Demeure de notable dite Château du Boitet

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Genre du destinataire

De notable

Appelation d'usage

Château du Boitet

Titre courant

Demeure de notable dite Château du Boitet

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Ain (01) ; Sainte-Euphémie

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Reyrieux

Lieu-dit

Boitet (le)

Références cadastrales

1823 A 484, 485, 487, 488, 1984 A 239, 740-741

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, puits, ferme, porcherie

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Limite 18e siècle 19e siècle, 1er quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1861, 1903

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Sur le cadastre de 1823, la ferme, déjà construite, n'a pas exactement le même plan : un corps de bâtiment à l'ouest a été démoli, et la porcherie, isolée à l'est, était située un peu plus loin que celle d'aujourd'hui. Sauf une partie du logis, le bâti ne paraît cependant pas antérieur au début du 19e siècle. La maison de maître, dite "château du Boitet", a été édifiée au nord-ouest, sur une parcelle non bâtie, pour monsieur Pichat (renseignement oral) en 1861, date gravée sur le linteau de la porte d'entrée ; l'aménagement du jardin ou parc qui l'entoure date de la même époque. La demeure n'a subi aucune modification depuis, et conserve une plaque de cheminée ornée de deux candélabres, portant la date 1862 et les initiales P. D. Des remaniements ont été apportés aux dépendances en 1903 (reconstruction de la porcherie à la même période ?) , ainsi que l'indique la date gravée sur le linteau en bois de la porte de la remise ; les initiales G.V., elles aussi gravées, correspondent probablement au successeur de Pichat, Guillot, propriétaire jusqu'en 1929 (renseignement oral) ; de plus, les chiffres J.G. et P.V., en fer forgé, sont cloués sur les battants de la porte charretière au-dessous du linteau.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pisé, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate mécanique, tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré, étage en surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, noue, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en maçonnerie, suspendu

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Bosquet ; pelouse

Commentaire descriptif de l'édifice

Le "château du Boitet" est constitué d'une ancienne ferme de plan en L et d'une demeure bourgeoise élevée sur un monticule, qui surplombe une pelouse en pente douce avec un jardin arboré au sud et une cour postérieure (à l'est). La demeure et son parc sont entourés d'un mur de clôture alternant galets et banches de pisé, à chaperon de tuiles creuses ; le portail d'accès antérieur (ouest) est en ferronnerie, le portail postérieur ouvrant sur la cour est à linteau de bois, couvert d'un chaperon de tuiles creuses sur génoise. Le corps de logis, de plan rectangulaire, est très simple : bâti en pisé sur solin en moyen appareil de calcaire apparent, il est couvert d'un toit à 4 croupes de tuiles plates mécaniques, bordé d'une corniche et d'un lambrequin en bois ; la faîtière s'agrémente de deux épis de faîtage. Les élévations sont crépies, la façade à l'ouest compte cinq travées et quatre niveaux, l'élévation postérieure trois travées, trois niveaux plus une descente de cave (escalier droit en pierre) , l'élévation latérale droite une seule travée et la gauche est aveugle. Les baies rectangulaires ont un encadrement de calcaire, les fenêtres de l'étage en surcroît légèrement plus petites ; des soupiraux oblongs sont percés dans le solin (dans la partie gauche seulement). La façade est ordonnancée : la porte d'entrée axiale, surélevée d'un degré à pans coupés, est surmontée d'une porte-fenêtre à garde-corps en fonte sur consoles à volutes en pierre ; ces deux baies sont encadrées de pilastres à chapiteau toscan simple, portant un linteau nu et une corniche, celle de la porte-fenêtre soulignée de denticules, tandis que la date 1861 est gravée au centre du linteau de la porte. La maison, double en profondeur, comprend un sous-sol dans sa partie gauche (cave couverte d'un plancher) , rez-de-chaussée, étage carré et étage en surcroît. La distribution intérieure est symétrique, l'escalier tournant suspendu en pierre est situé à l'arrière, au centre. Une charpente à fermes, en chêne et en peuplier, porte la toiture. Au sud-est, la ferme et les dépendances sont bâties en pisé enduit sur solin de galets et calcaire en assises alternées irrégulièrement, chaînes d'angle en pisé ou en brique ; un pilier en béton consolide l'angle sud-ouest, suite à la démolition d'une partie du bâtiment. Les toits à longs pans avec noues et croupes aux angles sont couverts de tuiles creuses. Côté cour, l'important avant-toit débordant est porté par des empanons en bois et soutenu, à l'extrémité sud, par un poteau à aisseliers, montant de fond depuis le puits adossé à l'élévation ; celui-ci, maçonné et à margelle circulaire, conserve sa poulie. L'élévation principale, au sud, ne présente aucun parti ; ses deux niveaux sont percés à des hauteurs différentes de baies de modules divers ; dans la partie gauche, celles des dépendances (portes, portes hautes et fenestrous) sont à linteau de bois et deux entièrement encadrées de bois. Les baies du logis, à droite, ont un encadrement en calcaire, dont une fenêtre à linteau segmentaire et appui mouluré. Le logis d'une pièce à l'étage (plus une au rez-de-chaussée) est accessible par un escalier extérieur droit en pierre, adossé au corps en retour ouest. On peut y accéder aussi par l'élévation postérieure. Le corps en retour comprend essentiellement la remise traversante, à deux portes charretières à linteau de bois. Un hangar postérieur fait retour au sud-est. La porcherie, de l'autre côté du chemin à l'est, bâtie en pisé, béton et briques, toit à deux pans de tuiles creuses, abrite deux loges longitudinales à ouvertures individuelles symétriques (porte, fenêtre basse et fenestrou).

Commentaires d'usage régional

Demeure de maître avec ferme séparée,maison bourgeoise construite en pisé, entourée d'un parc, mur de clôture et portail à chaperon de tuiles

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Jourdan Geneviève

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88