Portrait de Vipsanius-Agrippa

Identification du bien culturel

N°Inventaire

Ra 336 ; 30002 (Ancien numéro)

Dénomination

tête

Titre

Portrait de Vipsanius-Agrippa

Période de création

1er quart 1er siècle av JC

Matériaux - techniques

marbre, ronde-bosse

Mesures

Hauteur en cm 32 ; tête 24.5 ; Longueur en cm 20 ; Profondeur en cm 23.5

Description

Vispanius-Agrippa (64/63 - 12 av. J.-C.), gendre d'Auguste. Aussitôt identifiée grâce à son profil caractéristique que l'on retrouve sur les monnaies, l'oeuvre ne pose aucun problème particulier d'interprétation ; elle appartient à un groupe d'une douzaine de répliques qui suivent, avec plus ou moins de précision dans le détail, un prototype dont un splendide buste du Louvre (Ma 1208, découvert en 1792 à Gabies) reste, aujourd'hui encore, la tête de série la plus sûre ('type Gabies') et que l'on s'accorde à dater des années 18-12 av. J.-C. Agrippa avait épousé la fille de l'empereur en 21 ; depuis 20 et 17 respectivement, il était le père de Gaïus et Lucius César, les 'Princes de la Jeunesse', petits-fils et fils adoptifs d'Auguste. Son pouvoir s'était considérablement accru, en 18, avec la délégation, pour l'Orient, de l'imperium proconsulaire du Prince et l'attribution de la puissance tribunicienne. 'Collega Augusti', au plan proprement juridique, et adiutor imperü, Agrippa apparaît alors comme le 'garant de la continuité' (Roddaz, p. 379) et, s'il ne vise pas le pouvoir pour lui-même, il n'en contribue pas moins à renforcer le système monarchique et représente finalement une étape essentielle dans l'importante évolution constitutionnelle de ces années décisives. Notice de Jean Charles Balty extraite du catalogue d'exposition « Le regard de Rome », 1995.

Sujet représenté

portrait (tête : Agrippa)

Contexte historique

Lieu de création/utilisation

France, Hérault (lieu de création)

Découverte / collecte

France ; Hérault ; (Béziers, lieu de découverte) ; fouilles archéologiques ; (1844, avril, date de découverte)

Précisions découverte

Les fouilles rue de l'Ave (aujourd'hui rue Riquet) permirent la découverte de dix têtes en marbre (n° inventaire Ra 336 à Ra 342 d). H. Rachou, 1912. Les portraits de Béziers ont été découverts dans l'angle d'une construction antique près du forum de Béziers. ; rue Pierre-Paul Riquet (coordonnées de l'objet)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat, Toulouse, musée Saint-Raymond

Date acquisition

1845

Ancienne appartenance

Société Archéologique du Midi de la France.

Informations complémentaires

Exposition

Le regard de Rome à Tarragone, Mérida, Toulouse et Rome, 1995-1996,#Portraits du premier siècle de l'Empire romain au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, juin 2005-mars 2006. (n° 9.)#Augustus et alii, le portrait romain, 2011.

Bibliographie

Espérandieu (Emile), Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. I, Paris, 1907, (p. 341, n° 528.1.) Rachou (Henri), Catalogue des collections de sculpture et d'épigraphie du musée de Toulouse, Toulouse, éd. Privat, 1912, (p. 138, n° 336.) Curtius (Ludwig), 'Ikonographische Beiträge zum Porträt der römischen Republik und der iulisch-claudischen Familie. V : M. Vipsanius Agrippa', dans Römische Mitteilungen, XLVIII, 1933, p. 192-243. (p. 222, pl. 32.2 et 33.2.) Poulsen (Vagn H.), Studies in Julio-Claudian Iconography dans Acta Archaeologica, t. 17, fasc. I, 3, 1946, (p.8;) Gross (W. Hatto), Iulia Augusta, Untersuchungen zur Grundlegung einer Livia-Ikonographie, Göttingen, 1962, (p.110) Clavel (Monique), Béziers et son territoire dans l'Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 1970, (p. 467-468.) Johansen (F.), 'Ritratti marmorei e bronzei di Marco Vipsanio Agrippa', dans Analecta Romana Instituti Danici, VI, 1971, p. 17-48. (p. 28-29, fig. 13.) Salviat (François) et Terrer (Danièle), 'À la découverte des empereurs romains et de leur famille, à travers les historiens et les portraits de Gaule Narbonnaise', dans Les dossiers de l'archéologie, 41, 1980, p. 6-87. Faedo (L.), 'Ritratti e statue romane', dans Settis (S.), (éd.), Camposanto monumentale di Pisa. Le Antichità, II, Modène, 1984, p. 131-198. (p.138-9) Roddaz (Jean-Michel), Marcus Agrippa, Rome, 1984, (p. 620-621, fig. 18-21.) De Kersauson (Kate), 1984. (p.54) Hänlein-Schäfer (H.), Veneratio Augusti. Eine Studie zu den Tempeln des ersten römischen Kaisers, Rome, 1985. (p.54.) Lévêque (Monique), dans Histoire de Béziers, Toulouse, Privat, 1986, (p. 62-67.) Balty (Jean Charles) et Cazes (Daniel), Portraits impériaux de Béziers. Le groupe statuaire du forum. Toulouse, musée Saint-Raymond, 1995, (n° 2.) Catalogue d'exposition Le regard de Rome, Tarragone, Mérida, Toulouse et Rome, 1995, (p. 194.) Wood (Susan), Forgotten women in the imperial portrait group from Béziers, Archaeological News, 1996-1997, Vol. 21-22, Oakland University, p. 1-19, (photo p. 106.) Hurlet (F.), Les collègues du prince sous Auguste et Tibère (Collection de l'Ecole française de Rome 227). Pp 692. Rome : Ecole française de Rome, 1997. (p. 462, fig. 37.) Rose (Charles Brian), Dynastic commemoration and imperial portraiture in the Julio-Claudian period, University of Cincinnati, Cambridge, University press, 1997, (p. 126-127, fig. 158.) Romeo (I.), Ingenuus leo. L'immagine di Agrippa, Rome, 1998, (p. 72-75, n° R9 p. 181.) Cazes (Daniel), Le musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, éd. Somogy/musée Saint-Raymond, Toulouse/Paris, 1999, (p. 51.) Boschung (Dietrich), Gens Augusta. Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses = Monumenta Artis Romanae, XXXII, Mayence, 2002, (n° 13-2 p. 58, pl. 41 1.3.) Rosso (Emmanuelle), L'image de l'empereur en Gaule romaine. Portraits et inscriptions, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2006, (p. 342, n° 121.) Garcia-Arguelles (Nathalie), Les voies gallo-romaines en Champagne méridionale. Troyes et ses environs, éd. La maison du boulanger, Troyes, 2007, (p. 14, fig. 7.)

1/4
Portrait de Vipsanius-Agrippa_0