Noir portant une caisse

Identification du bien culturel

N°Inventaire

DG 86-181 ; 181 (DG 1986)

Dénomination

Tableau

Titre

Noir portant une caisse

Auteur

anonyme

Ecole-pays

France

Anciennes attributions

Anciennement attribué à : PISSARRO Camille (Saint-Thomas, 1830 ; Paris, 1903)

Période de création

19e siècle

Matériaux - techniques

Peinture à l'huile, toile

Mesures

Hauteur (en cm) 81.7 ; Largeur (en cm) 65.4 ; Hauteur avec cadre (en cm) 94.6 ; Largeur avec cadre (en cm) 79 ; Epaisseur avec cadre (en cm) 4

Inscriptions

Inscription

Précisions inscriptions

Inscription, sur la caisse : PP. Monsieur Roques à Paris

Sujet représenté

Figure (homme, Noir, à mi-corps, de face, portant, chargement)

Contexte historique

Historique

Anciennement donné par Pierre Granville à Camille Pissarro, ce tableau énigmatique et puissant attend toujours une attribution. Sa force réside surtout dans la monumentalité sculpturale de l'homme noir représenté de face et à mi-corps. Sa sombre silhouette herculéenne, à la puissante musculature, se détache sur un grand ciel d'un bleu lumineux que domine un fond de paysage miniature faisant apparaître une mosquée blanche à l'arrière-plan. Aux oppositions entre les noirs et les blancs (l'architecture et l'étiquette collée sur la caisse, portant le nom de son destinataire : ' M. Roques à Paris ') répondent celles entre l'ombre et la lumière qui caresse la peau luisante de transpiration de l'esclave. Si la connaissance du continent africain se limitait surtout au XIXe à l'Afrique du Nord, l'homme de couleur n'en fascinait pas moins les artistes romantiques et orientalistes, sans doute aussi imprégnés par les débats sur l'esclavage, aboli dans les colonies françaises en 1848. Géricault (Le Radeau de la Méduse) et surtout, Girodet, avec son emblématique Portrait de Jean-Baptiste Belley, furent parmi les premiers à portraiturer des hommes noirs, bientôt suivis par Eugène Fromentin ou encore Léon Gérôme. Jusqu'alors, les noirs étaient en effet relégués au rang de figures religieuses ou allégoriques (Les Rois Mages, les Quatre Parties du monde), voire encore de serviteurs servant de faire-valoir à l'aristocratie du XVIIIe siècle. Ici, la figure de l'homme noir satisfait autant la soif de l'exotisme du temps qu'elle sert de prétexte à montrer un beau torse viril. L'attitude de l'homme, portant une charge, renvoie aussi aux canéphores de la tradition classique. D'autres peintures de la Donation Granville, autrefois attribuées à Géricault, représentent des hommes noirs (voir DG 68 et DG 82).

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, donation, Dijon, musée des beaux-arts

Date acquisition

1986

Ancienne appartenance

Collection privée, Destailleurs ; Collection privée, Granville Pierre et Kathleen, 1983, (Acheté le 20 juin)

Localisation

Dijon ; musée des beaux-arts

Informations complémentaires

Bibliographie

Thuillier (Jacques), Granville (Pierre) et Lemoine (Serge), Musée des Beaux-Arts de Dijon :Troisième Donation Granville, Ville de Dijon, 1986 (Plaquette éditée à l'occasion de l'inauguration de la 3e Donation Granville) (Fig. 56)