Église paroissiale Saint-Etienne

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Etienne

Titre courant

Église paroissiale Saint-Etienne

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Saint-Pierre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Références cadastrales

1817 B2 571, 2013 C 394

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

Basson ; Désiré (maçon) ; ; Caire (agent voyer)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

L'église Saint-Etienne a été construite sur l'emplacement de la chapelle Saint-Roch, figurée sur le plan cadastral de 1817, avec un plan de masse différent. Cette chapelle était également signalée sur la carte des frontières de 1778-1779. En 1862, la commune de Saint-Pierre envisage de construire une nouvelle église paroissiale dans le village pour remplacer l'église située au hameau dit "L'Eglise", éloignée d'environ 1,5 kilomètre. Par délibération du 02 novembre 1862, le conseil municipal décide la construction selon des plans et devis dressés par l'architecte M. Piathiny, seul l'emplacement n'est pas décidé. La vente du moulin à farine aidera la commune à faire face à ces dépenses. Le 4 octobre 1863, le conseil municipal adopte un nouveau projet établi par Caire, agent-voyer. Par une lettre en date du 02 janvier 1864, le sous-préfet informe le préfet que l'adjudication de la reconstruction de l'église de Saint-Pierre a été accordée à Désiré Basson, maître-maçon à La Rochette le 20 décembre 1863 pour la somme de 2881,45 francs. Le préfet estime cependant le projet trop ambitieux pour une si pauvre commune et fait suspendre les travaux le 29 juillet 1864. En réponse, le 01 août 1864, un adjoint du maire écrit au préfet pour justifier cette nouvelle construction : l'ancienne église est trop éloignée du village et se trouve sur un terrain instable en bord de précipice, des études, dont celle de l'architecte départemental Lutton, ont montré la nécessité de construire un nouvel édifice. Le projet de construction a reçu l'approbation des habitants, un terrain a été acquis et une souscription a été lancée auprès des habitants. Les archives sont lacunaires sur la suite des événements, la date de la fin des travaux n'est pas connue, mais elle doit être antérieure à 1867, date portée par l'une des cloches (cloche n°2). Des réparations sont faites à la nouvelle église en 1926.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon (?), enduit partiel (ciment)

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes, cul-de-four

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

L'église Saint-Etienne est situé au centre du village, en face de l'ancienne mairie. Elle présente un plan rectangulaire orienté. Elle se compose d'une nef de trois travées voûtées d'arêtes, séparées par un arc doubleau brisé. La nef est prolongée par une abside en cul-de-four. Les murs de l'église sont en moellons à mortier, recouvert partiellement d'un enduit au ciment. Des pierres de taille sont utilisées pour les chaînages d'angle et l'encadrement de la porte. Elle est couverte d'un toit à longs pans en tuiles creuses avec une double rangée de génoise maçonnée. Un toit en appentis garni de tuiles creuses, abrite la sacristie rectangulaire à comble, accolée au mur sud du choeur. La façade en pignon présente une porte surmontée d'une baie murée, aujourd'hui garni d'un cadran d'horloge, d'une statue et d'un clocher-mur à deux baies coiffé d'un toit à deux pans en tuiles creuses couronné d'une croix en fer forgé. L'intérieur de l'église est éclairé par 6 baies cintrées garnies de verre. L'ensemble de l'église est couvert d'un enduit blanc, le bas des murs est en pierres apparentes. Le choeur est légèrement surélevé par rapport à la nef : il accessible par deux marches et fermé par une clôture de choeur en fer forgé. Le sol est pavé en carreaux de terre cuite. La sacristie est éclairée par une ouverture rectangulaire.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, ferronnerie

Indexation iconographique normalisée

Saint Pierre ; lys

Description de l'iconographie

Une statue de saint Pierre occupe la niche de la façade en pignon. La clôture de choeur est ornée de rinceaux se terminant en fleur de lys.

Protection

Référence aux objets conservés

IM04001945, IM04001933, IM04001944, IM04001932, IM04001943, IM04001940, IM04001938, IM04001936, IM04001931, IM04001937, IM04001942, IM04001930, IM04001939, IM04001935, IM04001929, IM04001941, IM04001934, IM04001946

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bertrand Etienne, Cerciello-Bachy Marie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66