VANITE AU CADRAN SOLAIRE

Identification du bien culturel

N°Inventaire

RF 1989-29

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

VANITE AU CADRAN SOLAIRE

Auteur

anonyme

Précision auteur

Attribué parfois à Sébastien Stoskopff ou Stosskopf

Ecole-pays

France

Anciennes attributions

Stoskopff Sébastien (Hans Haug, 1961 ; Michel Faré, 1974 ; C. Wright, 1985, Fabrice Faré, 1987 ; Birgit Hahn-Woernle, 1992)

Période de création

17e siècle

Millésime de création

1626 entre, 1656 et, ?

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

H. 67, l. 86

Précisions sujet représenté

La vanité et l'estampe en trompe l'oeil forment les deux faces d'une même réflexion sur la mort, la païenne (le mythe de Marsyas) et la chrétienne (la sainte Bible)

Source représentation

Fable : sur la mythologie, Ovide : Les Métamorphoses d'Ovide (Livre 6, v. 382-400)

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport

Historique

L'estampe peinte en trompe-l'oeil, en bas à droite du tableau, reproduit le premier état d'une eau-forte, Le Châtiment de Marsyas avec son inscription : L. de la Hyre / In. et Scul. Cum. pr. Regis ; la gravure fait partie d'une suite mythologique de quatre compositions dessinées et gravées par Laurent de La Hyre vers 1626 ; après la mort de La Hyre en 1656, les planches passèrent à Poilly, qui en refit des tirages (deuxième état) en ajoutant à côté de l'inscription originelle la mention : De. poilly ex., qui ne figure pas sur le tableau, ce qui semble dater l'oeuvre entre 1626 et 1656

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, dation, musée du Louvre département des Peintures

Date acquisition

1989

Ancienne appartenance

Riechers Jean, Neuilly-sur-Seine

Informations complémentaires

Commentaires

La radiographie du tableau révèle que la tenture fermant la composition à droite recouvre une statuette de Vierge à l'Enfant soigneusement exécutée avec des rehauts précis de lumière conformes à l'éclairage général. Elle montre également que l'estampe de La Hyre a peut-être été rajoutée par-dessus les livres de droite et le bas de la statuette. Ce remaniement peut être un repentir de l'auteur qui désire concentrer l'action sur le cadran et le crâne qui donnent au tableau sa signification profonde ou bien est-ce l'allusion en clair, rare dans une vanité, à la religion (la Vierge) qui a choqué et le rideau rajouté pour le cacher

Bibliographie

Musée du Louvre, nouvelles acquisitions du département des peintures, 1987-1990, Paris, 1991, p. 94-97