Priape de Rivery

Identification du bien culturel

N°Inventaire

M.P.1876.477

Dénomination

statuette

Titre

Priape de Rivery

Période de création

1er siècle

Matériaux - techniques

bronze

Mesures

Hauteur en cm 18 ; Longueur en cm 9.2 ; Largeur en cm 5.3

Description

La statuette se compose de deux parties : la partie supérieure est amovible de manière à laisser apparaître un phallus. La figurine du dieu des jardins et des campagnes exprime un caractère sévère. Ses cheveux sont épais et frisés ainsi que la barbe qui est courte. Elle est couverte du cucullus, célèbre manteau gaulois à capuchon, qui cache les bras et tombe au-dessous des hanches. Ce vêtement est retenu par une bandelette qui passe sur les épaules et dont les extrémités retombent sous le noeud, presque aussi bas que le manteau. Cette partie supérieure constitue un couvercle sous lequel est caché un phallus. On voit sous ce premier vêtement une courte tunique. Les cuisses et les jambes sont nues, la chaussure est de l'espèce qu'on nomme caligae : des semelles de bois maintenues sous le pied par des courroies qui passent entre les deux premiers orteils pour rendre la marche plus assurée. Le priape de Rivery est l'expression d'un culte païen au dieu de la fécondité et de la fertilité, identifié par les Gallo-Romains à Priapus, protecteur des jardins et des campagnes. L'intéressante mention, à la découverte, d'une dorure aujourd'hui disparue (il en reste d'infimes traces) accentue encore le carcatère sacré de l'objet, tout comme l'odeur suave révélatrice de nards et de baumes, sans doute déposés dans les poteries. L'authenticité de la pièce ne semble pas devoir être mise en cause. Il aurait été trouvé, au vu des divers comptes rendus, dans une des tombes les plus riches d'Amiens. Un doute subsiste quant au nombre d'objets et sur la datation de certains : la bouteille en verre à panse prismatique aurait une datation plus tardive, l'urne cinéraire daterait du IIe siècle, le guttus et le canthare sous toute réserve du IIIe siècle, alors que l'oenochoé correspondrait à la date proposée.

Etat du bien

Bon état; Défauts d'intégrité

Sujet représenté

figure (Priape, homme, en pied)

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport

Historique

Voir aussi : Pot ventru à pied annulaire (M.P.1876.871) , Bouteille à panse carrée à une anse (M.P.1876.853), Cruche à orifice tréflé, pâte micacée (M.P.1876.1128), Patère en terre blanche (M.P.1876.740) , Canthare (M.P.1876.1197) ; en rapport avec d'autres statuette de Priape

Découverte / collecte

Picardie ; Somme ; Rivery (lieu de découverte) ; (1771, date de découverte)

Précisions découverte

Dans une sépulture à incinération en coffre carré de 0, 65 m de côté, formé de six pierres scellés par des agrafes en fer, dans un petit caveau. Ce curieux priape en bronze est connu dans de nombreux documents : une délibération de l'hôtel de Ville par l'assemblée des notables du 22 juillet 1771 qui mentionne également une monnaie de Vespasien, une chronique de 1784 qui indique la découverte de monnaies, dont une de Titus. Le manuscrit de l'érudit Dom Grenier rédigé en 1775-1785, publié en 1856, relève la présence d'une sonnette (H. 20mm) et d'un bilboquet en bronze (H. 54mm), sans doute un phallus, cité également par Grivaud de la Vincelle en 1817.

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, ancien fonds, Amiens, musée de Picardie

Date acquisition

1876 avant

Informations complémentaires

Exposition

Amiens, Musée de Picardie, 'Verreries antiques, richesse des collections de Picardie', exposition organisée du 28 juin au 2 novembre 1997. Amiens, Musée de Picardie, La Marque de Rome. Samarobriva et les villes du nord de la Gaule, 14 février - 29 aout 2004.

Bibliographie

Archives municipales d'Amiens (Fonds l'Escalopier BB 92, f°86) Bibliothèque municipale d'Amiens, ms 1193, n°9, p.811 Dom Grenier, 'Introduction à l'histoire générale de la Picardie', Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, t.III, 1856 (pp.222-223, 234-235) Grivaud de la Vincelle, Recueil des monuments antiques, t.2, 1817 (p.86, pl. X et XI) J. Foucart, 'Les Circonstances de la découverte en 1771 du priape en bronze du musée de Picardie', Cahiers Archéologiques de Picardie, n°5, 1980 (pp.289-290) J. Foucart, 'Note sur le priape du musée de Picardie découvert à Rivery en 1771 : verroterie ou diament?', Revue Archéologique de Picardie, n°3-4, 1987 (pp.61-63) N. Mahéo, Archéologie gallo-romaine, notices d'Histoire de l'art, musée de Picardie, Amiens, 1983 (n°43, pp.53-54) Noël Mahéo (dir.), 'Les Collections archéologiques du musée de Picardie', Amiens, Trois Cailloux, Musée de Picardie, 1990, 331 p. (pp.238-239, n°137) Georges Dilly et Noël Mahéo, 'Verreries antiques du Musée de Picardie', Amiens, Musée de Picardie/Paris, Somogy, 1997, 130 p. (p. 35 et p.124 (ensemble XII)) Noël Mahéo, La marque de Rome, Samarobriva et les villes du nord de la Gaule, cat. expo, Amiens, 2004, réed. 2006. (notice 212, pp.148-149)

1/2
Priape de Rivery_0