Réception de Christophe Colomb par Ferdinand et Isabelle

Identification du bien culturel

N°Inventaire

2487

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Réception de Christophe Colomb par Ferdinand et Isabelle

Précision auteur

Paris, 1805 ; Pau, 1865 ; Apprenti auprès de son frère aîné Achille (1800-1857), il fut l'enfant chéri de la génération romantique, devenu célèbre à vingt-deux ans en exposant La Naissance d'Henri IV (musée du Louvre) au Salon de 1827. L'art et la vie d'Achille, surtout graveur, et d'Eugène furent intimement liés jusqu'en 1838, date à laquelle Eugène quitta Paris. Les sujets choisis dans l'histoire nationale et dans l'histoire anglaise évoquant souvent l'atmosphère des romans de Walter Scott, les coloris exubérants, la composition mouvementée firent d'Eugène Devéria une des incarnations des jeunes France. On le considéra l'égal de Delacroix qui exposait au même moment La mort de Sardanapale (musée du Louvre) et de Paul Delaroche qui présentait la Mort d'Elisabeth (musée du Louvre). Des commandes importantes lui furent attribuées pour les nouvelles salles du Louvre, notamment Puget présentant sa statue de Milon de Crotone à Louis XIV. Il fut ensuite un des peintres préférés du roi Louis-Philippe et se vit gratifié de nombreuses commandes pour la nouvelle décoration du château de Versailles. Fulgurant représentant de la génération romantique, sa carrière parisienne fut interrompue par la commande d'un décor pour la cathédrale d'Avignon en 1838, important chantier qui devait lui permettre de participer à sa manière au renouveau de la peinture religieuse en France. Des conditions de travail très éprouvantes et une maladie qui le frappa concoururent à lui faire traverser une crise spirituelle fondamentale au cours de laquelle il se convertit au protestantisme. Pour se soigner, il fit une cure aux Eaux-Bonnes, se retira ensuite pour s'établir à Pau en 1841. Il resta fidèle aux choix esthétiques de sa jeunesse, à une peinture très colorée proche de celle de Véronèse et de Rubens ainsi qu'en témoignent La mort de Jane Seymour (1847, Valence, musée des Beaux-Arts) et Christophe Colomb (1861, Clermont-Ferrand, musée Roger-Quillot). Outre ces ambitieux tableaux d'histoire, Eugène Devéria peignit maintes scènes de genre dans lesquelles le folklorisme pyrénéen fit suite à l'observation de la vie parisienne. Il fut également un portraitiste prolixe laissant de sa famille, de ses amis proches tout autant que de ses commanditaires des images chaleureuses et intimes caractéristiques de la génération romantique.

Ecole-pays

France

Période de création

3e quart 19e siècle

Millésime de création

1860

Matériaux - techniques

toile, peinture à l'huile

Mesures

H. 492 cm ; l. 375 cm (492 x 375 cm avec cadre)

Inscriptions

Signé, daté

Précisions inscriptions

Signé et daté en bas à droite : Eug. Deveria 1860

Etat du bien

Bon état; 16/10/2008

Précisions sujet représenté

Ce tableau met en scène la réception de Christophe Colomb par Isabelle et Ferdinand, roi de Castille. Le célèbre navigateur est agenouillé devant le couple royal, richement vêtu. Sur la gauche, figurent des indiens d'Amérique, parés de plumes et de peaux d'animaux. Le sol est jonché de présents dont certains étaient connus à l'époque : l'ananas, la pivoine ou encore les coquillages nacrés. L'arrière-plan est animé, à gauche, par des éléments d'architecture (arcs outrepassés, colonnes, etc.) et à droite, par d'épaisses tentures.

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, achat, Fonds national d'art contemporain

Date acquisition

1862

Ancienne appartenance

Commandé en 1852 par le Directeur des Beaux-Arts G.A. Romieu pour être déposé au musée de Clermont-Ferrand

Lieu de dépot

Dépôt, Clermont-Ferrand, musée d'art Roger-Quilliot

Date de dépôt

1862

Informations complémentaires

Exposition

Présenté au Salon de 1861, n°887

Réception de Christophe Colomb par Ferdinand et Isabelle_0