POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Rose Zehner, déléguée syndicale, pendant une grève chez Citroën, Javel, Paris, 1938

Sujet de la photographie

Localisation

Localisation

France, Île-de-France, Paris, Paris 15e Arrondissement, Javel

Code INSEE de la commune

75115

Identification

Édifice

Usine Citroën

Légende

Rose Zehner, déléguée syndicale, pendant une grève chez Citroën, Javel, Paris, 1938

Mots-clés

Groupe ; Femme ; Manifestation ; Ouvrier ; Entreprise ; Discours

Identité de la personne photographiée

Zehner, Rose, née Goderel (1901-1988)

Références des documents reproduits

Cote de conservation du document reproduit

Album Willy Ronis n° 1

Auteur

Photographe ou dessinateur

Description de la photographie

Éléments d’identification

Catégorie de phototype

Tirage photographique

Numéro donné par le photographe

R8/10/2

Numéro de versement

P/1991/35

Numéro du tirage

9135T000017

Lieu de conservation du tirage

Île-de-France ; Yvelines ; Montigny-le-Bretonneux ; Médiathèque du patrimoine et de la photographie (fort de Saint-Cyr)

Modalité d'entrée

Donation affectée à la MPP en 2016

Description technique du phototype

Format du négatif

6x6

Description technique du tirage

Tirage noir et blanc gélatino-argentique baryté ; Papier cartoline ; Montage en album

Format du tirage

25,2x19,7

Annotations présentes sur le tirage

[Légende et texte de l’album] Mars 1938, Rose Zehner. Cette photographie est extraite d'un reportage effectué pour l'hebdomadaire « Regards » aux usines Citroën-Javel en grève. Mon agenda porte à la date du 25 mars 1938 : « 7 h 30 Citroën Javel. Reportage avec Léveillé et L. Guérin » – sans doute un rédacteur et un délégué syndical – et je lis ensuite : « Tiré et porté vingt-six photos à « Regards » », dans le même jour. Or le reportage complet comporte quarante-six négatifs. J'ai donc dû choisir parmi eux ce qui, à première vue, me paraissait à la fois le plus intéressant et le plus facile à tirer. Le négatif de Rose Zehner est très sous-exposé, et je suppose que je n'avais pas sous la main la gradation de papier correspondante. Il ne fut donc ni tiré, ni bien sûr présenté. Je l'ai retrouvé en préparant mon album « Sur le fil du hasard », à L'Isle-sur-la-Sorgue, en 1979. Lorsque l'album parut, fin 1980, c'est la photographie qui fut la plus souvent reproduite dans la presse quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Une amie de Rose Zehner, l'ayant reconnue sur la photographie parue dans « l'Humanité », la prévint aussitôt. Rose écrit au journal qui m'envoie la lettre, une lettre magnifique. C'est ainsi que commence une correspondance écrite puis téléphonée, jusqu'à l'été suivant où je reçois un jour un jeune cinéaste, Patrick Barbéris, venu chez moi pour réaliser un court métrage. Bavardant de choses et d'autres après le tournage, je lui raconte cette histoire. Il la trouve tellement extraordinaire qu'il décide sur-le-champ de rencontrer cette femme. Au même moment, le téléphone sonne : c'est Rose Zehner ! C'est ainsi qu'un second film est né, qui relate mes retrouvailles avec l'ex-syndicaliste de chez Citroën, en septembre 1982, à Paris. Recadrage latéral. [Mention au dos du tirage] 17 ; 112 ; R8/10/2 ; (Signature : ) Willy Ronis

