Distillerie Cusenier, actuellement remise de matériel d'incendie, école Sainte-Marie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Distillerie

Appelation d'usage

Distillerie Cusenier ; Ecole Sainte-Marie

Destination actuelle de l'édifice

Remise de matériel d'incendie ; école

Titre courant

Distillerie Cusenier, actuellement remise de matériel d'incendie, école Sainte-Marie

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Doubs (25) ; Ornans ; 9, 11 rue Eugène Cusenier

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ornans

Adresse de l'édifice

Eugène Cusenier (rue) 9, 11

Références cadastrales

1813 K 1ère feuille 523, 1975 AH 40, 41

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Enclos, cour, jardin d'agrément, logement patronal, logement de contremaître, bureau d'entreprise, atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

PV004560

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Signature

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Cusenier Eugène (commanditaire)

Description historique

Une première distillerie est installée vers 1868 par Eugène Cusenier (né à Etalans le 15 octobre 1832, mort à Paris le 3 avril 1894) rue du Rahoudard (aujourd'hui rue Eugène Cusenier) sur la parcelle 523 du cadastre de 1813. En 1874, il crée la Société de la Grande Distillerie spécialisée dans la fabrication du kirsch et de l'absinthe. L'atelier de fabrication, sur cour, est construit en 1881. Le logement patronal est achevé en 1882. Les baies du logement patronal sont fermées par des verrières signées Alphonse Gorgeon, maître verrier présent à Besançon de 1901 à 1914. La construction des bâtiments sur rue s'échelonne de 1881 à 1885. Ces bâtiments intègrent la 1ère distillerie installée vers 1868 qui devient alors un entrepôt industriel. En 1894, à la mort d'Eugène Cusenier, son plus jeune frère, Elisée Cusenier (né à Etalans en mars 1851, mort à Besançon le 17 novembre 1928) , reprend la direction de l'entreprise. A cette époque, l'usine comptait 25 ouvriers dont 4 administratifs. L'entreprise d'Ornans possédait plusieurs filiales en France dont une à Paris (crée en 1871 au 226 boulevard Voltaire) , à Buenos Aires en 1890. En 1937 la société ferme ses portes au profit de celle de Dijon. En 1953, l'école de la congrégation des soeurs de la Sainte Famille, déjà présente au 7 rue Eugène Cusenier, achète le logement patronal en 1953, puis, en 1981, l'ancien atelier de fabrication (appelé le laboratoire) pour en faire un gymnase.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille, moellon, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Ardoise, tuile mécanique, verre en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble

Typologie du couvrement

Charpente métallique apparente

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit en pavillon, toit à longs pans brisés, toit à deux pans, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier droit, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours,

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ensemble de l'établissement Cusenier est composé du logement patronal de plan en U sur cour. Le logis occupe la partie centrale et le 1er étage des ailes. Un buste d'Eugène Cusenier orne le hall d'où part un escalier tournant à retours en bois desservant l'étage des chambres et du salon. Les communs occupent le rez-de-chaussée. A l'époque de l'école tenue par la congrégation des soeurs de la Sainte Famille, le rez-de-chaussée est occupé par les salles de classe, la cuisine et le réfectoire, l'étage des ailes comprend le logement des soeurs et des pensionnaires. La chapelle occupe l'ancien salon. Trois magasins (future remise des pompiers) et un passage couvert occupent le rez-de-chaussée des bâtiments de la distillerie sur rue. L'étage est occupé par les bureaux et le logement du contremaître. L'accès à l'étage se fait par un escalier droit en bois. L'atelier de fabrication, transformé plus tard en gymnase, abrite les alambics. L'ensemble des bâtiments est construit en pierre de taille calcaire. Le toit en pavillon du logement patronal, les toits à longs pans brisés des bâtiments sur rue sont couverts en ardoise. Les deux pans du laboratoire sont couverts en tuile mécanique, la partie centrale comporte une verrière. La charpente métallique est apparente.

Technique du décor des immeubles par nature

Vitrail (étudié dans la base Palissy), sculpture (étudiée dans la base Palissy)

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

2000/12/26 : inscrit MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

Le logement patronal, y compris son décor immeuble par destination de la distillerie Cusenier (cad. 1975 AH 41) : inscription par arrêté du 26 décembre 2000.

Référence aux objets conservés

IM25001252

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

La distillerie Cusenier se signale par le volume de ses bâtiments au centre de la ville, la qualité de sa construction, l'impacte dans l'histoire économique et sociale de la cité, et sa proximité d'édifices protégés au titre des MH.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée,propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1976

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Hamelin Liliane

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel