POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Déesse-mère

Identification du bien culturel

N°Inventaire

25552

Dénomination

Titre

Déesse-mère

Epoque

romain

Mesures

Hauteur en cm 15,15 ; Largeur en cm 5,23 ; Profondeur en cm 4,3

Description

Cette sculpture représente une divinité féminine assise dans un fauteuil en osier tressé, typiquement gaulois, composé d'un haut dossier arrondi. Elle tient, fermement serré contre elle, un enfant en bas âge dans chaque bras. Ils tètent en se faisant face, leurs pieds se joignant sur les genoux de la déesse. La Gaule romaine a produit une grande quantité de ces déesses-mères au visage impassible, portant un ou deux enfants qu'elles allaitent ou non. Elles symbolisent à la fois la terre-mère et la fécondité dans son sens le plus universel et pas seulement la maternité, plus facilement attribuée, en Gaule, à Vénus. Claudine Jacquet, 2016 ; La déesse est assise sur un fauteuil typiquement gaulois, en osier tressé, composé d'un haut dossier arrondi, formant accoudoirs, dont la bordure se termine par un double bourrelet lui-même tressé. Elle tient un enfant dans chaque bras ; ses larges mains les tiennent fermement serrés contre elle. Ils tètent en se faisant face, leurs pieds se joignent sur les genoux de la déesse, placés à hauteur des accoudoirs. Les pieds de la divinité reposent à plat sur la base, côte à côte mais disjoints. Elle est vêtue d'une sorte de tunique à manches qui forme une arcade au-dessus de chaque sein laissant apparaître deux minuscules tétons. Les bas du corps est pris dans un grand manteau formant des plis en V, emboîtés puis inversés sur la jambe droite, des plis arrondis et entrecroisés sur la jambe gauche ; entre les jambes, une double rainure verticale semble prolonger celle qui sépare sa poitrine en deux. Le cou, très large, est surmonté d'une grosse tête au visage un peu empâté mais bien modelé. Un grand front se développe au-dessus des arcades sourcilières à peine évoqués. Les yeux en amande, à la paupière supérieure ourlée sont asymétriques ; l'oeil droit est pupillé. Le nez, droit, s'épate à la base ; il touche des lèvres épaisses, boudeuses, qui surplombent un menton rond. La coiffure est très élaborée : du sommet du crâne, elle se divise, selon l'axe vertical du visage, en grosses mèches gonflées et ondulées qui se superposent et descendent en cascade le long de la figure ; puis elles remontent vers l'arrière et se joignent au-dessus du front en un chignon rond. La tête est droite et elle regarde devant elle. Les enfants ont des têtes très grosses, ovales, jetées en arrière ; le visage gauche est mieux modelé que le droit, les bouches, largement ouvertes sous les seins. Les corps sont minuscules. La Gaule romaine a produit une grande quantité de ces déesses-mères au visage impassible, portant un ou deux enfants qu'elles allaitent ou non. Elles symbolisent à la fois la terre-mère et la fécondité dans son sens le plus universel et pas seulement la maternité, plus facilement attribuée, en Gaule, à Vénus.

Sujet représenté

déesse-mère ; enfant ; allaitement

Contexte historique

Lieu de création/utilisation

Europe, France, Hauts-de-France, Aisne, Autun (lieu de création)

Découverte / collecte

(Provenance inconnue, lieu de découverte)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, achat, Toulouse, musée Saint-Raymond

Date acquisition

1902 acquis

Ancienne appartenance

Collection privée, Lartet Edouard et Louis

Informations complémentaires

Exposition

Les figurines gallo-romaines, musée des Augustins, Toulouse, 11/09/1985 - 02/12/1985 In vitro, De les mitologies de la fertilitat als limits de la ciencia, Fondation Joan Miro, Barcelone, 09/04/1992 Rome face aux Barbares, Abbaye de Daoulas, 20/06/1993 - 30/09/1993 Images d'enfants, de la Préhistoire à l'Histoire, Château-Musée de Bélesta, 15/04/2006 - 30/11/2006 La figure féminine à l'époque romaine, musée archéologique, Bram, 21/07/2018 - 16/09/2018

Bibliographie

Monique Rey-Delqué , Les figurines gallo-romaines en terre cuite blanche du Musée Saint-Raymond, Toulouse, Ville de Toulouse, 1985 (n° 5) Catalogue d'exposition In vitro, de les mitologies de la fertilitat als limits de la ciència, Barcelona, Fondacio Joan Miro.- Barcelona, Generalitat de Catalunya, abril-juny 1992.- 325 p.

1/4