Orientation du phototype

V

Datation et événements liés à l’image

Date de prise de vue

1938.03.25

Référence de publication de l'image

Willy Ronis, « Sur le fil du hasard », Paris, Contrejour, 1980, 1986 et 1991, p. 113 ; Willy Ronis, Romeo Martinez, Bryn Campbell, « Willy Ronis, I grandi fotografi », Milan, Fabbri, coll. « Serie argento », 1983, p. 27 ; Willy Ronis, Henri Raczymow, « Mon Paris », Paris, Denoël, 1985 et 1991, ill. 103 ; Willy Ronis, Pierre Barbin, « Willy Ronis par Willy Ronis » (cat. expo.), Paris, Association française pour la diffusion du patrimoine photographique, 1985, ill. 112 ; Willy Ronis, Bertrand Eveno, « Willy Ronis Photo Poche n° 46 », [Paris], Centre national de la photographie, 1991, [Paris], Nathan, 2000 et Arles, Actes Sud, 2005, ill. 1 ; Willy Ronis, Hiromi Nakamura, « Willy Ronis 1934-1987 », Tokyo, Treville, 1991, ill. 47 ; Willy Ronis, Peter Hamilton, David Elliott, « Willy Ronis, Photographs 1926-1995 » (cat. expo.), Oxford, The Museum of Modern Art Oxford, 1995, ill. 11 ; Willy Ronis, Didier Daeninckx, Françoise Wasserman, « A nous la vie ! 1936-1958 », Paris, Hoëbeke, 1996, ill. 24 ; Willy Ronis, Yoshitomo Kajikawa, « Willy Ronis » (cat. expo.), Kyoto, Kahitsukan — Kyoto Museum of Contemporary Art, 2000, ill. 6 ; Willy Ronis, Claude Moisy, Bertrand Poirot-Delpech, « Willy Ronis pour la liberté de la presse », Paris, Reporters sans frontières, 2001, couv. et p. 75 ; Willy Ronis, « Derrière l'objectif de Willy Ronis, Photos et propos », Paris, Hoëbeke, 2001 et 2010, p. 150 ; Willy Ronis, Paul Ryan, « Willy Ronis 55 », Paris, Phaidon, 2002, p. 23 ; Willy Ronis, Sylvia Böhmer, Nathalie Neumann [et al.], « Willy Ronis, La vie en passant », Munich, Prestel, 2004, p. 18 ; Willy Ronis, Daniel Karlin, « Paris, éternellement », Paris, Hoëbeke, 2005 et 2014, p. 30 ; Willy Ronis, Jean-Claude Gautrand, « Willy Ronis, Instants dérobés », Cologne, Taschen, 2005, p. 24 ; Willy Ronis, Marta Gili, Virginie Chardin, « Willy Ronis » (cat. expo.), Barcelone, Fundacion La Caixa, 2006, p. 95 et 4-5 ; Willy Ronis, Choi Mi-Li, Kathleen Grosset [et al.], « La Vie, grande inconnue » (cat. expo.), Séoul, Gallery Lumiere, 2007, p. 80 ; Michel Onfray, « Fixer des vertiges, Les photographies de Willy Ronis », Paris, Galilée, 2007, ill. 8 ; Willy Ronis, Bao Kun, Wang Baoguo [et al.], « Willy Ronis à Paris » (cat. expo.), Pekin, China Photographic Publishing House, 2007, p. 24 ; Willy Ronis, Marta Gili, Nathalie Neumann, « Willy Ronis, Une poétique de l'engagement » (cat. expo.), Paris, Democratic Books — Jeu de Paume, 2010, p. 65 ; Françoise Denoyelle, « Le Siècle de Willy Ronis », Paris, Terre bleue, 2012, p. 47 et 44-45 ; Müller, Markus, Gautrand, Jean-Claude, Gaude, Alexander, Willy Ronis : catalogue d'exposition, Berlin, Kehrer, 2013, p. 12 ; « Paris Ronis », Paris, Flammarion, 2018, p. 36 ; Willy Ronis, Matthieu Rivallin, Ronan Guinée, « Willy Ronis par Willy Ronis, Le regard inédit du photographe sur son œuvre », Paris, Flammarion, 2018, n. p.

Observations

Reportage commandé par « Regards », article « Instantanés de la grève Citroën », n° 220, 31 mars 1938 ; Dans le textes des albums, Willy Ronis indique L. Guérin et Léveillé comme étant « sans doute un rédacteur et un délégué syndical ». L'article dans « Regards », les précise être le rédacteur et un des deux photographes, avec Willy Ronis (à l'époque Willy Roness). Alexis Léveillé est alors un photographe confirmé, travaillant pour « Regards » et « l'Humanité » ; Les deux films de Patrick Barbéris évoqués s’intitulent « Willy Ronis : un portrait », 1982 et « Un Voyage de Rose », 1982

Observations sur le tirage

Tirage de référence réalisé pour l'exposition « Willy Ronis par Willy Ronis » et son catalogue, Palais de Tokyo, Paris, 1985 (numéro d'œuvre au verso) ; Deux tirages d'exposition 30 x 40 cm, un tirage 50 x 60 cm, un tirage 70 x 85 cm et un tirage 85 x 130 cm sont présents dans le fonds