Château

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château

Localisation

Localisation

Bourgogne ; Côte-d'Or (21) ; Bussy-la-Pesle

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Sombernon

Références cadastrales

1970 AD 187, 194

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Drevin (le)

Partie constituante non étudiée

Parc, communs, moulin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1242, 1819

Commentaires concernant la datation

Daté par source, date portée

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le château est mentionné pour la première fois en 1242. A l'époque médiévale, il comportait certainement un moulin, attesté en 1504 par le changement de nom du village : Bussy devient Bussy-la-Pesle, allusion à la roue qui fait tourner le moulin. Le logis comportait alors plusieurs bâtiments séparés, situés sur une esplanade et entourés de douves (encore présentes sur le cadastre napoléonien de 1829 (Archives départementales de Côte-d'Or)). L'accès se faisait alors par l'ouest, et non par le sud, comme aujourd'hui, et on arrivait par un petit passage voûté sous un premier bâtiment carré. Au rez-de-chaussée de ce dernier, accessible aujourd'hui par quelques marches en contrebas de la cour, se trouve la cuisine. Elle a conservé une cheminée en état de fonctionnement, de type 13e siècle, avec consoles moulurées. D'autres consoles, ornées d'un trèfle, de part et d'autre de l'actuelle entrée, laissent supposer la présence d'une autre cheminée médiévale à cet endroit. Plusieurs baies, côté fossé, en partie remaniées, sont à attribuer à cette période. La tour d'escalier hexagonale hors-oeuvre était au centre de la façade d'un deuxième bâtiment. Si la cave (entrée à droite de la tour d'escalier), vestige d'une ancienne implantation du logis, est antérieure, les embrasures de portes et des fenêtres de la tour, sous arc mouluré en accolade, donnent une datation de l'ensemble du 15e ou du début du 16e siècle. Des restes d'enduits anciens ocre jaune et ocre rose sont conservés à l'intérieur de la tour. Des fenêtres donnant au sud permettent de dater du 18e la jonction entre le logis 16e et le passage voûté médiéval. La date de 1819, portée sur l'aile droite en retour indique une construction sous Tanneguy le Compasseur de Courtivron, héritier de Bussy et maire de Dijon. La propriété reste dans la famille jusqu'en 1920. La toiture en ardoise avec crête et épis de faîtage, le petit clocheton apposé en encorbellement sur l'aile gauche, au-dessus d'une terrasse ajoutée, les enduits à faux joints blancs sur la tour d'escalier et le petit passage à droite de cette même tour indiquent une reprise en main du bâtiment au début du 20e siècle. (cf. Brigitte Colas, recherche menée sur le château de Bussy-la-Pesle, juillet 2010 ; Hervé Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du Nord du XIIIe au XVIe siècle, Editions Universitaires de Dijon, Dijon, 2002.)

Description

Matériaux du gros-œuvre

Moellon sans chaîne en pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, ardoise

Typologie de plan

Plan régulier en U

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier hors-oeuvre : escalier en vis

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ensemble appelé château de Bussy-la-Pesle se compose d'un parc arboré, d'un logis principal en U entouré de fossés, d'un moulin, vers la branche gauche du U, et de communs, vers la branche droite. Un mur en moellon entoure la propriété. Elle est installée en fond de vallée, le logis prenant place sur un tertre qui barre le cours du Drevin, axé nord-sud. Cette petite rivière a été en partie utilisée pour faire tourner le moulin : un bief passe sur la gauche du logis principal, est retenu par un barrage. Le reste des eaux, utilisé auparavant pour alimenter les fossés, passe aujourd'hui sous le logis. Les eaux ressortent pour rejoindre le cours normal de la rivière, en aval du château. Le logis présente aujourd'hui un aspect au premier abord homogène par son enduit et sa couverture en ardoise, avec un plan régulier, une élévation à un ou deux étages sur rez-de-chaussée, lui-même sur cave. Il apparaît très vite qu'il s'agit de plusieurs bâtiments réunis sous une même fine crête en zinc, aux toits à croupe ornés également d'épis de faîtage. En façade de la branche gauche du U, côté cour intérieure, se trouve encore le puits, inséré dans le mur, qui trahit la présence de l'ancienne cuisine en partie médiévale. La cuisine possède encore son évier en pierre, relié au puits extérieur, donnant dans la cour, ainsi qu'un pilier en bois avec un système de soutien travaillé. Il s'encastre dans une table très épaisse en bois, dont il manque une partie. A l'étage, au-dessus de l'espace cuisine, la réfection du 19e siècle a laissé en place un coussiège. Toute cette aile est couverte d'une charpente en nef à double sablière haute, dont les marques d'ouvrier sont encore visibles. Sur la partie centrale du U, la tour d'escalier dessert les deux étages d'appartements du 19e siècle, eux-mêmes reliés aux appartements de l'aile droite, de la même époque. Des communs s'élèvent dans le parc, à gauche de l'entrée.

État de conservation (normalisé)

Détruit

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1967

Date de rédaction de la notice

1974 ; 2013

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Malherbe Virginie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55