POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Paysage de fantaisie : pêcheurs, lac et montagnes

Identification du bien culturel

N°Inventaire

MLC 2004.1.2

Titre

Paysage de fantaisie : pêcheurs, lac et montagnes

Précision auteur

Paris, 1804 ; Nohant, 1876 ; femme

Genre

féminin

Ecole-pays

France

Période de création

Millésime de création

1841

Mesures

H. 7.2 cm ; l. 10.4 cm (Dessin) ; H. 18.8 cm ; l. 21.8 cm (Passe-partout)

Précisions sujet représenté

Dans ce paysage de fantaisie, nous retrouvons bien évidemment les “ montagnes bleues ” projetées sur “ l’écran vert ” de l’enfance et toujours cette ligne du pêcheur trop longue, trop épaisse, “ destinée à pêcher les esturgeons ”, comme l’écrivait déjà sa grand-mère en 1818. (Bernadac, Christian (1937-2003) - George Sand [Texte imprimé] : dessins et aquarelles : " Les montagnes bleues " / Christian Bernadac ; photos Raymond Lalance. - [Paris] : P. Belfond, 1992., p116.).

Date sujet représenté

1841

Contexte historique

Historique

Il ne cesse de pleuvoir sur Nohant tout au long de l’été 1841. George Sand et son fils Maurice passent “ 8 heures par jour, tête à tête, à dessiner et à peindre, lui des hommes, moi des plantes et des bêtes. J’aime beaucoup mieux ma partie. Pendant ce temps Chopin fait la sienne, et se fâche avec son piano. Quand la monture ne répond pas à ses intentions il lui flanque de grandissimes coups de poing que le pauvre piano n’en fait ouac ! (idiome berrichon). ” Lettre du 1er août 1841 au docteur Paul Gaubert. (Bernadac, Christian (1937-2003) - George Sand [Texte imprimé] : dessins et aquarelles : " Les montagnes bleues " / Christian Bernadac ; photos Raymond Lalance. - [Paris] : P. Belfond, 1992., p116.). Si de nombreuses compositions de George Sand - on l’a vu - sont mûries, polies, repolies, achevées, souvent exceptionnelles pour un amateur, plusieurs de celles qui nous sont parvenues, collées dans les albums qu’elle destinait à ses petits-filles, ne sont que des pochades. Pendant qu’elle dessine ou “ lave l’aquarelle ” son imagination reste prisonnière du livre en cours, de la pièce de théâtre projetée... “ et le travail intérieur s’accomplit ”. Il ne cesse de pleuvoir sur Nohant tout au long de l’été 1841. George Sand et son fils Maurice passent “ 8 heures par jour, tête à tête, à dessiner et à peindre, lui des hommes, moi des plantes et des bêtes. J’aime beaucoup mieux ma partie. Pendant ce temps Chopin fait la sienne, et se fâche avec son piano. Quand la monture ne répond pas à ses intentions il lui flanque de grandissimes coups de poing que le pauvre piano n’en fait ouac ! (idiome berrichon). ” Lettre du 1er août 1841 au docteur Paul Gaubert. Huit heures par jour... Pendant plus d’un mois. Certains thèmes sont communs à Maurice et à George - en particulier le sphinx et les pyramides - mais toutes les pièces de cette série nos 186, 187, 188 et les variations sur le thème des oiseaux sont de la main de George Sand. Dans ce paysage de fantaisie, nous retrouvons bien évidemment les “ montagnes bleues ” projetées sur “ l’écran vert ” de l’enfance et toujours cette ligne du pêcheur trop longue, trop épaisse, “ destinée à pêcher les esturgeons ”, comme l’écrivait déjà sa grand-mère en 1818 (Bernadac, Christian (1937-2003) - George Sand : dessins et aquarelles : " Les montagnes bleues " / Christian Bernadac ; photos Raymond Lalance. - [Paris] : P. Belfond, 1992. p 116)

Lieu de création/utilisation

France, Centre-Val de Loire, Indre, Nohant (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, achat en vente publique, La Châtre, musée George Sand et de la vallée noire

Date acquisition

2004

Ancienne appartenance

Aurore SAND ; vente Bernadac Christian, Paris, hôtel Drouot, 2004/06/09, cat. n° 230

Informations complémentaires

Bibliographie

BERNADAC, Christian, George Sand. Dessins et aquarelles “Les montagnes bleues ”, Paris, Belfond, 1992, 116