Verrerie de Barrière

Désignation

Dénomination de l'édifice

Verrerie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Verrerie de verre vert

Appelation d'usage

Verrerie de Barrière

Destination actuelle de l'édifice

Maison

Titre courant

Verrerie de Barrière

Localisation

Localisation

Languedoc-Roussillon ; Gard (30) ; Les Mages ; route d'Alès

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Gard

Canton

Saint-Ambroix

Lieu-dit

La Barrière

Adresse de l'édifice

Alès (route d')

Références cadastrales

1839 B2 7, 1982 B 164, 166, 167, 629, 630, 641, 642

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

L'Auzonnet

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1804, 1844

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Verrerie de verre vert autorisée le 14 prairial an XI (2 juin 1804) pour Laroque de Chavagnac Jérôme sur la propriété du sieur Duclaux en remplacement d'une verrerie au bois sise à Sauvy (Saint-Jean-de-Buèges, Hérault). 1807 : fermeture sur plainte du sieur Gilly, concessionnaire des mines de Saint-Jean-de-Valériscle, qui réserve son charbon pour sa propre verrerie et refuse d'en vendre. Avril 1809 : autorisation de réouverture à la dame Ménard Louise, veuve Duclaux. 1812 : vente par la veuve Duclaux à Chassagnac (sic ou Chavagnac). Arrêt vers 1820 et retour aux Duclaux. 1844 : autorisation de réouverture à Duclaux Jean-Marc et construction de nouveaux bâtiments. Arrêt en 1858 et reprise en 1866 par Louis des Hours, gendre de Duclaux, dernier agrandissement. Arrêt définitif en 1873 et transformation en maison et bâtiments agricoles en 1889.
1844 : un seul four de fusion fonctionnant à la houille, celui de recuisson lui étant superposé. Production de verre creux vert et blanc.
1807 25 ouvriers employés et nourris, 14 mules ou mulets. 1811 : 20 ouvriers payés 2 francs par jour. 1813 : 10 ouvriers payés 4 francs par jour. 1850 : 7 ouvriers

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, calcaire, galet, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Typologie du couvrement

Voûte en berceau en anse-de-panier, charpente en bois apparente

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur, escalier tournant à retours, en maçonnerie

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, produite sur place

Commentaire descriptif de l'édifice

Deux corps de bâtiments parallèles à un étage carré, sauf un pavillon au milieu du corps nord-ouest à 2 étages carrés, reliés par deux bâtiments isolés plus petits ; volume général en partie conservé mais aspect très modifié par enduit, percement de baies etc ; surface bâtie en m2 : 910

Commentaires d'usage régional

Arc segmentaire

État de conservation (normalisé)

Restauré, établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Wienin Michel

Cadre de l'étude

Repérage du patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel

Adresse du dossier Inventaire

Région Languedoc-Roussillon - Service chargé de l'inventaire
Espace Capdeville - 417 rue Samuel Morse - 34 000 Montpellier - 04.67.22.86.86