bateau de charge : cargo dit MOTRICINE (transport d'essence légère long cours)

Désignation

Dénomination de l'objet

Bateau de charge

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Cargo, transport d'essence légère long cours

Appelation d'usage

MOTRICINE

Titre courant

Bateau de charge : cargo dit MOTRICINE (transport d'essence légère long cours)

Localisation

Localisation

Normandie ; Seine-Maritime (76)

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Haute-Normandie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouen

Description

Catégorie technique

Patrimoine maritime

Matériaux et techniques d'interventions

Acier

Description matérielle

2 lignes d'arbre. 2 hélices.
Motorisation : 2 moteurs diesel Werkpoor (construits aux Chantiers de l'Atlantique, Penhoët), 1 700 Cv

Dimensions normalisées

L = 112,15 ; la = 14,40 ; longueur entre les perpendiculaires = 106.70 m ; longueur hors tout = 112,15 m ; largeur = 14,40 m ; creux = 8.17 m ; tirant d'eau = 6.74 m ; poids lège = 2 657 tonnes ; port en lourd = 5 587 tonnes ; déplacement = 8 244 tonnes ; jauge brute = 4 046 tonneaux ; jauge nette = 2 279 tonneaux

État de conservation (normalisé)

Oeuvre détruite

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription concernant l'appellation : MOTRICINE

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Société des Chantiers de Normandie (chantier naval)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Marine marchande française, Naphte Transports (commanditaire)

Lieu de création

France, Haute-Normandie, 76, Grand-Quevilly

Siècle de création

1er quart 20e siècle

Année de création

1913

Description historique

Commanditaire : Marine marchande française, Naphte Transports. Date du marché : 25 octobre 1912. Date de la pose de la quille sur cale : 10 mars 1913, lancement : 27 décembre 1913, date des essais : 4 mars 1914, date du départ : août 1914
Le MOTRICINE est le résultat des bénéfices retirés au cours des années précédentes par les compagnies associées Compagnie de Navigation Mixte et Compagnie Industrielle des Pétroles qui possèdent déjà le RADIOLEINE II via la Société Pétrole Transports. Elles souhaitent investir dans un nouveau transport pétrolier en 1912. Pour limiter les risques d'une faillite générale toujours possible, la CNM crée une nouvelle compagnie à cette occasion : Naphte Transports (le MOTRICINE figure cependant dans le Lloyd au nom de la CNM). Le nouveau navire se veut résolument moderne : il est notamment le premier pétrolier français à disposer d'un moteur diesel. A Saint-Nazaire, les essais sont donc extrêmement poussés pour que les moteurs ne soient pas pris en défaut. La mobilisation générale enlève cependant le navire à ses armateurs sans que ceux-ci n'aient pu l'employer. Le MOTRICINE est alors utilisé par la Marine Nationale comme ravitailleur en eau douce. C'est à ce poste qu'il est torpillé et coulé le 17 mai 1918, par le U-55, au large d'Ouessant. Le prix du dommage de guerre accordé en nature pour cette perte ne bénéficie pas aux Chantiers de Normandie puisque la société Naphte Transport choisi cette fois de commander au Canada son remplaçant, le futur COMMANDANT DAMIANI.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (bateaux des Chantiers de Normandie)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2003

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire
2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80