Château

Désignation

Dénomination

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire 37 Richelieu

Aire d'étude

Richelieu (Commune-De)

Lieu-dit

Le Château

Référence cadastrale

1983 D 174, 120 A 163, 165 A 180

Milieu d'implantation

Isolé

Cours d'eau

Le Mable

Parties non étud

Cour, basse-cour, jeu de paume, chapelle, grotte artificielle, douves, parc

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 12e siècle (détruit), 2e moitié 16e siècle (détruit), 1ère moitié 17e siècle, milieu 18e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

4e quart 19e siècle

Justification de la datation

Daté par source

Justification de l'attribution

Attribution par source

Commentaire historique

A la fin du 12e siècle existe un château de Richeloc construit pour les seigneurs de Mauson ; en 1201, construction de la chapelle dédiée à Saint-Nicolas-de- Lyre ; en 1407 est mentionné " l'Hostel de Richelieu " avec cloison et douves ; en 1429, Charles VII donne l'autorisation de le fortifier ; ce 1er château n'a pas laissé de trace, il est remanié complètement à la fin du 16e siècle ; la chapelle du château est probablement devenue l'église paroissiale des Sablons ; en 1621, Armand du Plessis achète le domaine et entreprend des travaux des 1624 ; vers 1630, le cardinal de Richelieu ambitionne un programme architectural plus vaste associant une ville au château qu'il confie à l'architecte Jacques Lemercier ; le vieux château est conservé tant que le nouveau n'est pas habitable ; la chapelle est conservée au moins jusqu'en 1639, date d'achèvement de l'église de la ville nouvelle ; la construction est achevée avant la mort du cardinal en 1642 ; dans les années 1760, le maréchal de Richelieu réalise d'importants travaux dans la galerie des glaces qui auraient été confiés à l'architecte Chevotet ; confisqué à la Révolution comme bien d'immigré, le château est laissé à l'abandon ; restitué au duc par Napoléon Ier, il est vendu en 1805 à Boutron qui entreprend sa démolition ; en 1877, le banquier Heine achète le domaine et remet en état le parc et restaure le pavillon des communs subsistant ; dans le parc, il se fait construire une demeure de style néo classique ; les vestiges conservés encore aujourd'hui sont, à l'exception des deux grottes, très restaurés ; seul le pavillon central des écuries est conservé après la démolition de l'aile est vers 1900

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, pierre de taille

Matériau de la couverture

Ardoise

Vaisseau et étage

2 étages carrés, étage de comble

Type et nature du couvrement

Voûte en arc-de-cloître (à lunettes), voûte de type complexe, voûte d'arêtes

Parti d’élévation extérieure

Élévation à travées, élévation ordonnancée

Type de la couverture

Toit à longs pans, croupe, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre, escalier tournant, en maçonnerie

Commentaire description

La composition des bâtiments du château présentaient une hiérarchie des étages : 4 niveaux pour le château, 3 pour les écuries, 2 pour les communs, 1 pour le mur de clôture ; le pavillon des écuries est couvert d'une voûte en arc de cloître à lunettes ; les grottes sont divisées en trois vaisseaux et couvertes de voûtes d'arêtes plates ; le vaisseau central se terminé par une abside couverte d'une voûte en coquille

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Etat de conservation

Vestiges, restauré

Protection

Date protection

1930/09/06 : classé MH

Intérêt de l'oeuvre

À signaler

Statut juridique

Statut de la propriété

Propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1987

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Toulier Christine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dossier

Dossier individuel

Dossier adresse

Conseil régional du Centre - Service chargé de l'inventaire 6, rue de la Manufacture 45000 Orléans - 02.38.78.85.21