Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Melaine (Cintré)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré, église paroissiale

Genre du destinataire

De bénédictins

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Melaine

Titre courant

Prieuré de bénédictins, église paroissiale Saint-Melaine (Cintré)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Cintré

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rennes Métropole

Références cadastrales

1980 B3 427

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Cimetière, enclos, croix monumentale

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle, 17e siècle, 3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

12e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1641, 1859, 1860

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source, daté par source

Description historique

Ancienne église priorale dépendant de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. Elle conserve des vestiges du 12e siècle (abside). Reconstruite au 16e siècle elle est agrandie de deux bas-côtés en 1641 (inscriptions). Porche ouest du 17e siècle. Restauration (toiture et dallage) sous la direction de l'architecte Aristide Tourneux, entre 1857 et 1859. En 1860, Jean-Marie Commereuc, architecte établi à Irodouer, soumet un projet de remaniement au conseil local des bâtiments civils (stalles du choeur, lambris de hauteur, percement d'une fenêtre dans la sacristie). Croix monumentale du 16e siècle dans le cimetière. (Isabelle Barbedor et Véronique Orain, 1994)

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, appareil mixte, granite, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan en croix latine

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Lambris de couvrement

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à l'impériale, noue, pignon découvert

Commentaire descriptif de l'édifice

"L'église Saint-Melaine de Cintré est un édifice construit en moellon de schiste et granite, et couvert d'ardoises. L'église comprend une nef et deux collatéraux, un transept formé de deux bras nord et sud qui ne sont pas en face l'un de l'autre, une chapelle au sud, une abside circulaire et une sacristie au nord.On accède à l'intérieur de l'édifice par un porche surmonté d'un toit en carène. Un pierre gravée porte la date de 1641 ainsi que l'inscription "Face mieux qui pourra" de chaque côté de la porte. Un bénitier en pierre sur soubassement de schiste est également visible dans le porche. La nef portait autrefois des peintures murales, recouvertes dans les années 1970. A cette même époque, le cimetière se trouvant autour de l'église a été déplacé à l'ouest du bourg. La voute de la nef est en anse de panier recouverte de lambris en bois. Dans le collatéral nord se trouve un baptistère en pierre avec un décor peint. Le croisillon nord qui daterait de 1574, conserve le retable de la Vierge en pierre et un autel en bois du 17e siècle. La Vierge à l'Enfant est représentée au centre, Joseph à droite et une statue de saint Isidore, patron des laboureurs à gauche. La nef est séparée du chœur par un arc triomphal. Dans l'abside est visible un maître-autel du 17e siècle. Au centre une toile peinte représente l'Annonciation, entourée de deux sculptures représentant à droite Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Catherine à gauche. Un vitrail avec les armoiries des Huchets de Cintré est également visible. Le chœur communique avec la chapelle sud par un arc surbaissé sur lequel est visible les armoiries de la famille Huchet, et dont l'un des supports présente une inscription portant la date de 1641.La chapelle au sud du chœur présente le retable de la Piéta visible au centre, Anne et Marie enfant en partie supérieure. Le croisillon sud daterait de 1630 et serait construit à l'emplacement d'une ancienne chapelle appelée Vielle Chapelle. Nous pouvons y voir un retable du Rosaire en bois polychrome de 1650. Au centre une toile peinte représente la Vierge à l'Enfant remettant à Sainte-Catherine de Sienne et à Saint-Dominique le Rosaire. Une pierre tombale en pierre est posée sur l'autel. Les quatre retables présents dans l'église sont inscrits au titre des Monuments historiques. De nombreux écus peints ou gravés aux armes de la famille Huchet et de ses alliés sont visibles dans l'édifice. Les murs nord et sud de la nef conservent les écus bûchés d'une ancienne litre seigneuriale.A l'extérieur, au niveau l'entrée de la chapelle sud se trouve une pierre tombale en schiste portant l'inscription Yves, et décorée des armes des le Vayer. "

Commentaires d'usage régional

Clocher en haut de nef ; porche ; chevet arrondi

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1994

Date de rédaction de la notice

1994 ; 2017

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Barbedor Isabelle, Orain Véronique, Tissier Anaïs, Hamrani Lynda, Huon Julien

Cadre de l'étude

Enquête thématique départementale (églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine), inventaire topographique (Cintré)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

1/7
Retable sud
Retable sud
Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
Voir la notice image