Le Jugement dernier ; El Juicio final

Identification du bien culturel

N°Inventaire

96-17-1

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le Jugement dernier ; El Juicio final

Précision auteur

PACHECO : Séville, 1564 ; Séville, 1644 ; nationalité : Hispanique

Ecole-pays

Espagne

Période de création

1er quart 17e siècle

Millésime de création

1611, 1614

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

Hauteur en m 3.38 ; Largeur en m 2.35

Inscriptions

Signé, daté

Précisions inscriptions

Signé et daté en bas à gauche : 'FUTURUM AD FINEM SAECULORUM IUDITIUM FRANCISCUS PACIECUS ROMULENSIS DEPINGEBAT SAECULA JUDICIS NATALI DECIMI SEPTIMI A.[UNO] XIV' (les tirets entre crochets indiquent des lettres manquantes ou mal lisibles)

Précisions sujet représenté

Le Jugement dernier comporte huit cents figures dont la majeure partie sont des anges (archanges, chérubins, séraphins). Dans la partie supérieure du tableau est représenté le registre céleste avec le Christ en majesté, assis sur l'arc-en ciel, touné vers les justes. La Vierge Marie, assise à la droite du Christ, se penche vers les justes. A gauche se tient l'ange de la miséricorde, à droite l'ange de la justice divine au centre, juste en-dessous du Christ et de la Vierge, l'Archange Gabriel tenant la croix, puis viennent Moïse, le roi David, les saints. la partie inférieure représente le registre terrestre, séparée de la partie céleste par les anges jouant de la trompette, qui ont annoncé le Jugement dernier (à gauche). Au centre de cette partie l'archange saint Michel sépare les justes des damnés. Parmi les justes figure l'autoportrait de Pacheco entre un jeune homme et une jeune fille (à droite)

Contexte historique

Historique

F. Pacheco est à la fois le maître et le beau-père de Diego Velázquez aussi bien qu'un théoricien de la peinture. Il a joué un rôle de premier plan dans l'histoire de l'art à Séville à la fin du XVIe siècle et durant le premier tiers du XVIIe siècle. Lié au milieu érudit ainsi qu'à l'Inquisition dont il est le vérificateur des peintures sacrées, il oeuvre pour les grands couvents de la capitale andalouse ainsi qu'à la Casa de Pilatos pour le compte du duc d'Alcalá. Il demeure célèbre pour son fameux traité de la peinture, Arte de la Pintura, édité après sa mort en 1649. Formé au sein du courant hispano-flamand, il sut être sensible aux influences extérieures comme le maniérisme italien, tout en étant dépassé, à la fin de sa vie, par les nouvelles tendances ténébristes et baroques. En 1611, deux événements majeurs préludent à la réalisation du Jugement dernier : l'entrée dans son atelier du tout jeune Velázquez et la rencontre avec le Greco lors d'un voyage à Madrid. Le style et la composition de cette oeuvre sont à mettre en rapport avec le fameux Martyre de saint Maurice (1580-1582, monastère de l'Escorial), peint par le Greco, pour le compte de Philippe II. Pacheco nous indique dans son traité que le tableau faisait partie d'un retable construit par Martínez Montañés entre 1610 et 1614 sur un projet de Juan de Oviedo ; le contrat de commande concernant la peinture est passé le 28 juillet 1610 avec de riches donateurs, Hernando de Palma Carillo et son épouse, qui offrent cet ensemble de qualité au couvent Santa Isabel de Séville. Nous connaissons son prix élevé (700 ducats) et nous savons que l'inscription latine située sur une pierre dans la partie inférieure gauche a été composée par le poète Francisco de Medina. Elle date la composition de 1614 alors que le peintre précise, dans son Arte de la Pintura, qu'il l'achève en 1611 [...] Extrait du musée Goya, cat. Paribas, J. L. Augé

Lieu de création/utilisation

Espagne, Andalousie, Séville (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat avec participation, Castres, musée Goya

Date acquisition

1996

Ancienne appartenance

Tableau exposé dans la cage d'escalier d'un hôtel particulier, 12 rue Rougier à Marseille, jusqu'à son achat par la ville de Castres ; Viale Simone ; Homberg Marguerite

Localisation

Castres, musée Goya

Informations complémentaires

Exposition

Dialogue entre deux collections. Chefs d'oeuvre du musée Goya de Castres et du musée des Beaux-Arts de Séville - Exposition du 30 novembre 07 au 11 mars 06 au musée des Beaux-Arts de Séville, du 22 mars au 10 juin 2007 dans les salles d'exposition de Caja Duero à Salamanque, du 25 juillet au 28 octobre 2007 au musée Goya de Castres. (p.112-117) Le Jugement dernier de Francisco Pacheco (1564 - 1644), exposition dossier pour accompagner les dernières étapes de la restauration du 4 mars au 10 juin 2001, Musée Goya de Castres

Bibliographie

Notice sur le grand tableau du Jugement universel, chef-d'oeuvre de François Pacheco par M. l'abbé C. Martin, Librairie religieuse et ecclésiastique de Martin neveu et Audier, Paris, 1862 Francisco Pacheco y Diego Velázquez: del manierismo al naturalismo. Transmissión o Transgressión ? in In Sapienta Libertas. Escritos en homenaje al professor Alfonso E. Pérez Sánchez, 842 p., Ed. El Viso, 2007 (pp.255-262) Inventaire général des collections du musée Goya, Tome I, Peintures hispaniques - sous la directions de Jean-Louis Augé, Conservateur en Chef des musées de Castres (N°41, p.66) Pintura Barroca Sevillana, Enrique Valdivieso, Guadalquivir Ediciones, Sevilla, 2003 (p.125) Le Jugement dernier, Francisco Pacheco (1564 -1644), Exposition-dossier du 3 mars au 10 juin 2001, Musée Goya, Castres Les Cahiers du Musée Goya,1999 El Arte de la Pintura, Francisco Pacheco, ED. Catedra, 1990, Madrid (pp.307-340) VALDIVIESO, E. , Historia de la pintura sevillana, Sevilla, Guadalquivir,1986. (pp.113-120) Gui Artistica de Sevilla y su provincia, Alfredo Morales, Maria Jesus Sanz (pp. 196, 197 et 199)

Le Jugement dernier ; El Juicio final_0