Eglise paroissiale Saint-Rumon, Saint-Raymond-Nonnat, rue Emile-Zola (Audierne)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Rumon ; saint-Raymond-Nonnat

Titre courant

Eglise paroissiale Saint-Rumon, Saint-Raymond-Nonnat, rue Emile-Zola (Audierne)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Finistère (29) ; Audierne ; rue Emile Zola

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Cap Sizun

Canton

Pont-Croix

Adresse de l'édifice

Emile Zola (rue)

Références cadastrales

2019 AI 369

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Enclos, fontaine de dévotion

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 17e siècle, 2e quart 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1607, 1646, 1652, 1731

Commentaires concernant la datation

Porte la date, daté par source, daté par source, porte la date

Description historique

Bâtie dès les premières années du 17e siècle, cette ancienne église paroissiale était à l’origine placée sous le vocable de san Rumon, saint breton peu connu. C’est en 1657 qu’apparait pour la première fois aux registres paroissiaux le nouveau vocable de saint Raymond Nonnat qui est toujours utilisé aujourd’hui.Selon H. Le Carguet et contrairement aux églises voisines, celle d’Audierne n’a pas été construite par des maitres jurés et d’après des plans détaillés mais par les ouvriers de la localité. « Aussi ne présente-t-elle aucun caractère notable, si ce n’est sa masse imposante, vue des hauteurs de Keridreux et de Kervréac’h. » Toute la population de la paroisse contribua à son édification selon les ressources de chacun. La participation des maitres de barque est toujours visible à travers les trois « vaisseaux de pierre » sculptés sur les murs extérieurs du monument.Peu de modifications sont à noter après le milieu du 17e siècle sinon la réfection du clocher en 1731, signalée par l’inscription visible sous la corniche : « H : H : MATTIEV : YVENOV : F : LAN : 1731 » ainsi que la disparition de la sacristie et de l’ossuaire bâtis respectivement en 1646 et 1652.A la fin du 19e siècle, devant un accroissement considérable de la population d’Audierne et un arrivage massif de marins étrangers lors de la saison de la sardine, l’église Saint-Raymond est jugée trop petite par le conseil municipal. A ce sujet, on sait qu’en 1900 environ 900 fidèles assistaient à chaque messe dont le quart se trouvait à l’extérieur de l’édifice.C’est pourquoi il fut décidé, non pas d’agrandir l’église, mais d’en construire une seconde plus vaste à proximité. Ce qui fut fait dans les premières décennies du 20e siècle avec l’édification de l’actuelle église paroissiale Saint-Joseph située à 150 mètres environ, vers le sud-ouest.C’est alors que l’église Saint-Raymond d’Audierne fut destinée à servir de chapelle spécialement affectée aux enterrements, ce qui, selon H. Le Carguet, « perpétuera le souvenir des deuils qui se rattachent à cet édifice ».

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granulite, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon découvert, croupe, noue

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour

Commentaire descriptif de l'édifice

Située au nord de la rue Danton à environ 200 mètres du port d’Audierne, l’ancienne église paroissiale Saint-Raymond comprend une nef centrale avec bas-côtés, un transept et un chœur polygonal. Toute en pierres de taille, elle présente, selon Couffon, l’un des rares clochers baroques du diocèse avec celui de Plogonnec.La porte ouest et l’ouverture antérieure du porche sud sont en anse de panier soigneusement moulurées et décorées. Elles sont toutes deux surmontées d’un bas-relief représentant un bateau de pêche. Un troisième « vaisseau de pierre » se trouve sur le pignon ouest, sur le contrefort sud du clocher.Aux côtés de l’édifice trône une fontaine dédiée au même saint. Celle-ci, encastrée dans un muret au nord-est, est un petit monument en pierres de taille dont le toit à deux pans présente une pierre qui semble être une croix brisée.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture

Indexation iconographique normalisée

Marine ; ornement animal

Description de l'iconographie

Bateau.

Commentaires d'usage régional

Eglise à porche type cap sizun

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

inscrit MH

Référence aux objets conservés

IM29002134, IM29002136, IM29002128, IM29002130, IM29002129, IM29002132, IM29002135, IM29002131, IM29002137, IM29002140, IM29002138, IM29002133, IM29002124, IM29002126, IM29002139, IM29002123, IM29002127, IM29002125, PM29003586

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1983

Date de rédaction de la notice

1984 ; 2020

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Toscer Catherine, Douard Christelle, Serre Fabien

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, inventaire topographique (Audierne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

1/3
Façade ouest avec clocher
Façade ouest avec clocher
Ministère de la culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP
Voir la notice image