torpilleur dit T 364

Désignation

Dénomination de l'objet

Torpilleur

Appelation d'usage

T 364

Titre courant

Torpilleur dit T 364

Localisation

Localisation

Haute-Normandie ; Seine-Maritime (76)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouen

Description

Catégorie technique

Patrimoine maritime

Matériaux et techniques d'interventions

Acier

Description matérielle

Coque entièrement construite en tôle et cornières d'acier. 8 cloisons étanches. 3 tubes lance-torpilles de 450 mm mod. 1892. 1 pompe de service Thirion d'une capacité de 9000 litres/h. 7 éjecteurs à vapeur d'une capacité de 40 tx/h, 2 de 20tx/h. 1 dynamo à vapeur de 80 V. Motorisation : 1 machine à vapeur Alternative à triple expansion. Type Pilon construite par Schneider et Cie, 3 cylindres, 1 900 Cv, 2 chaudières multitubulaires système Guyot-Du Temple, construites par la société Du Temple, timbrées à 17 kg, surface de chauffe 110 m2, vitesse : 26 noeuds

Dimensions normalisées

L = 38 ; la = 4,40 ; longueur entre les perpendiculaires = 38 m ; largeur = 4,40 m ; creux = 2.75 m ; tirant d'eau = 1.21 m ; déplacement = 97 tonnes ; jauge brute = 55 tonneaux

État de conservation (normalisé)

Oeuvre détruite

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription concernant l'appellation : T 364

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Société des Chantiers de Normandie (chantier naval)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Marine Nationale (commanditaire)

Lieu de création

France, Haute-Normandie, 76, Grand-Quevilly

Siècle de création

1er quart 20e siècle

Année de création

1906

Description historique

Commanditaire : Marine Nationale. Date du marché : 20 septembre 1904. Date de la pose de la quille sur cale : 28 juin 1905, lancement : 20 avril 1906, date des essais : 12 juillet 1906 Série de neuf : T 359 ; T 360 ; T 361 ; T 362 ; T 363 ; T 364 ; T 365 ; T 366 ; T 367. Le T 364 est essayé à Cherbourg, puis, de 1907 à 1919, il est affecté successivement à la 3ème flottille des torpilleurs de la Méditerranée, aux torpilleurs de Bizerte et à la division des torpilleurs de Tunisie. Ses chaudières ont étés retubées en 1914. Le bâtiment est condamné à Bizerte en juillet 1920 et radié des listes de la flotte en novembre suivant. Il connaît alors un destin analogue à celui de son sister-ship T 360 puisqu'il sert de but de tir remorqué avant de finir échoué sur la plage du Frioul, près de Marseille, gravement endommagé par un tir de batterie côtière. L'épave est vendue en juillet 1924.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (bateaux des Chantiers de Normandie)

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

2003

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80