PARROTT William (peintre) : Nantes : vue des quais de la Loire

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

956.1.10

Domaine (catégorie du bien)

peinture

Dénomination du bien

tableau

Titre

Nantes : vue des quais de la Loire

Auteur / exécutant / collecteur

PARROTT William (peintre)

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

PARROTT : Overley, 1813/10; ?, 1875 après ; nationalité : Anglaise

Ecole

Grande-Bretagne

Période de création / exécution

3e quart 18e siècle

Millésime de création / exécution

1864

Matériaux et techniques

toile, peinture à l'huile

Mesures

Hauteur sans cadre en cm 100 ; Largeur sans cadre en cm 154 ; Hauteur avec cadre en cm 130 ; Largeur avec cadre en cm 185

Inscriptions

signature, date

Précisions sur les inscriptions

signé et daté, en bas à droite : Nantes, W Parrott. 64.

Etat du bien

Etat moyen, lacune(s) dans la couche picturale

Sujet représenté

paysage (Nantes, Loire-Atlantique d, port, quai : bateau à voiles, île, cathédrale)

Précisions sur le sujet représenté

Au XVIIe siècle, Nantes accueillit de nombreux négociants, particulièrement de nationalité espagnole et hollandaise. Installés au début du quai de la Fosse, les Néerlandais donnèrent à cette partie de la ville le surnom de Petite Hollande. Certains bâtiments et quartiers sont aisément identifiables : la Bourse, construite de 1790 à 1815, le dôme de la chapelle de Saint-Julien, les quais où s'installèrent les armateurs au XVIIIe siècle, les arbres de la Petite Hollande, les maisons de l'île Feydeau, la cathédrale, et l'église Sainte-Croix. Il faut remarquer que la perspective entre ces deux derniers bâtiments et la Bourse est faussée. A la pointe de l'île, Parrot a représenté une construction circulaire. Il s'agit ici d'une liberté prise par le peintre, celui-ci a résidé à Nantes en 1844, et ne peint le tableau du musée qu'en 1864. Travaillant de mémoire, et d'après esquisses, il a interverti deux bâtiments conçus par Mathurin Crucy, la Poissonnerie et les Bains, qui forment les deux extrémités de l'île. Nous devrions voir la Poissonnerie et nous voyons les Bains construits en 1802 et démolis en 1869. Le long des quais, court une voie de chemin de fer, correspondant à la ligne Nantes - Saint-Nazaire, créée en 1857. La gare était un petit bâtiment situé près de la Bourse. Sur les quais, sont amarrés bateaux et gabares. Une multitude de silhouettes anime la composition. Parmi les personnages, l'on peut remarquer les promeneurs sur les quais, la femme en bayadère, l'homme qui repeint son bateau, et les Nantais sur le bac de Loire. Le plus grand des bateaux porte le nom de La Belle Eugénie : hommage à l'Impératrice, Eugénie de Montijo. Le rendu parfait de l'atmosphère, du scintillement de la lumière au dessus de la Loire rappelle les toiles de Turner. Déjà, cette alliance de la lumière et de l'eau, le contraste des lignes et des masses annoncent les grandes toiles des maîtres contemporains de Parrot, les impressionnistes, mais les personnages, l'infinité de détails conservent à l'oeuvre une certaine fraîcheur. Outre la richesse de sa composition, le chatoiement de ses couleurs, cette toile a également une valeur documentaire puisqu'elle nous montre Nantes à l'époque de Dobrée.

Contexte historique

Lieu de création / d’exécution / d’utilisation

France, Pays de la Loire, Loire-Atlantique, Nantes (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété du département, don, Loire-Atlantique, musée départemental Dobrée

Date d’acquisition

1956

Ancienne appartenance

Chevalier-La-Barthe Germaine

Localisation

Nantes ; musée départemental Dobrée

Informations complémentaires

Exposition

L'Echappée belle, sites et monuments de L-A. (Musées départementaux de Loire-Atlantique, Bibliothèque Nationale, 1987. Reprod. couleur p.42., cité p. 134.)#Le pays nantais en peinture 1590-1958, MBA, Nantes#Le pays nantais en peinture 1590-1958, MBA, Nantes (Nantes, Musée du château des Ducs, 1990. n°?)#Thomas Dobrée 1810-1895. Un homme, un musée, 1997, Nantes (n°146, p.101, reprod. couleur p.102.)#Sur les quais. Ports, docks et dockers, de Boudin à Marquet, musée Malraux, Le Havre, 18 octobre 2008 - 25 janvier 2009, et musée des Beaux Arts de Bordeaux, 26 février - 14 juin 2009.

Bibliographie

Quimper, Editions Palantines, 2011. (Quimper, Editions Palantines, 2011. p. 94.) Place Publique (juillet-août 2010 : Rossi Paul Louis ' Simplement la Lumière ') Peintres des côtes de Bretagne (Léo Kerlo et Jacqueline Duroc, Editions Chasse-Marée, 2007. (De la rade de Lorient à Nantes). p. 185.) 'Iconographie de Nantes' (Collection du musée Th. Dobrée). C. Cosneau, conservateur adjoint. Paris, 1978. (p. 166 n° 402 ; pl. XLV p.93) Thomas Dobrée (1818-1895) un homme, un musée, 1997 (p. 101, n° 146) Harouël J.L., L'embellissement des villes, (l'urbanisme français au XVIIIe siècle, éd. Picard. Reprod. couleur, première de couverture.) Gibus collège, magazine, n°10 septembre 1992 (article 'la Loire-Atlantique en 44 images', reprod. couleur p. 17.) De Wismes A., Les grandes heures de Nantes, Perrin (1992. Reprod. couleur première de couverture.) De Wismes A., Nantes et le pays nantais, (éd. France-Empire, 1995. Reprod. couleur, première de couverture.) dans Arts de l'Ouest, études et documents, Rennes, fev. 1978 (p. 668) musée des Beaux-Arts, (s, d., p. 29, n° 49, pl. 11) Jourdaa F., La route du sel de la côte Atlantique, (éd. Ouest-France, 1999. Reprod. couleur p.99.) Ouest-France, 15-16 janvier 1994 (article 'Une très belle vue du port de Nantes. Le regard de William Parrot, un peintre anglais, au musée Dobrée', Jacques Boislevé.) Ouest-France, 4 août 1999 (article 'Dobrée : Nantes en 1864', Claire Aptel. Reprod. n/b.) Cahier de la compagnie des Indes, n° 9/10 (Musée de la Compagnie des Indes, Lorient, 2006 p. 68., p. 122) Sur les quais, ports, docks et dockers de Boudin à Marquet, catalogue de l'exposition au musée Malraux du Havre, du 18 octobre 2008 au 25 janvier 2009, et au musée des Beaux Arts de Bordeaux du 26 février au 14 juin 2009. (Catalogue de l'exposition au musée Malraux du Havre, du 18 octobre 2008 au 25 janvier 2009, et au musée des Beaux Arts de Bordeaux du 26 février au 14 juin 2009 n° 43, p.71)