Usine de matériel ferroviaire Dietrich (usine de wagons), usine de construction automobile (usine de camions), actuellement Usine de construction automobile Trailor

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de matériel ferroviaire ; usine de construction automobile

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Usine de wagons ; usine de camions

Appelation d'usage

Usine de matériel ferroviaire Dietrich ; Usine de construction automobile Trailor

Titre courant

Usine de matériel ferroviaire Dietrich (usine de wagons), usine de construction automobile (usine de camions), actuellement Usine de construction automobile Trailor

Localisation

Localisation

Grand Est ; Meurthe-et-Moselle (54) ; Lunéville ; 7, 9 avenue de la Libération

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Luneville Centre

Canton

Luneville-Sud

Adresse de l'édifice

Libération (avenue de la) 7, 9

Références cadastrales

1988 AE 14, AW 98

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Bureau d'entreprise ; salle des machines ; station de pompage ; atelier de fabrication ; magasin industriel ; garage ; conciergerie ; logement de contremaître ; logement patronal ; logement d'ouvriers ; cité ouvrière ; vestiaire ; infirmerie ; cantine ; magasin de commerce ; école primaire

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1879 ; 1880 ; 1883 ; 1896 ; 1905 ; 1906 ; 1907 ; 1910 ; 1911 ; 1912 ; 1913

Commentaires concernant la datation

Daté par source ; daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Usine construite en 1879 et 1880 (datés par source) pour la Sté Dietrich de Reichshoffen (67) afin de fabriquer des wagons et des voitures à usage ferroviaire ; une station de pompage (rue de la Pologne) , destinée à l'alimentation des chaudières à vapeur, est construite en 1883, puis reconstruite dans les premières années du 20e siècle (datés par source) ; premier agrandissement de l'usine en 1896 (daté par travaux historiques) à la suite de l'acquisition du brevet d'Amédée Bollée, afin de construire des voitures de luxe ; l'architecte Emile André (1871-1933) (attribution par source) réalisé les travaux suivants : construction d'un magasin industriel en 1905 (daté par source) , d'une conciergerie en 1906 (daté par source) en collaboration avec l'entrepreneur Charles Masson (1842-1906) (attribution par source) , de la salle des machines en 1907 (daté par source) et d'un atelier de fabrication en 1912 (daté par source ; autre atelier de fabrication construit en 1906 (daté par source) par l'architecte Bertrand (attribution par source) et l'entrepreneur Charles Masson (attribution par source) ; l'architecte Paul Charbonnier (1865-1953) est vraisemblablement l'auteur (attribution par source) de trois ateliers de fabrication construits en 1912 (daté par source) ; des 1930, l'usine se spécialise à nouveau dans le matériel ferroviaire avant de cesser progressivement la fabrication des wagons vers 1950 ; prend à cette date Trailor (Trailmobile Lorraine) comme raison sociale et se consacre à la fabrication de camions ; une activité annexe d'entretien de voitures S.N.C.F. y est poursuivie jusqu'en 1992 ; une partie des bâtiments est implantée sur le territoire de la commune de Moncel (cadastrée : 1987 AB) ; cité ouvrière, dite cité Cécile, construite en 1879 (daté par travaux historiques) , agrandie en 1905 (daté par source) par l'architecte Emile André et l'entrepreneur Charles Masson (attribution par source) et en 1913 (daté par source) par l'entrepreneur Gustave Simon (attribution par source) ; l'architecte Emile André (attribution par source) construit une cantiné en 1906 (daté par source) et une école primaire en 1911 et 1913 (datés par source) ; cité ouvrière, dite Cité Béatrice, construite dans les dernières années du 2e quart 20e siècle (daté par source). Construction, après 1897, de voitures automobiles sous la marque Lorraine Dietrich. Personnel : 550 en 1882, 140 en 1887, 2500 en 1927

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès ; calcaire ; brique ; brique silico-calcaire ; fer ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; pan de fer ; pierre de taille ; enduit ; enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique ; verre en couverture ; ardoise

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe ; demi-croupe ; shed ; lanterneau ; appentis

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique ; produite sur place ; énergie électrique ; achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site industriel desservi par embranchement ferroviaire ; bureau : 1 étage carré, croupe ; salle des machines : tuile mécanique, lanterneau en verre ; station de pompage : enduit, brique, demi-croupe ; 19 ateliers de fabrication : moellon sans chaîne en pierre de taille, brique à pan de fer, shed en tuile mécanique et verre, appentis ; magasin industriel : toit à longs pans ; remise à automobile : brique, enduit ; conciergerie : demi-croupe en ardoise ; logement patronal : chaîne en brique ; logement d'ouvriers : chaîne en brique et pierre de taille alternées ; 2 cités ouvrières : moellon sans chaîne en pierre de taille, brique ; cantine : brique silico-calcaire ; magasin de commerce : croupe ; école primaire : pierre de taille, enduit partiel

État de conservation (normalisé)

Restauré

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1992

Date de rédaction de la notice

1995

Cadre de l'étude

Repérage du patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel ; arrdt_luneville

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63