Olinde et Sophronie

Identification du bien culturel

N°Inventaire

977.13.1

Domaine

peinture

Dénomination

Tableau

Titre

Olinde et Sophronie

Précision auteur

PERRIER : Pontarlier, 1594 ; Paris, 1649 ; nationalité : Française

Ecole-pays

France

Période de création

2e quart 17e siècle

Millésime de création

1635 entre, 1645 et

Matériaux - techniques

Peinture à l'huile, toile

Mesures

Hauteur en cm 239 ; Largeur en cm 322 ; Hauteur avec cadre en cm 251 ; Largeur avec cadre en cm 331 ; Epaisseur avec cadre en cm 11.5

Inscriptions

Marque, numéro, annotation

Précisions inscriptions

Marque de transit, étiquette, au dos : sur le carton plume, CHENUE ; marque de transit, étiquette, sur le châssis, en haut : CHENUE ; marque d'exposition, étiquette, sur le châssis, à gauche : scotchée avec ficelle ; marque d'exposition, étiquette, sur le châssis, à gauche : au nombre de deux : From Colnaghis ; numéro, sur le châssis, à gauche : à la craie blanche : E [3799 ou 3794] [masqué] ; numéro, sur le châssis, à droite : à la craie blanche : 5884 ; annotation, sur le châssis, à droite : à la craie blanche : 23-3-77 ; annotation, sur le châssis, à gauche : au crayon, illisible

Etat du bien

Bon état (A)

Sujet représenté

Scène (Jérusalem, Olinde, Sophronie, couple, mort par le feu, Clorinde, roi, armure, ville, bâtiment, temple, foule, spectateur, soldat, torche)

Précisions sujet représenté

Le thème est tiré du chant 2 de la 'Jérusalem délivrée' du Tasse. Sophronie, jeune chrétienne a été accusée du vol d'une Vierge. Olinde s'accuse à son tour du larcin et ils sont condamnés au bûcher par Aladin, gouverneur de Jérusalem. Clorinde plaide la cause des amoureux qui seront relachés, mais exilés.#Dans un décor d'architectures antiques, tandis que le bûcher sur lequel ont été placé Olinde et Sophronie à gauche s'apprête à être allumé, Clorinde, en armure, au centre, s'entetient avec le roi Aladin pour lui proposer son aide sous réserve de mettre un terme à l'exécution des amants, à droite, foule contenue par des soldats.

Source représentation

Le Tasse : La Jérusalem délivrée

Contexte historique

Historique

Dates incertaines. Il s'agit vraisemblablement d'une oeuvre de la deuxième période italienne de Perrier, peut-être de la série des 16 tableaux tirés du Tasse peints pour le maréchal de Créqui. La liste de ceux-ci (acte du 20 mai 1639) comprend bien un 'Olinde et Sophronie', mais les dimensions diffèrent. Exécutée à Rome, la série fut transportée ensuite à Paris et peut, sans doute, être identifiée avec celle qui ornait une galerie de l'Hôtel de la Ferté-Sennectère. Après 1683, on perd sa trace.

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat, Reims, musée des beaux-arts

Date acquisition

1977

Ancienne appartenance

Galerie, COLNAGHI (Maison) ; Collection privée, DI CASTRO Alberto ; Collection privée, DI CASTRO Franco ; Bruxelles, 18/05/1972

Localisation

Reims ; musée des beaux-arts

Informations complémentaires

Commentaires

Achat 'charte culturelle'