Portrait de Germanicus

Identification du bien culturel

N°Inventaire

Ra 342 c ; 30010 (Ancien numéro)

Dénomination

tête

Titre

Portrait de Germanicus

Période de création

1er quart 1er siècle

Matériaux - techniques

marbre (ronde-bosse)

Mesures

Hauteur en cm 41,2 ; Hauteur tête en cm 24,5 ; Longueur en cm 24 ; Profondeur en cm 26,5

Description

Germanicus (15 av. J.-C. - 19 ap. J.-C.), fils de Drusus l'Ancien et d'Antonia Minor. Deux princes, Germanicus, le neveu de Tibère, et Drusus le Jeune, son propre fils, accompagnent fréquemment l'empereur dans les groupes statuaires du début du règne, reprenant en quelque sorte le rôle qui avait été celui de Gaius et Lucius César, les "Princes de la Jeunesse", à l'époque médio-augustéenne. On en a parfois confondu l'iconographie, alors même qu'une émission d'asses de 22-23 permet d'identifier Drusus en toute certitude dans le type attesté par le portrait Inv. Ra 342d. C'est donc bien à Germanicus, son cousin, que l'on a affaire. L'exemplaire de Toulouse, presque intact et plus soigné que la plupart des autres répliques cataloguées à ce jour, est le "Leitstück", la tête de série, d'un des deux types choisis pour figurer le jeune homme, celui que l'on désigne d'ailleurs aujourd'hui du nom de "type Béziers". A.K. Massner a montré que le schéma de la frange de cheveux retombant sur le front reprenait, mais inversé comme dans un miroir ("spiegelbildlich"), celui des portraits de Tibère de l'avènement. On y verra, sans conteste, un dessein politique et plus précisément dynastique : Germanicus n'était-il pas, depuis la mort de Gaius en 4, au même titre que son oncle, le fils adoptif et un des successeurs désignés d'Auguste ? Sans doute faudra-t-il attendre l'avènement de Tibère, dix ans plus tard, pour que se multiplient ces effigies ; c'est que Germanicus prenait alors la première place dans la succession impériale - on ne saurait l'oublier. Notice de Jean Charles Balty extraite du catalogue d'exposition « Le regard de Rome », 1995 ; Ce portrait appartient à un ensemble de dix têtes en marbre découvertes, en 1844, dans l'angle d'une construction à proximité du forum antique de Béziers (Héraut). Deux princes, Germanicus, le neveu de Tibère, et Drusus le Jeune, son propre fils, accompagnent fréquemment Tibère (empereur de 14 à 37 de notre ère) dans les groupes statuaires du début du règne, reprenant en quelque sorte le rôle qui avait été celui de Gaïus et Lucius César, les "Princes de la Jeunesse", au milieu du règne d'Auguste. Ce portrait de Germanicus, presque intact et plus soigné que la plupart des autres répliques connues, est considéré comme la tête de série de ce type de représentation. Marie Nonclercq, d'après la notice de Jean Charles Balty extraite du catalogue d'exposition « Le regard de Rome », 1995. ; Deux princes, Germanicus, le neveu de Tibère, et Drusus le Jeune, son propre fils, accompagnent fréquemment l'empereur dans les groupes statuaires du début du règne, reprenant en quelque sorte le rôle qui avait été celui de Gaïus et Lucius César, les "Princes de la Jeunesse", à l'époque médio-augustéenne. On en a parfois confondu l'iconographie, alors même qu'une belle émission d'asses de 22-23 permet d'identifier Drusus en toute certitude dans le type attesté par le portrait Inv. 30011. C'est donc bien à Germanicus, son cousin, que l'on a affaire. L'exemplaire de Toulouse, presque intact et plus soigné que la plupart des autres répliques cataloguées à ce jour, est le "Leitstück", la tête de série d'un des deux types choisis pour figurer le jeune homme, celui que l'on désigne d'ailleurs aujourd'hui du nom de "type Béziers". A.K. Massner a montré que le schéma de la frange de cheveux retombant sur le front reprenait, mais inversé comme dans un miroir ("spiegelbildlich"), celui des portraits de Tibère de l'avènement. On y verra, sans conteste, un dessein politique et plus précisément dynastique : Germanicus n'était-il pas, depuis la mort de Gaïus en 4, au même titre que son oncle, le fils adoptif et un des successeurs désignés d'Auguste ? Sans doute faudra-t-il attendre l'avènement de Tibère, dix ans plus tard, pour que se multiplient ces effigies ; c'est que Germanicus prenait alors la première place dans la succession impériale - on ne saurait l'oublier. [Jean Charles Balty]

Etat du bien

16/05/2011 (date de constat)

Sujet représenté

portrait (Germanicus, portrait, tête)

Contexte historique

Lieu de création/utilisation

Europe, France, Occitanie, Hérault (lieu de création)

Découverte / collecte

Europe, France, Occitanie, Hérault, Béziers (Rue Pierre-Paul Riquet, lieu de découverte) ; Fouilles archéologiques ; (1844, avril, date de découverte)

Précisions découverte

Les fouilles rue de l'Ave (aujourd'hui rue Riquet) permirent la découverte de dix têtes en marbre (n° inventaire Ra 336 à Ra 342 d). H. Rachou, 1912. Les portraits de Béziers ont été découverts dans l'angle d'une construction antique près du forum de Béziers.

