bateau citerne : cargo dit RADIOLEINE II (transport d'essence légère long cours)

Désignation

Dénomination de l'objet

Bateau citerne

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Cargo, transport d'essence légère long cours

Appelation d'usage

RADIOLEINE II

Titre courant

Bateau citerne : cargo dit RADIOLEINE II (transport d'essence légère long cours)

Localisation

Localisation

Haute-Normandie ; Seine-Maritime (76)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouen

Description

Catégorie technique

Patrimoine maritime

Matériaux et techniques d'interventions

Acier

Description matérielle

Essence légère en contact direct avec la coque. Machine à l'arrière, chambre des pompes, compartiments étanches divisés en tanks principaux et en tanks d'été. Motorisation : 1 machine à vapeur, 2 400 Cv, chaudières chauffant au charbon, vitesse : 11.85 noeuds

Dimensions normalisées

L = 112,15 ; la = 14,40 ; longueur entre les perpendiculaires = 106.70 m ; longueur hors tout = 112,15 m ; largeur = 14,40 m ; creux = 8.17 m ; tirant d'eau = 6.65 m ; poids lège = 2 795 tonnes ; port en lourd = 5 300 tonnes ; déplacement = 8 095 tonnes ; jauge brute = 4 028 tonneaux ; jauge nette = 2 304 tonneaux

État de conservation (normalisé)

Oeuvre détruite

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription concernant l'appellation : RADIOLEINE II

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Société des Chantiers de Normandie (chantier naval)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Marine marchande française, Société Pétrole Transports (commanditaire)

Lieu de création

France, Haute-Normandie, 76, Grand-Quevilly

Siècle de création

1er quart 20e siècle

Année de création

1912

Description historique

Commanditaire : Marine marchande française, Société Pétrole Transports. Date du marché : 21 décembre 1910, lancement : 20 février 1912, date des essais : 19 avril 1912 Le RADIOLEINE II est acheté par la Société Pétrole Transport, branche de la Compagnie de Navigation Mixte, sur le produit de la vente du premier RADIOLEINE à la Marine Nationale. Le navire est semblable à son aîné, sauf pour le tirant d'eau, rectifié afin de mieux remonter la Seine. Cette modification est d'ailleurs préjudiciable au pétrolier qui est moins marin que sa version première. Malgré la durée les voyages en Amérique (plus d'un mois et demi) et la hausse des produits pétroliers de 1912, le RADIOLEINE II constitue un succès pour la société et s'avère rentable. Cette dernière décide de mettre un nouveau bateau en chantier à Grand-Quevilly : le MOTRICINE. Malheureusement pour elle, le RADIOLEINE II est torpillé et abandonné par son équipage en 1917. Le navire flotte encore le lendemain du drame et l'équipage décide de remonter à bord et de rallier un port anglais. Le navire est réparé et reprend du service jusqu'à sa vente 1925 à Irvin & Johnson, de Capetown, Afrique-du-Sud, spécialisés dans le transport d'huile de baleine. Il garde son nom sous pavillon sud-africain. Le RADIOLEINE II est rayé du Lloyd's en 1932.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (bateaux des Chantiers de Normandie)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2003

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80