Le mariage mystique de sainte Catherine

Identification du bien culturel

N°Inventaire

RF 1992 411

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Le mariage mystique de sainte Catherine

Précision auteur

Parme, 1503 ; Casalmaggiore, 1540

Ecole-pays

Italie

Période de création

2e quart 16e siècle

Millésime de création

1527 vers, ?

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, peuplier

Mesures

H. 20, l. 27

Inscriptions

Marque de collection

Précisions inscriptions

DGH entrelacées et surmontées d'une couronne (marque au fer) et numéro peint (revers)

Précisions sujet représenté

Saint Joseph semble être un véritable portrait, peut-être du commanditaire, ou du moins du destinataire (parenté physionomique avec le portrait présumé de Valerio Belli dans un dessin à la sanguine attribué à Parmesan du musée Boymans van Beuningen de Rotterdam.)

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport, oeuvre préparatoire, ?

Historique

Autre version, de format, de dimensions et de composition strictement identiques, mais achevée quant à elle, et jadis transposée sur toile (Moscou, musée Pouchkine), et dérivation plus tardive, plus grande et conçue en hauteur, où saint Joseph est remplacé par saint Etienne (musée de Modène, collection Matteo Campori). La qualité supérieure du petit panneau acquis par le Louvre, sa spontanéité le désignent comme l'original de la version de Moscou, sans doute une copie très ancienne et modèle probable de la dérivation émilienne de Modène. Deux autres copies peintes ont pu être identifiées : l'une, partielle (sans le saint Joseph) au musée de Bucarest et l'autre, actuellement dans le commerce, auxquelles on peut aujourd'hui ajouter deux copies dessinées, l'une à l'Albertina de Vienne partielle et présentant par rapport à la composition originale les mêmes modifications que la copie peinte de Bucarest, et l'autre dans le commerce parisien. L'existence de plusieurs copies ou dérivations issues d'un original inachevé de format si modeste amène à s'interroger sur la nature exacte de ce dernier : s'agit-il de la stricte esquisse d'une composition plus ambitieuse, aujourd'hui perdue, ou bien plutôt d'une simple ébauche correspondant à une étape de la maturation d'une composition, une étude peinte, n'appelant pas forcément de suite sur ce support ni sous cette forme exacte. Une tête de jeune femme de profil vers la droite (Londres, Courtauld Institute) est à rapprocher de celle de la sainte Catherine

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, don, musée du Louvre département des Peintures

Date acquisition

1992

Ancienne appartenance

Méndez de Haro y Guzman Don Gaspar marquis de Carpio (1688) ; Sommariva comte Giovanni Battista de (1839) ; Reiset Frédéric ; Reiset Frédéric (héritiers) ; société des amis du Louvre

Informations complémentaires

Commentaires

Bois de fil horizontal, sans bord nu

Bibliographie

Musée du Louvre, nouvelles acquisitions du département des peintures, 1991-1995, Paris, 1996, p. 220-223

Le mariage mystique de sainte Catherine_0