PHILIPPE DE VENDOME, GRAND PRIEUR DE FRANCE

Identification du bien culturel

N°Inventaire

RF 1990-16

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

PHILIPPE DE VENDOME, GRAND PRIEUR DE FRANCE

Précision auteur

Montpellier, 1677 ; Paris, 1734

Ecole-pays

France

Période de création

1er quart 18e siècle

Millésime de création

1724

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

H. 252, l. 200

Inscriptions

Signé, daté

Précisions inscriptions

J. Raoux F. 1724 (S.D.b.g.)

Précisions sujet représenté

Philippe, chevalier de Vendôme, arrière-petit-fils de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées, était le second fils de Louis, duc de Vendôme et de Laure Mancini, nièce de Mazarin. Il entra enfant dans l'ordre de Malte et devint Grand Prieur en 1693.#Portrait historié : le Grand Prieur est placé dans un paysage, un trophée (une épée et un bâton de commandement fleurdelisé) attaché par une écharpe à un arbre est censé rappeler sa qualité : flatterie du peintre car Vendôme n'a jamais été maréchal de France

Date sujet représenté

1655 né ; 1727 mort

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport

Historique

Copie et esquisse au Priory of the Order of St John, Clerkenwell, Londres ; copie de l'esquisse vue dans le commerce d'art à Paris en 1990

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, legs, musée du Louvre département des Peintures

Date acquisition

1990

Ancienne appartenance

Bourbon Louis-François de, prince de Conti (1724) ; vente Crawford, Paris, 1820/11/20, n° 252 ; Paris, 1827/04/30 ; Pichon baron, Paris (1878) ; Allard, Paris ; M. T..., Bruxelles (1923) ; Travailleur Mr et Mme, Bruxelles

Informations complémentaires

Commentaires

Philippe de Vendôme porte la croix de Malte attachée à un ruban qui traverse la poitrine en baudrier, comme il sied à son rang, mais ce ruban tel qu'il apparaît aujourd'hui est bleu et non pas noir comme le veut la règle et tel qu'il est représenté dans l'esquisse et dans la copie de Clerkenwell ainsi que dans une copie de l'esquisse passée dans le commerce d'art à Paris en 1990. Raoux, peintre très scrupuleux et minutieux dans le rendu des détails vrais n'aurait jamais peint un ruban de l'ordre de Malte bleu, une restauration malencontreuse pourrait expliquer cette anomalie

Exposition

Paris, 1878, n° 218

Bibliographie

Musée du Louvre, nouvelles acquisitions du département des peintures, 1987-1990, Paris, 1991, p. 121-123