Etude de mains

Identification du bien culturel

N°Inventaire

Bx 2006.8.1

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Etude de mains

Précision auteur

CARPEAUX : Valenciennes, 1827 ; Courbevoie, 1875

Ecole-pays

France

Période de création

19e siècle

Matériaux - techniques

carton, peinture à l'huile

Mesures

Hauteur avec cadre en cm 43.3 ; Largeur avec cadre en cm 54.3 ; Epaisseur avec cadre en cm 5 ; Hauteur sans cadre en cm 24.5 ; Largeur sans cadre en cm 36

Inscriptions

Inscription

Précisions inscriptions

Inscription au dos : J.B. Carpeaux

Contexte historique

Genèse

Étude

Historique

L'Etude de mains de Jean-Baptiste Carpeaux est entrée dans les collections du musée en 2006 grâce au don de Madame Jacques Chaban-Delmas. Elle a appartenu entre autres à Pablo Picasso qui en fit l'acquisition en 1942 avant de l'offrir à son ami Georges Aubry. Cette petite huile sur carton (24,4 cm x 36 cm) vient enrichir une collection de trois sculptures de Carpeaux : La Rieuse, marbre tiré du fameux groupe de La Danse, oeuvre sans doute la plus connue que Carpeaux réalisa pour l'opéra Garnier ; La bacchante aux liserons, terre cuite extraite du Triomphe de Flore, décor monumental créé pour le pavillon du Musée du Louvre et une terre cuite intitulée Mater Dolorosa. Bien que Jean-Baptiste Carpeaux soit davantage connu en tant que sculpteur, il fut pourtant un peintre de talent. Mais sa peinture jamais exposée ne put connaître de retentissement dans le milieu artistique. C'est dans les rues de Rome, lors de son séjour à la Villa Médicis, que Carpeaux trouve sa principale source d'étude, esquissant avec avidité les italiens dans leur vie ordinaire. Comme en sculpture ses sujets sont d'abord croqués sur le vif sans pour autant que l'oeuvre finale soit fidèle au modèle. Dans cette étude, le tempérament emporté du peintre se dévoile à travers une touche rapide offrant de la vigueur à ces mains dont l'une tordue tient serré un feuillet enroulé, et l'autre sortant d'une manche souple, tient probablement un livre. Ce tableau est traité dans un camaïeu d'ocre et de brun caractéristique des études peintes de Carpeaux qui vise l'essentiel en utilisant des couleurs en nombre limité (grisaille ou camaïeu). Cette pâte presque monochrome, appliquée de façon très épaisse est modelée quasiment à la manière d'une terre cuite. Les contours des mains marqués par un large cerne noir et le lacis de veines saillantes qui couvre l'une des deux études, renforcent le caractère expressionniste et l'impression sculpturale. L'ensemble assez sombre produit un effet dramatique qui n'est pas sans évoquer les fragments de corps étudiés par Géricault à la morgue. Rappelons que Carpeaux lui-même a copié les têtes coupées de l'artiste romantique et qu'il a été particulièrement sensible au drame développé par son prédécesseur. (A. Cayette)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, don, Bordeaux, musée des beaux-arts

Date acquisition

2006

Ancienne appartenance

Particulier, MARTYNE, (Coll. Martyne) ; Particulier, PICASSO Pablo, 1942, (acquis par Picasso en 1942) ; Particulier, AUBRY Georges, Paris, (offert par Picasso à Georges Aubry.) ; Particulier, PERREAU-SAUSSINE, (Coll. de M. Perreau-Saussine.)

Informations complémentaires

Exposition

1955-1956, Paris, Musée du Petit Palais, exposition J.B Carpeaux. (n° 47.)#1999-2000, Valenciennes, Musée des beaux-arts, paris, Musée du Luxembourg, Amsterdam, Musée Van Gogh, Carpeaux peintre, (n° 27, repr.)#2007, Bordeaux, musée des Beaux-Arts, salles Domergue, Nouvelle collection, cinq années d'enrichissement, 2002/2007, (repr. p. 25.)