autel votif : Autel votif dédié à la Mère des dieux

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

Ra 333 ; 31001 (Ancien numéro)

Dénomination du bien

autel votif

Titre

autel votif

Période de création / exécution

1er siècle, 2e siècle, 3e siècle

Matériaux et techniques

marbre blanc, taillé, gravure

Mesures

Hauteur en cm 53.2 (hauteur conservée) ; Largeur en cm 43 (corniche) ; 38.6 (corps) ; Profondeur en cm 33 (corniche) ; 31 (corps)

Inscriptions

dédicace (latin)

Précisions sur les inscriptions

dédicace, corniche et corps : Ordinatio et paléographie La mise en page est soignée, malgré la césure du mot templi et la gravure du M qui empiète sur le cadre à la ligne 3. Le texte est centré. La gravure est profonde et large, les lettres sont très régulières, les empattements bien marqués. Les O, les C et la panse des P sont bien arrondis, le jambage oblique des R est légèrement incurvé. Les points de séparation, triangulaires, sont gravés très profondément. La panse des P n'est pas tout à fait fermée. H. des lettres : l. 1 (coussin) : 4,4 ; l. 2 : 4,7 à 5 ; l. 3 : 4 ; l. 4 : 3,2 à 3,7 (E : 3) ; l. 5 : 2,7 à 2,9. (Laetitia Rodriguez et Robert Sablayrolles, 2008) : MATRI DEVM // CN. POMP / PROBVS / CVRATOR TEM/PLI / V.S.L.M : Matri deum, // Cn(aeus) Pompe(ius) / Probus, / curator tem/pli, votum solvit libens merito., traduction : A la mère des dieux, Cnaeus Pompeius Probus, curateur du temple, s'est acquitté de son voeu de bon gré et avec une juste reconnaissance.

Description

Les faces antérieures et latérale gauche de l'autel ont été polies soigneusement, la face latérale droite un peu plus grossièrement, les traces d'outils n'ayant pas été complètement effacées par le polissage. Corps Le monument est brisé sous le cadre du champ épigraphique. Couronnement Corniche : la corniche a été retaillée sur les faces antérieures, postérieures et latérale gauche, les angles de la face latérale droite sont brisés. Modénature : le couronnement est débordant par rapport au corps. Cavet droit, listel plat, doucine droite, bandeau renversé sur la face latérale droite. - Coussin : le coussin est constitué d'un bandeau d'attique plus large que haut, encadré de deux pulvilli cylindriques serrés en leur milieu par une ceinture et décorés d'écailles sur toute leur surface. Leurs extrémités antérieure et postérieure sont endommagées, les restes d'une volute subsistent néanmoins sur la face antérieure du pulvillus gauche. Un foculus circulaire (environ 5 cm de diamètre) est creusé au centre du coussin. Il est entouré de trois petites cavités creusées par l'érosion. Ordinatio et paléographie La mise en page est soignée, malgré la césure du mot templi et la gravure du M qui empiète sur le cadre à la ligne 3. Le texte est centré. La gravure est profonde et large, les lettres sont très régulières, les empattements bien marqués. Les O, les C et la panse des P sont bien arrondis, le jambage oblique des R est légèrement incurvé. Les points de séparation, triangulaires, sont gravés très profondément. La panse des P n'est pas tout à fait fermée. DECOR La face latérale gauche porte un décor un peu plus saillant (8 mm) de patère, constituée de trois larges cercles concentriques en relief et d'un ombilic percé au centre. Un vase à libation est sculpté en faible relief (5 mm) sur la face latérale droite. Sa panse, globulaire, a été laissée lisse. Le col est haut et large. L'anse, sinueuse, est fixée au niveau de l'épaulement et le bec est représenté selon une vue de dessus, dans une perspective assez mal réussie. Le pied est massif. (Laetitia Rodriguez et Robert Sablayrolles, 2008)

Sujet représenté

ornementation (patère, vase, libation)

