée de pyramidions. La vicairie, construction comprenant un étage carré accessible par un escalier extérieur, est adossée à l'élévation ouest de la nef. L'édifice est entièrement construit en gros galets et blocs de pierre irréguliers noyés dans un mortier de chaux. L'ensemble des élévations est recouvert d'un enduit à la chaux récemment refait. Les encadrements des baies, chaînes d'angles, contreforts, nervures des voûtes, colonnes et pilastres corniers, la corniche et la plinthe des murs, les chapiteaux ainsi que le dallage de la nef et du choeur et l'ensemble des éléments du porche sont en pierre marbrière rose locale. Les voûtes sont en tuf. La nef et le porche sont couverts d'un toit à longs pans en bardeaux de mélèze. Deux cadrans solaires sont peints, l'un sur l'élévation nord, l'autre sur l'élévation ouest du clocher.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, sculpture (étudiée dans la base Palissy), peinture

Indexation iconographique normalisée

Coeur ; feuille ; enroulement

Description littéraire de l'iconographie

Les chapiteaux de la première chapelle nord (choeur de l'église du 15e siècle) portent un décor sculpté de feuilles stylisées, d'enroulement et de motifs en coeur.

Commentaires d'usage régional

Chevet plat,église fortifiée,porche latéral,porche à lions stylophores,clocher à pyramidions

État de conservation (normalisé)

Restauré

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1911/04/04 : classé MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise à l'exception de la sacristie et de la vicairie : classement par arrêté du 4 avril 1911.

Référence aux objets conservés

IM05002199, IM05002213, IM05002249, IM05002207, IM05002212, IM05002214, IM05002216, IM05002205, IM05002209, IM05002222, IM05002272, IM05002223, IM05002256, IM05002197, IM05002243, IM05002248, IM05002303, IM05002275, IM05002198, IM05002224, IM05002195, IM05002200, IM05002204, IM05002206, IM05002221, IM05002202, IM05002211, IM05002220, IM05002201, IM05002219, IM05002255, IM05002208, IM05002217, IM05002273, IM05002203, IM05002210, IM05002215, IM05002218, IM05002274, IM05002196

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2000

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Pelletier Olivia

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

1/25
église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption dite Notre-Dame-d'Aquilon
église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption dite Notre-Dame-d'Aquilon
© Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général
Voir la notice image