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat, Toulouse, musée Saint-Raymond

Date acquisition

1845 acquis

Ancienne appartenance

Société Archéologique du Midi de la France

Informations complémentaires

Exposition

Le regard de Rome, museu nacional arqueoliogic, Tarragone, 31/03/1995 - 18/06/1995
Le regard de Rome, muséo nacional de arte Romano, Mérida, 07/07/1995 - 24/09/1995#Le regard de Rome, musée saint-Raymond, Toulouse, 13/10/1995 - 31/12/1995#Le regard de Rome, Rome, 09/02/1996 - 24/04/1996#Portraits julio-claudiens, musée Saint-Raymond, Toulouse, 06/2005 - 03/2006 (n° 15.)#Rome et les Barbares, Palazzo Grassi, Venise, 26/01/2008 - 20/07/2008#Augustus et alii, le portrait romain, musée du Bitterois, Béziers, 31/05/2011 - 18/09/2011#Domination romaine sur le Rhin, musée Romain-Germain, Cologne, 27/06/2014 - 19/10/2014#Me Germanicus,museum und Park, Kalkriese, 20/06/2015 - 01/11/2015#Claude, Empereur, musée des Beaux-Arts, Lyon, 01/12/2018 - 04/03/2019

Bibliographie

Ernest Roshach, Antiquités : musée des Augustins, Objets d'art : musée Saint-Raymond, Toulouse, Toulouse, Imprimerie Viguier, 1865 (n° 216 d.)
Ernest Roschach , Musée de Toulouse. Catalogue des antiquités et des objets d'art, Toulouse, Imprimerie Viguier, 1865 (n° 216 d.)#Ernest Roschach, Catalogue des musées archéologiques de la ville de Toulouse : musée des Augustins, musée Saint-Raymond, Toulouse, Roux et Cléder, 1892 (p. 94, n° 216 d.)#Emile Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. I, Paris, 1907 (p. 343, n° 528.8.)#Henri Rachou, Catalogue des collections de sculpture et d'épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse, Editions Privat, 1912 (p. 139, n° 342 d.)#"Ikonographische Beiträge zum Porträt der römischen Republik und der iulisch-claudischen Familie. VIII : Jugendbildnisse des Tiberius", dans Römische Mitteilungen, L, 1935, p. 286-320 (p. 269, pl. 34-35.)#Poulsen (Vagn H.), Studies in Julio-Claudian Iconography dans Acta Archaeologica, t. 17, fasc. I, 3, 1946, (n° 8, p. 12.)#Gross (W. Hatto), Iulia Augusta, Untersuchungen zur Grundlegung einer Livia-Ikonographie, Göttingen, 1962, (p. 110.)#Monique Clavel, Béziers et son territoire dans l'Antiquité, Paris, 1970 (p. 467-468.)#Fink (Josef), "Germanicus-Porträt", dans Antike und Universalgeschichte. Festschrift H. E. Stier, Munster, 1972, (p. 285, pl. 7.2 (cliché interverti).)#Klaus Fittschen, Katalog der antiken Skulpturen in Schloss Erbach, Berlin, 1977 (p. 44, n° 17p.)#François Salviat et Danièle Terrer, "À la découverte des empereurs romains et de leur famille, à travers les historiens et les portraits de Gaule Narbonnaise" dans Les dossiers de l'archéologie, 41, 1980, p. 6-87#Massner (Anne-Katherin), Bildnisangleichung. Untersuchungen zur Entstehungs und Wirkungsgeschichte der Augustusporträts (43 v. Chr.-68 n. Chr.), Berlin, 1982 (Das römische Herrscherbild IV), (p. 89.)#Hänlein-Schäfer (H.), Veneratio Augusti. Eine Studie zu den Tempeln des ersten römischen Kaisers, Rome, 1985. (p. 243.)#Lévêque (Monique), dans Histoire de Béziers, Toulouse, Privat, 1986, (p. 62-67.)#Fittschen (Klaus), "I ritratti di Germanico", dans Germanico. La persona, la personalità, il personnaggio. Actes du colloque de Macerata et Pérouse [1986], Macerata, 1987, p. 205-218. (p. 209, pl. IV.17.)#Le regard de Rome, Tarragone, Mérida, Toulouse et Rome, 1995, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 1995 (p. 198.)#Jean-Charles Balty, Daniel Cazes, Portraits impériaux de Béziers. Le groupe statuaire du forum, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 1995 (n° 6.)#Wood (Susan), Forgotten women in the imperial portrait group from Béziers, Archaeological News, 1996-1997, Vol. 21-22, Oakland University, p. 1-19, (photo p. 109-110.)#Rose (Charles Brian), Dynastic commemoration and imperial portraiture in the Julio-Claudian period, University of Cincinnati, Cambridge, University press, 1997, (p. 126/128 et photo 162.)#Hurlet (F.), Les collègues du prince sous Auguste et Tibère (Collection de l'Ecole française de Rome 227). Pp 692. Rome : Ecole française de Rome, 1997. (p. 462, fig. 40-1.)#Daniel Cazes, Le Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, Paris, Somogy, 1999 (p. 52.)#Dietrich Boschung, Gens Augusta. Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses (Monumenta Artis Romanae, XXXII), Mayence, 2002 (n° 13-5 p. 59, pl. 43 1-3.)#Emmanuelle Rosso, L'image de l'empereur en Gaule romaine. Portraits et inscriptions, Paris, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2006 (p. 350-352, n° 125.)#Claude (Lyon, 10 avant J.-C.- Rome, 54 après J.-C.). Un empereur au destin singulier. Exposition musée des Beaux-Arts de Lyon, 1er décembre 2018-4 mars 2019, Lyon, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2018 (n° 8, p.79)

1/8
Portrait de Germanicus_0