Contexte historique

Historique – Objets associés

Le terminus post quem est le milieu du 1er siècle (dédicace à la Mère des dieux et tria nomina du dédicant), le terminus ante quem le milieu du 3e siècle (dénomination du dédicant). (L. Rodriguez, R. Sablayrolles, cat. 2008, n°176) ; Le dédicant est un citoyen appartenant à une gens Pompeia, gentilice largement attesté en Narbonnaise comme en Aquitaine. La fonction de curator templi est celle de gestionnaire du temple, et en particulier des affaires financières liées à l'entretien et aux activités de celui-ci. Cette fonction était souvent confiée à des personnages éminents, magistrats des cités. Cn. Pompeius Probus, qui portait les tria nomina du citoyen, appartenait vraisemblablement à ces aristocraties locales, parmi lesquelles, en Gaule méridionale, le gentilice Pompeius était répandu. L'origine de l'autel, Alet-les-Bains, et sa position secondaire, en remploi dans le mur de la cathédrale, rendent impossible toute hypothèse sur la localisation du temple dont Cn. Pompeius Probus avait la charge. La création du diocèse d'Alet, en 1325, et l'aménagement consécutif de l'église abbatiale en cathédrale rendent possible un transport de la pierre, sur ordre de l'évêque fondateur ou de l'un de ses successeurs.

Utilisation / Destination

pratique votive

Découverte / collecte

France ; Aude ; (Alet-les-Bains, lieu de découverte)

Précisions sur la découverte / collecte / récolte

Cet autel provient de l'ancienne cathédrale d'Alet-les-Bains, dans l'Aude. Il a appartenu au chevalier P. Rivalz au 18e siècle, et a rejoint les collections du Musée de Toulouse avant 1805. (L. Rodriguez, R. Sablayrolles, cat. 2008, n°176)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, saisie révolutionnaire, Toulouse, musée Saint-Raymond

Ancienne appartenance

Collection privée, Rivalz Pierre ; Collection privée, Académie Royale des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse ; Académie des Sciences, Insc. et Belles-Lettres

Localisation

Toulouse ; musée Saint-Raymond

Informations complémentaires

Bibliographie

Différens morceaux antiques, que l'on voit à Toulouse chez M. Rivalz, professeur de l'Académie Royale des Arts, s.n.l.d., 1784. (fig. 4.) Lucas (Jean-Paul), Catalogue critique et historique des tableaux et autres monumens des arts du Musée de Toulouse, Toulouse, 1806, (n° 160.) Du Mège (Alexandre), Notice des tableaux, statues, bustes, dessins, etc., composant le Musée de Toulouse, Toulouse, 1813, (n° 160.) Du Mège (Alexandre), Monumens religieux des Volces Tectosages..., Toulouse, 1814, (pl. 6, p. 138.) Du Mège (Alexandre), Notice des tableaux, statues, bustes, bas-reliefs et antiquités composant le Musée de Toulouse, Toulouse, s. l. n. d., 1818, (n° 25.) Du Mège (Alexandre), Notice des monumens antiques et des objets de sculpture moderne conservés dans le Musée de Toulouse, Toulouse, 1828, (n° 26.) Du Mège (Alexandre), Description du Musée des Antiques de Toulouse, Toulouse, imprimerie de Jean-Matthieu Douladoure, 1835 (une autre édition du même catalogue, en 1835, chez F. G. Levrault à Paris), (n° 81.) Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. XII, 1888, (5374.) Roschach (Ernest), Catalogue des Musées Archéologiques de la Toulouse, Musée des Augustins, Musée Saint Raymond. Toulouse, 1864, Ed. en 1892. (n° 207.) Sacaze (Julien), Inscriptions antiques des Pyrénées, Toulouse, 1892, (n° 16.) Rachou (Henri), Catalogue des collections de sculpture et d'épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse, éd. Privat, 1912, (n° 333.) Cazes (Daniel), Le musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, éd. Somogy/musée Saint-Raymond, Toulouse/Paris, 1999, (p. 49.) Rodriguez (Laetitia) et Sablayrolles (Robert), Les autels votifs du musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, catalogue raisonné, 2008, (p. 227-229.)