La vénus de Monpazier

Identification du bien culturel

N°Inventaire

83303 ; APM02193 (N° texto)

Dénomination

statuette

Appellation

Vénus stéatopyge

Titre

La vénus de Monpazier

Epoque

Gravettien

Mesures

L. 5.6 ; La. 1.6 ; E. 1.4

Description

La composition de cette figurine est à base de limonite, de quartz et d'argile brun jaune. La roche proviendrait d'un gite local du Sidérolithique. 'Cette statuette est l'une des plus petites de celles qui sont attribuées au Gravettien. La tête, subsphérique et un peu dissymétrique, est, comme celle de nombreuses statuettes, relativement petite. Les yeux peuvent être considérés comme rendus par des cupules ovalaires, celle de gauche, plus grande, étant située un peu plus haut que celle de droite ; à la place du nez, une dépression naturelle a été soigneusemsent polie. Sur la face postérieure de la tête, existe une profonde cavité naturelle, ainsi qu'une cupule accidentelle au sommet du crâne. Le cou épais est mal dégagé. Le torse étroit est de proportions normales ; les bras manquent. Les seins, tombants et volumineux, sont assez plats, séparés par un sillon qui se divise pour les limiter vers le bas et qui se poursuit jusque sur le dos. Le ventre, sphérique, est volumineux et projeté en avant ; il est délimité par un sillon large et peu profond. La vulve est extraordinaire, d'une hauteur égale à celle des fesses ; disproportionnée, elle n'en est pas moins réaliste, avec une fente large, profonde, encadrée par des lèvres en fort relief. Le dos est peu travaillé ; la cambrure des reins et la saillie des fesses sont encore plus prononcées que chez les figurines de Tursac et de Sireuil. Les hémisphères fessiers sont séparés par un sillon profond. Lers membres inférieurs, relativement courts et mal formés, ne permettant pas de distinguer la cuisse de la jambe, mais sont séparés l'un de l'autre, sur la face ventrale, par un sillon qui va de la vulve jusqu'aux pieds

Contexte historique

Découverte / collecte

France ; Dordogne ; Monpazier (site de plein air, lieu de découverte) ; découverte fortuite ; (1979/04, date de découverte) ; (CEROU E., découvreur)

Précisions découverte

Cette statuette a été découverte dans un champ labouré. Des nucleus ont été découverts à proximité

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, achat, musée d'Archéologie nationale

Date acquisition

1973 entrée matérielle

Ancienne appartenance

CEROU E.

Informations complémentaires

Commentaires

Photographies prises avec la venus de Grimaldi dite 'Le Polichinelle'(MAN 49282). Sur les photos, il s'agit de l'objet situé à droite.

Bibliographie

CLOTTES Jean, CEROU E. - 1970 - La Statuette féminine de Monpazier (Dordogne) - Bulletin de la Société Préhistorique Française, Etudes et Travaux, t. 67, fasc. 2, pp. 435-444, fig. (Pp. 435-444, 5 fig.) ; CEROU E. - 1971 - Découverte d'une statuette paléolithique à Monpazier (Dordogne) - Bulletin du Groupe Archéologique de Sauvegarde du Villeneuvois, t.1, fasc. 2, 3 p., fig. (Fasc. 2, 4 p, 1 pl.) ; DUHARD Jean-Paul - 1987 - La statuette de Monpazier représente-t-elle une paturiente ? - Bulletin de la Société Préhistorique de l'Ariège - Pyrénées - Préhistoire Ariégeoise, t. 42, pp. 155-163. (Pp. 155-163, 4 fig.) ; DUHARD Jean-Paul - 1989 - Le réalisme physiologique des figurations féminines du Paléolithique supérieur de France - Thèse nouveau régime, Anthropologie - Préhistoire, Bordeaux. (Pp. 126-129, 2 fig.) ; DELPORTE Henri - 1979 et 1993 - L'image de la femme dans l'art préhistorique - Editions Picard. (Première édition en 1979 et nouvelle édition en 1993) (P. 75, fig. 61.)

1/4
La vénus de Monpazier_0