Viaduc de Millau

Désignation

Dénomination de l'édifice

Pont

Titre courant

Viaduc de Millau

Localisation

Localisation

Occitanie ; Aveyron (12) ; Millau ; Creissels

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Midi-Pyrénées

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1996, 2004

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Le viaduc de Millau est situé sur les communes de Millau et de Creissels dans le département de l'Aveyron. Le projet de nouvelle autoroute reliant Clermont-Ferrand à Montpellier, seconde liaison Nord-Sud en complément de l'autoroute de la vallée du Rhône, doit contourner la ville de Millau et franchir la vallée du Tarn, nécessitant l'édification d'un ouvrage d'art aux dimensions exceptionnelles. Dès 1987, un comité d'experts se constitue autour de l'ingénieur Michel Virlogeux et propose les premiers tracés. Il est décidé d'un franchissement dit « haut », selon un tracé rectiligne reliant des cols de 600 m et 700 m d'altitude, à 10 km à l'ouest de Millau. En 1993-1994, une consultation de sept architectes et huit bureaux d'études est lancée, suivie d'une étude avec cinq groupements. En 1996, le jury choisit celui de Norman Foster associé à Sogelerg. La proposition de Foster s'appuie sur un projet de viaduc multi-haubané de l'ingénieur conseil Jean Virlogeux, concepteur notamment du pont de Normandie. L'État français, ne pouvant financer l'opération, décide sa mise en concession en 1998 avec le projet de Foster. En 2001, Eiffage remporte le concours de construction-concession, finançant l'ouvrage à hauteur de 320 millions d'euros avec un retour sur investissement sur 75 ans et la mise en place d'un péage sur le franchissement. Le viaduc est mis en circulation en janvier 2005. Le viaduc de Millau est un viaduc multi-haubané à travées multiples à piles en profil de diapason. Eiffage propose deux solutions pour la mise en œuvre du viaduc, l'une en béton, l'autre en acier. Finalement, c'est une solution mixte qui est choisie : béton haute performance pour les culées et les piles, acier pour le tablier et les pylônes. Sept piles sont édifiées dont la plus haute, la P2, atteint 240 m, constituant le record du monde. Le viaduc est long de 2460 m et large de 32,05 m. Les pylônes en acier sont hauts de 90 m et soutiennent par les haubans longitudinaux les huit travées de l'ouvrage, dont la portée est de 342 m pour six d'entre elles. DLAB 2017/02/07 : label Patrimoine du XXe siècle

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2015

Date de rédaction de la notice

2017

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Papillault Rémi, Aubaret Claire

Cadre de l'étude

Label patrimoine du XXe siècle

Typologie du dossier

Dossier individuel