peinture monumentale de la partie droite du mur ouest de la salle du trésor : saint Marcou attribuant le pouvoir de guérir les écrouelles au roi Robert II le Pieux

Désignation

Dénomination de l'objet

Peinture monumentale

Titre courant

Peinture monumentale de la partie droite du mur ouest de la salle du trésor : saint Marcou attribuant le pouvoir de guérir les écrouelles au roi Robert II le Pieux

Localisation

Localisation

Picardie ; Somme (80) ; Saint-Riquier ; abbaye Saint-Riquier (non étudiée)

Numéro INSEE de la commune

80716

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ailly-le-Haut-Clocher

Canton

Ailly-le-Haut-Clocher

Nom de l'édifice

Abbaye Saint-Riquier (non étudiée)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Salle du trésor, mur ouest

Description

Catégorie technique

Peinture murale

Structure et typologie

Rectangulaire vertical

Matériaux et techniques d'interventions

Enduit (support) : fresque (?)

Description matérielle

La peinture, de forme rectangulaire verticale, est située au registre médian de la paroi ouest de la salle du trésor, à l'extrémité droite. L'alignement des culots des retombées des voûtes constitue les limites supérieures de la peinture. Sous la scène historiée, une bande contient des inscriptions.

Indexation iconographique normalisée

Saint Marcou : en pied, vêtement religieux, crosse, Robert II le Pieux : roi, couronne, agenouillé, vue d'intérieur : église, autel ( ?)

Description de l'iconographie

Saint Marcou tonsuré, vêtu de l'habit religieux bénédictin et muni de sa crosse, se tient debout face au roi Robert II le Pieux, agenouillé pour recevoir le pouvoir de guérir les écrouelles. La scène se déroule dans un intérieur où l'on distingue une sorte d'autel ou de banc sur lequel est posé un livre ouvert. Le mur de fond est percé d'une baie géminée à droite de laquelle un tableau est accroché. Le Christ ressuscité portant sa croix y est représenté à côté d'un tombeau ; autour de lui sont figurés les instruments de la Passion. La salle où se déroule la scène est ouverte à gauche sur une autre pièce dans laquelle on voit un moine bénédictin au fond et un banc monumental.

Dimensions normalisées

H=157 ; l=85 (Dimensions totales. La peinture est située à 180 cm du sol, la bande décorative est large de 34 cm)

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

L'aspect très net permet de soupçonner une forte intervention sur la peinture, particulièrement visible sur les inscriptions. La seule restauration documentée eut lieu en 1960 et consista en un nettoyage, un enlèvement d'anciens repeints, un refixage de la peinture écaillée et un rebouchage des trous.

Inscription

Inscription concernant l'iconographie (peinte, sur l'oeuvre, latin)

Précisions sur l'inscription

Transcription : O Marculphe tuis medicaris cum scrofulosis : / quos redigis peregre partibus i[n]columes./ Morbigeras scrofulas fra[n]choru[m] rex patienti/ posse pari fruitur (te tribuente) medens./ Miraclis ig[itu]r qui tantis sepe coruscas : / Astriserum merear sanus adire polum.Traduction : O glorieux Marcou, qui guérissez les scrofuleux qui recourent à vous et les renvoyez sains et saufs après les avoir amenés des pays lointains. Le roi des francs, par un don particulier de vous, a aussi le pouvoir de guérir ceux qui souffrent des écrouelles. Vous qui faites éclater votre pouvoir par tant et de si grands miracles, faites que j'obtiennes d'entrer, l'âme pure dans le royaume céleste.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Dom Philippe de Valois (?, donateur)

Siècle de création

1er quart 16e siècle

Description historique

La peinture est peut-être datée des années 1520, en relation avec la peinture qui lui fait pendant de l'autre côté de la porte - avec laquelle elle présente les mêmes caractéristiques stylistiques - et qui aurait été donnée par dom Philippe de Valois, moine de l'abbaye Saint-Riquier représenté et cité dans l'inscription comme trésorier de l'abbaye à partir de 1521. Le développement du culte de saint Marcou vient du fait que l'abbaye possédait une relique du saint, un doigt, réputé pour guérir les écrouelles. Cette peinture murale fait écho au tableau de Jouvenet peint en 1690 et également dans l'église abbatiale de saint-Riquier, qui représente Louis XIV guérissant les écrouelles avec l'assistance de saint Marcou. Elle a été restaurée en 1960.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1840 : classé au titre immeuble

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement des peintures murales ; dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Ensemble des peintures monumentales de la salle du trésor

Référence des l'ensemble

IM80000564

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2001

Date de rédaction de la notice

2001

Renvoi vers dossier 'peinture'

Marc (modèle)

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Picardie - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 88, rue Gaulthier de Rumilly 80000 Amiens - 03.22.97.16.57